+ Toutes les playlists

8 restos montréalais en lice pour être élu LE meilleur au Canada

Crédit photo : Sophie Ginoux / Stéphane Lajeunesse
8 restos montréalais en lice pour être élu LE meilleur au Canada
Si habituellement tu ne jettes pas un coup d'oeil au magazine qui traîne devant ton siège quand tu prends l'avion, cette fois-ci, tu devrais peut-être! Le magazine d'Air Canada, enRoute, demande l'aide des Canadiens pour élire LE meilleur nouvel établissement parmi ceux qui ont ouverts leurs portes entre juin 2015 et juin 2016. Le top 10 sera annoncé en novembre dans le magazine.

Jusqu'au 30 septembre prochain, tu peux aller faire ton choix sur leur site. En plus, si tu votes pour ton resto favori, tu cours la chance de gagner un voyage pour deux pour aller te remplir la panse au restaurant en lice de ton choix. Ça coûte rien d'essayer!

Et ça tombe bien, parce que NIGHTLIFE les a tous visités, ces restaurants-là! Voici donc nos critiques pour chacun d'eux. Ah oui, en passant: Montréal est la ville qui a le plus de resto dans la liste, devant Toronto et Vancouver qui en ont chacun six. On a de quoi être fiers!

 
Crédit photo: Sophie Ginoux
 
«En premier lieu, on nous sert du kabrit, c’est-à-dire de la chèvre une nouvelle fois coupée en cubes, et qui semble avoir été marinée, saisie et peut-être un brin braisée, ce type de viande étant connu comme coriace. Les morceaux nécessitent un effort de mastication, mais la légère sucrosité que l’on a en bouche et le mariage de la chèvre avec une sorte de polenta un brin liquide sont intéressants. La seconde assiette contient de son côté du poul ak nwa kajou, du poulet braisé aux noix de cajou servi sur un lit de diri kole, un mélange savoureux de riz et de fèves noires. Délicieux, vraiment, et en portion si généreuse que l’on peut en commander sans avoir à prendre d’entrée préalable.» Lire la critique complète pour plus de détails.


Candide
Crédit photo: Sophie Ginoux

«Je suis impatiente de découvrir ce que le chef nous a réservé ce soir, donc c’est avec curiosité que je vois arriver une première assiette de yaourt italien poché, baignant sur un consommé de courge et parsemé de caviar de corrégone (poisson de la famille des saumons) et de graines de sarrasin. Oh là, là! Le yaourt, ferme sous la fourchette, fond en bouche, élégamment salé par le caviar, en parfaite symbiose avec le bouillon, avec un petit craquant apporté par le sarrasin. Un plat à la fois franc et raffiné qui promet pour la suite.» Lire la critique complète pour plus de détails.

 
Crédit photo: Sophie Ginoux
 
«Effectivement, dès la mise en bouche, le soir de ma visite des fleurs d’ail en tempura (surprenant et bon), on comprend que la soirée sera tout, sauf ordinaire. Et la magie opère dès l’entrée avec un carpaccio de tomates et de nectarines fondant en bouche, ainsi qu’un incroyable pétoncle à peine cuit, délicatement assaisonné et accompagné d’oxalys (une petite fleur) et de fraises déshydratées et réhydratées, ce qui leur donne une texture et une intensité superbes avec ce mollusque.» Lire la critique complète pour plus de détails.

 
Crédit photo: Sophie Ginoux
 
«Suit un pain plat au jambon fumé maison, à la frontière d’une tarte aux oignons et d’une flammeküche alsacienne. Là encore, une approche réconfortante, mais beaucoup de sel en bouche, peut-être en raison du côté salin du pain plat lui-même, confectionné avec une farine qui a déjà cette caractéristique. Du sel que l’on retrouve aussi dans le fromage et le jambon qui garnissent le pain, en plus d’un gras qui aurait peut-être mérité d’être tranché avec un soupçon de fraîcheur comme une feuille de salade ou des mini-pousses.» Lire la critique complète pour plus de détails.


Hoogan et Beaufort
Crédit photo: Sophie Ginoux

«La morue pêchée à la ligne sous forme de gravlax avec du mizuna, des radis, des amandes et de la salicorne est délicate et fraîche, même s’il y manque une petite acidité (ou salinité) qui aurait relevé le tout. Qu’importe, l’entrée de topinambours 3 façons, bacon maison émietté et carvi est absolument succulente, une vraie explosion de saveurs et de textures en bouche.» Lire la critique complète pour plus de détails.

 
Crédit photo: Stéphane Lajeunesse
 
«Le premier service: un sashmi d’hirame (flétan), vinaigre, granité de citron, petits radis de la colline du chêne, coriandre, menthe, persil et fleur. Le petit radis est plus doux que la version plus grosse, mais ceci masque un peu le gout ultra raffiné et léger du hirame. Le granité se marie parfaitement avec le poisson. Le chef nous a expliqué que le radis se voulait plus comme une salade qu’un ingrédient à prendre en bouchée avec le poisson. Le poisson a été choisi entre autres pour sa très belle texture en bouche.» Lire la critique complète pour plus de détails.


Le Mousso
Crédit photo: Sophie Ginoux
 
«Toutefois, mon cœur et mes papilles ont chaviré pour le second plat de la soirée : une carotte « chewy «  confite dans de l’huile de tournesol, entourée de jeunes pousses de carottes acidulées, un cake d’épices et un aérien lait de chèvre. Une présentation superbe – marque de fabrique du chef, faut-il le dire – et, surtout, un parfait équilibre des saveurs et des textures. Du grand art.» Lire la critique complète pour plus de détails.


Montréal Plaza
Crédit photo: Sophie Ginoux
 
«Comme du sashimi de bœuf et du pop corn, du cœur de cerf avec des couteaux, des bourgots au miso, ou encore du tofu aux crevettes. Tous les jours, des huîtres, du homard, un poisson et un cocktail différents seront proposés. Et lorsqu'on connaît l'immense talent de Charles-Antoine Crête, on ne doute pas que l'on tombera amoureux de ce nouveau restaurant vraiment lumineux et prometteur. À essayer sans tarder!» Lire la critique complète pour plus de détails.