+ Toutes les playlists

​Le meilleur et le pire de Jean-Talon Ouest

Crédit photo : Olivier Boisvert-Magnen
​Le meilleur et le pire de Jean-Talon Ouest
Des confins du trendy Mile-Ex jusqu’aux abords de l’opulente ville de Mont-Royal, en passant par le foutoir bien sympathique de Parc-Extension et le plus immense Loblaws wannabe-Provigo du monde, Jean-Talon Ouest entremêle les cultures dans une ambiance frénétique. Tour d’horizon du meilleur comme du pire d’une partie de l’artère.

Le meilleur

Brasserie Harricana
95, rue Jean-Talon Ouest
Auparavant assez inutile pour le Villerois typique, le tronçon mile-exien de Jean-Talon Ouest (entre Saint-Laurent et Parc) commence de plus en plus à ressembler à quelque chose. Ouverte depuis un peu moins d’un an, cette brasserie artisanale au look épuré rustico-moderne est le refuge de prédilection pour tous ceux qui ont une petite fringale nocturne. La cuisine, ouverte jusqu’à la fermeture du bar à 2 heures AM, offre un menu élaboré et exquis.
Crédit : Page Facebook de Harricana

Salon Teashop
237, rue Jean-Talon Ouest
Même s’il est seulement ouvert depuis la mi-septembre, ce salon de thé s’impose déjà comme un incontournable du Mile-Ex. Avec son ambiance chaleureuse et très lumineuse, le Salon Teashop est l’endroit parfait pour une petite session de travail tranquille combinée à une dégustation de thé de choix. Très garnie, la carte de thé change selon l’arrivage et la saison.
Crédit : Page Facebook de Salon Teashop

La gastronomie indienne
C’est bien connu : Jean-Talon Ouest est le principal repaire gastronomique indien à Montréal. En gros, si vous voulez manger un bon thali pour VRAIMENT pas cher, c’est pas mal ici que ça se passe.

D’abord, y’a la Sainte Trinité coin Acadie et Jean-Talon, constituée du Bombay Mahal, du Punjab Palace et de l’Indian Curry House. Si les trois s’équivalent plus souvent qu’autrement en terme de goût et de prix, les deux premiers se distinguent par un détail TRÈS important : on peut y apporter notre vin.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Sinon, il y a quelques découvertes à faire tout au long de la rue, notamment la poutine au chicken curry du Chef Guru G, la combinaison indiano-pakistanaise du Moti Mehal et le samosa de l’India’s Oven.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

L’universalité
Reconnu comme le quartier le plus multiculturel au Québec, Parc-Extension tire sa force de ses différences. Ici, les commerces se font un honneur de se vanter de leur internationalité, en mentionnant TOUTES les cultures qu’ils représentent sur leur devanture.
Crédits : Olivier Boisvert-Magnen

Même l’est du Canada et le Lac-Saint-Jean peuvent y trouver leur compte et chiller entre eux autres.
Crédits : Olivier Boisvert-Magnen

Trop ambivalent sur ses origines, ce magasin n’a pas pris de chances et a tout simplement décidé d’y aller le plus largement possible.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Malgré toutes ces cultures distinctes, il y a une chose qui relie pas mal tout le monde dans Parc-Ex : le CANADA DREAM.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Sans surprise, le héros de la place ici, c’est notre boy Justin.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Même le gars qui fait les photos de passeport canadien n'a pas le choix d’être vraiment content.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Autres arrêts incontournables 
Panama (789, rue Jean-Talon Ouest) : rôtisserie grecque traditionnelle et renommée.
Le Ritz PDB (179, rue Jean-Talon Ouest) : salle de spectacle de prédilection de pas mal tout le monde qui tripe sur la musique ALTERNATIVE.
Soupson (149, rue Jean-Talon Ouest) : petit marché bien sympathique avec des soupes quotidiennes réconfortantes.
Union (148, rue Jean-Talon Ouest) : place idéale pour acheter des machines et des mélanges à cafés, relativement fiable vu que c’est ouvert depuis plus de 100 ans.
Miss Jean Talon (901, rue Jean-Talon Ouest) : classique delicatessen de Parc-Ex avec un menu plus que varié.
Marché d’Afrique (1009, rue Jean-Talon Ouest) : épicerie africaine de renommée locale.
Village Grec (654, rue Jean-Talon Ouest) : authentique gyros qui fait la job.
 
Le pire

L’épouvantable disposition des meubles du Sofa en gros
Entrer dans le Sofa en gros est, en soi, un défi imposant.

Ici, les proprios ont tout simplement décidé de garrocher leurs meubles un peu partout en oubliant de prendre en compte que des clients allaient potentiellement décidé de s’y aventurer. Le corridor décrissé qui fait office de hall d’entrée a une largeur d’environ 28 centimètres.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Quand on arrive au fond dans la section droite du foutoir, on constate que les divans ont été soigneusement crissés cul par-dessus tête.
Crédits : Olivier Boisvert-Magnen

Des restos/marchés insalubres à profusion
Ce dont on pouvait potentiellement se douter, quant à la salubrité générale d’une bonne quantité des lieux de Jean-Talon Ouest, se confirme lorsqu’on fait de petites recherches très rapides sur la liste des contrevenants condamnés de la Ville de Montréal.

On commence par le Nhu Y qui, en octobre 2015, a finalement reçu des amendes TRÈS salées de 2000, 3500 et 4000$ pour des problèmes sanitaires non négligeables. La place semble plus ou moins ouverte depuis.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Pourtant, paraît que le SANDWICHE était bon.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

En 2015, ça a également pas mal frappé fort pour le Lyla qui – semble-t-il – offre des pas pires soupes tonkinoises. Le manque d’hygiène a probablement aidé à forger le goût du bouillon puisque le resto a reçu des amendes totalisant près de 3000$.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Ensuite, le plus légendaire des insalubres de la place : le marché B.K. qui, après avoir reçu une dizaine d’amendes en trois ans, a eu sa leçon et a fermé ses portes.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Heureusement, le B.K. a pris soin de donner l’exemple à quelques-uns de ses acolytes avant de trépasser. Du lot, la boucherie Bismilla fait bonne figure avec une amende de 2000$ reçue en septembre dernier pour une soi-disant présence de contaminants, de polluants et/ou d’espèce d’animaux.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Du côté du moins spectaculaire : y’a nos boys universaux de la Pâtisserie Internationale qui ont reçu un cadeau de 1250$ en mai 2014 ainsi que nos homies du Punjab Sweet and Snack qui ont profité d’une faveur de 1500$ en décembre 2013.

Les choses ont peut-être changé depuis, mais RIEN DE MOINS SÛR.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Les caprices de LA ville de Mont-Royal
Située juste à côté de l’un des arrondissements les plus démunis au Canada, la ville de Mont-Royal tente de se dissocier de ses voisins PAUVRES de plusieurs manières.

En plus de la fameuse clôture de la honte, qui sépare brutalement les deux arrondissements, on a droit à tout un stratagème urbain, alors qu’une fois passée outre la frontière du boulevard de l’Acadie, la rue Jean-Talon change de nom et DEVIENT le boulevard Graham, avant de se splitter en deux et de DEVENIR l’avenue Dresden.
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen

Mise entre parenthèses, la rue Jean-Talon retrouve son existence à la hauteur de la gare Canora jusqu’à la station Namur.

On n’a malheureusement pas été assez braves pour se rendre jusque là.

En bonus, pour se racheter :
Crédit : Olivier Boisvert-Magnen