+ Toutes les playlists

Les 10 meilleures critiques restos de 2017 sur NIGHTLIFE.CA

Crédit photo : Bar George / Patricia Brochu
Les 10 meilleures critiques restos de 2017 sur NIGHTLIFE.CA
On vous partage nos impressions sur les nouveaux restaurants et bars montréalais chaque semaine depuis un bon bout maintenant. Voici les critiques les plus lues et partagées de 2017! Ces 10 adresses sont donc à essayer ou à réessayer en 2018!


10 - Monopole : la toute nouvelle buvette gastronomique du Vieux-Montréal
Crédit photo : Sophie Ginoux

« L’objectif de Gabriel Gallant est d’offrir aux amoureux du café une option de qualité le jour, avec des baristas chevronnés et des options pour manger, et d’avoir une formule dès 15h qui permet, au choix, de prendre un verre, de grignoter quelque chose, de prendre un repas complet ou de fêter jusqu’au petit matin. Le terme « buvette » inscrit sur la porte du Monopole n’est pas anodin : ''On veut recréer ici l’esprit de la buvette. Un esprit familial, festif dans un lieu accueillant, sans réservation, avec des prix accessibles, que ce soit pour la nourriture ou le vin. '' »


9 - Blumenthal: le nouveau resto et bar de la place des Festivals
Crédit photo : Patricia Brochu

« Cette convivialité se retrouve jusque  dans l’assiette, avec l’arrivée en cuisine du chef Rémi Brunelle, que l’on a déjà croisé au Laloux et au Nuances, et qui a quitté son rôle de chef de cuisine au Leméac pour se lancer dans l’aventure. « Pour moi, un bon repas, ce n’est pas que ce que je retrouve dans l’assiette, c’est aussi les échanges que j’ai avec ceux qui le partagent avec moi », explique-t-il. Dans cette optique, il a construit une carte simple, efficace et lisible destinée à accompagner le plaisir d’être au restaurant. Pas de flafla, pas de plat dithyrambique, mais des ingrédients le plus possible locaux, de qualité, des saveurs franches et une présentation sans artifice. De quoi faire face à la folie qui s’empare du Quartier des spectacles l’été, tout en assurant une constance. »


8 - Magdalena: un nouveau bar à vin au menu végétarien dans St-Henri
Crédit photo : Stéphane Lajeunesse

« Le menu est exclusivement végétarien avec plusieurs plats végétaliens. Ça sort du classique plateau de charcuteries et vin et c'est assez rafraîchissant. Le plat de mozzarella di buffala et piments shishitos grillés est arrivé en premier. Le fromage était un peu trop froid. Je l'aime un peu plus coulant et les grains étaient un peu difficiles sous la dent. Mais les piments shishitos grillés avec le yaourt au zaatar étaient sublimes. Craquants, bien grillés et juste un peu piquant, j'en aurais pris quatre fois plus tellement ils étaient bons ! »


7 - Restaurant Marconi : haute cuisine dans la Petite-Italie
Crédit photo : Christine Plante
 
« Ce projet était très attendu, parce que produit par une équipe déjà bien connue dans l’industrie de la restauration. Mehdi Brunet-Benkritly, avec sa bonne quinzaine d'années derrière le tablier, a fait ses classes aux Toqué !, Pied de Cochon, aux côtés des Dave Mc Millan, Charles-Antoine Crête, Hugues Dufour et autres coqs notoires, en France et à New York, et a nourri son parcours de plusieurs voyages dont il ramène ses inspirations. Quant à ses deux partenaires d’affaires, Molly Superfine-Rivera qui est aussi sa femme, et Michel Lecoufle, il s’agit là encore de véritables routards des restaurants d’ici et d’ailleurs. »


6 - Kozu : le convivial petit frère du Jatoba ouvre sur le Plateau
Crédit photo : Ariane SP

« Ce qui est intéressant, c’est que les prix sont vraiment très raisonnables : entre 3 et 14 dollars pour les deux premières sections et entre 14 et 30 dollars pour les plats de poissons et de viandes. Ce qui fait dire à Maxim Laliberté, le directeur général, que l’endroit est un peu une sorte de mini Jatoba : ''Dans les deux restaurants, le chef Olivier Vigneault met de l’avant ses spécialités culinaires. On retrouve ici un menu un peu différent, mais également des items similaires du Jatoba, comme le plat de morue noire au four,  un classique de la cuisine d’Olivier. Sauf qu’ici, les portions sont plus petites et les prix aussi, ce qui te permet de goûter à plusieurs plats ''. Maxim ajoute que depuis son ouverture, le resto est plein non seulement en raison de sa nouveauté, mais aussi car il accueille le surplus de gens qui ne peuvent se trouver une place au premier resto. '' Cela permet à la clientèle de découvrir ce nouvel endroit et d’y revenir ensuite, s’ils ont aimé '', ajoute-t-il. »


