+ Toutes les playlists

Léa Clermont-Dion porte plainte pour agressions sexuelles

Crédit photo : Cindy Boyce - Photographe / Page Facebook de Léa Clermont-Dion
Léa Clermont-Dion porte plainte pour agressions sexuelles
Dans la foulée de tous les événements entourant les scandales liés à Éric Salvail, Gilbert Rozon et Michel Brûlé, voilà qu'un autre nom vient de tomber: Michel Venne. C'est Léa Clermont-Dion qui vient tout juste d'en faire l'annonce via sa page Facebook, avec un long statut où elle explique ce qui s'est passé.



L'animatrice mentionne que par souci de transparence et d'honnêteté, surtout par les temps assez éprouvants qu'on est en train de vivre, elle a voulu confirmer une rumeur qui courait depuis quelques années. Elle explique qu'en 2008, elle a travaillé à l’Institut du Nouveau Monde le temps d'un été aux côtés d'un homme qu'elle idolâtrait, soit Michel Venne. Alors qu'elle l'accompagnait pendant quelques jours, pour un événement spécial, ce dernier l'aurait agressée.

En 2014, lors du mouvement « Agression non dénoncées », Léa Clermont-Dion avait fait une sortie publique, sans toutefois nommer son agresseur. Or, les rumeurs couraient déjà et les gens avaient leur petite idée sur l'identité de la personne.

Déjà que c'est assez pénible et douloureux comme ça, l'auteure explique un tout autre côté de l'histoire en ajoutant qu'en 2015, elle a rencontré son idole de jeunesse, Lise Payette. Les deux femmes ont parlé pendant près de deux heures avant que celle qui a jadis été ministre de la Condition féminine du Québec ne change de sujet. Cette dernière aurait reproché à Léa Clermont-Dion d'avoir fait du tort à Michel Venne et sa famille. Il faut mentionner que le journaliste était dans la « course » pour être à la direction du journal Le Devoir, mais qu'il n'a pas obtenu le poste. À cause d'elle, selon madame Payette. Elle aurait renchéri en demandant à Léa de se rétracter, car, « après tout [elle n'a] pas été violée. ». La cerise sur le gâteau? Madame Payette aurait fait signer une lettre réfutant les faits à la jeune femme, ce qu'elle a fait, prise de court et en état de choc. Mentionnons que peu de temps après, madame Payette avait aussi pris la défense de Claude Jutra, son ami, ce qui lui avait coûté son emploi. 

Dans la foulée du mot-clic #MoiAussi et de la vague de dénonciations qui frappe le Québec, Léa Clermont-Dion a donc déposé une plainte formelle à la police contre Michel Venne, hier. Avec cet acte, et son statut, elle espère que sa prise de parole inspirera les autres qui ont aussi été victimes à dénoncer, à parler et à dénoncer, afin que toutes les voix soient entendues.

Décidément, le mouvement ne semble pas perdre de l'ampleur. Et c'est tant mieux ainsi.