+ Toutes les playlists

​5 autres endroits où la ville pourrait déverser ses eaux contaminées

Crédit photo : Fabienne Legault
​5 autres endroits où la ville pourrait déverser ses eaux contaminées
Le déversement de 8 milliards de litres d’eaux usées dans le fleuve Saint-Laurent déchaîne les passions. Malgré tout, Coderre n’a «pas le choix» et a donné son GO pour la poursuite du projet. Toujours prêt à proposer des alternatives de qualité, NIGHTLIFE.CA  se lance dans le débat d’idées et propose cinq endroits où le déversement serait plus favorable. Parce que, OUI, on a toujours le choix.

Stade olympique
Depuis le début de la controverse, les journalistes de ce monde ne cessent de quantifier les éventuels litres d’eaux déversés dans le fleuve en nombre de stade olympique (4 selon TVA Nouvelles). Sans s’en rendre compte, ils venaient tout simplement de trouver LA solution parfaite. Pratiquement inutile depuis plusieurs années, le stade servirait enfin à quelque chose une fois transformé en immense toilette géante. Ainsi, il ne resterait que trois stades à trouver (ou à construire) pour régler le problème comme il faut. Y’a une couple de fans d’AC/DC pis de monster truck qui vont chialer, mais à part ça, ça devrait être ok.


Oléoduc Énergie Est
Toujours aussi génial, ce génie de Gran Talen (personnage Facebook à connaître absolument) a eu un éclair de génie assez génial ce matin : notre humble Couillard devrait appeler Harper pour donner son appui au projet d’oléoduc Énergie Est, à condition qu’on puisse y acheminer nos déchets d’égouts en premier lieu. Solution économique simple et très pratique que le NPD devrait DE CE PAS inclure dans sa plateforme électorale s’il veut regagner le cœur des Québécois.
Crédit : Flickr / Libre de droits

À Laval
S’il nous est impossible de trouver un endroit aussi vaste que le fleuve Saint-Laurent pour y entasser tous nos excréments, on doit absolument penser à la solution ultime : la division. Sans hésitation, Laval semble être le choix le plus logique, étant donné le nombre incroyablement considérable de piscines hors terre qui y vivent. Évidemment, la hargne banlieusarde se ferait assez vive si Montréal allait de l’avant avec cette alternative, mais reste que le fleuve est la ressource de tous les Québécois, et qu’à un moment donné, c’est aux Lavallois de faire leur part. Possibilité très possible de mettre une quantité d’eau raisonnable dans le stade olympique de Laval aussi.
Crédit : Wikimedia / Libre de droits

Dans certaines brasseries québécoises
Élément essentiel à tout brassage de bière, l’eau doit être choisie avec un grand souci de qualité par les brasseurs, selon ce qu’affirme le toujours très fiable Wikipedia francophone. Toutefois, il va sans dire que, pour certaines bières, la qualité est une priorité qu’on retrouve au bas de la liste. Sans viser personne, on se permet de rappeler qu’une certaine brasserie locale se trouve à proximité de la future chute à neige Bonaventure et pourrait, ainsi, profiter d’une bonne batch d’eau usée pour son embouteillage de caisses de 24. Une certaine bière froide aux montagnes qui changent de couleur pourrait probablement améliorer son goût de cette façon.
Crédit : IHA / Libre de droits

Dans nos corps
On va se le dire : la solution la plus simple pour éviter que 8 milliards d’eaux excrément sales se ramassent dans le fleuve, c’est de se retenir de faire nos besoins pendant plusieurs jours. À cet effet, une prise de médicament très particulière pourrait s’imposer.