5 - Le Tangia Bar Restaurant Marocain : raffiné et convivial
Crédit photo : Ariane SP

» Chez les Marocains, les soupers se composent toujours de plusieurs plats qu’on a plaisir à partager. '' Un repas à multiples étapes, où on prend souvent juste son pain, et pas d’ustensiles, pour prendre sa nourriture. '', dit le chef propriétaire.
 
C’est pour cela que je vous suggère fortement, si vous faites un tour au Tangia, de prendre le menu découverte de 5 services. Une expérience sensorielle des plus plaisantes, tant au niveau des saveurs que des couleurs et des parfums. La cuisine marocaine dans ce qu’elle a de plus beau à offrir : non pas rustique, mais plutôt raffinée et goûteuse. »
 

4- Vladimir Poutine : un resto amusant, gourmand et bon marché en plein centre-ville!
Crédit photo : Courtoisie

« Ce qui nous frappe tout d’abord en allant au Vladimir Poutine, c’est la décoration. Une fois l’imposant tapis rouge de l’entrée passée, on longe en montant les marches patrimoniales une grande affiche montrant le politicien bien connu dominer une généreuse poutine. Le ton de la visite est donné : ici, il ne faut pas trop se prendre au sérieux. Une impression confirmée quelques pas plus loin, alors qu’on entre dans une salle aux allures de palais russe dominée par les couleurs de rouge. Tables élégantes et comptoir de bar rétroéclairé voisinent le Kremlin (rien de moins!) dans les fenêtres arrière, une peau de mammouth, le drapeau soviétique, des poupées russes et de nombreuses illustrations amusantes au mur. C’est surprenant, kitsch et résolument caricatural, on aime ça! »
 

3- Pisco: nouveau restaurant péruvien dans Rosemont
Crédit photo : Stéphane Lajeunesse

« La cuisine latine semble être en plein essor à Montréal et c'est une excellente nouvelle ! Le Pisco, avec sa cuisine péruvienne, arrive au bon moment. Comme le restaurant  a ouvert récemment, le permis d'alcool est toujours en attente. Il faut donc attendre un tout petit peu avant de pouvoir tester le Pisco Sour. Cette section de Rosemont est un peu en manque de restos à mon goût et celui-ci ajoute une option qui pourrait être intéressante. L'emplacement est aéré et plutôt sparse côté décoration. Nous étions face à la cuisine ouverte, question d'observer le chef à l'oeuvre. »
 

2 - Bar George: le nouveau resto de l'heure qui loge dans un bâtiment hanté
Crédit photo : Courtoisie

« Côté cocktails, l’amateur n’est pas en reste. Derrière le bar, une tête familière : le réputé mixologue Maxime Boivin (La Fabrique à Boire) a conçu la carte et t’a concocté avec son co-équipier Drahos Chytry, une carte d’inspiration britannique pour rester avec le thème de l’endroit. En effet, le groupe Olivier & Bonacini de Toronto, celui même qui est à l’origine de la création du restaurant et du bar George, ont décidé de s’inspirer du premier résident et de ses origines britanniques, pour offrir à la clientèle un concept cohérent. Et c’est franchement réussi… »


1 - Miel, le premier restaurant d'Hakim Chajar 
Crédit photo : Sophie Ginoux

« Le bistro de 45 places intérieures devant lequel se dresse une jolie terrasse a rapidement pris place. Et rapidement est un moindre mot. Effectivement, le local a été rénové… en seulement 10 jours! Hakim, qui a troqué sa tenue blanche de chef pour un simple kit tee-shirt-jeans-tablier, en sourit encore. '' Tout le monde me traitait de fou, mais un ami m’a pris au mot et a réservé l’espace 11 jours après le début des travaux pour un anniversaire, alors je n’avais pas le choix d’avoir fini! '' Le projet a donc pris forme simplement. Hakim, entouré d’amis, a tout fait ou presque lui-même. Il semble heureux, épanoui. '' Je ne me suis jamais senti aussi libre. Je flotte vraiment en ce moment '', avoue-t-il. »