+ Toutes les playlists

Une pétition pour empêcher le déversement de 8 milliards de litres d’eaux usées dans le Saint-Laurent

Crédit photo : Fabienne Legault
Une pétition pour empêcher le déversement de 8 milliards de litres d’eaux usées dans le Saint-Laurent
La saga du déversement des huit milliards de litres d’eaux usées dans le Saint-Laurent continue. Dans l’espoir de faire changer la décision de la ville de Montréal, une pétition électronique circule depuis le début du week-end.

Les Montréalais ainsi que les habitants de plusieurs villes riveraines ne sont pas très heureux d’apprendre que la ville de Montréal envisage de polluer le fleuve de cette façon. Une pétition en ligne circule actuellement dans le but de mettre un stop à toute cette saga. Au moment de publier cet article, 56 748 personnes ont signé de façon électronique sur un objectif de 75 000 signatures. L’auteur de cette opposition, le montréalais Xavier Nonnenmacher, à l’intention de déposer la pétition à la mairie de Montréal dans le but de faire changer les choses et de trouver d’autres solutions moins nocives pour l’environnement.

Environnement Canada

C’est vraiment le fun de voir que les citoyens se mobilisent pour faire changer les choses, mais ces derniers n’auront peut-être même pas besoin de déposer la pétition. Selon un article de Radio-Canada, même si le ministère québécois de l’Environnement a donné son feu vert au projet, Montréal doit attendre la permission du fédéral.

Toutefois, Environnement Canada ne semble pas être chaud à l’idée de voir l’équivalent de 2600 piscines olympiques d’eaux dégouts dans le fleuve. Questionné par le journaliste de Radio-Canada, Environnement Canada mentionne que ce type de rejet d’eaux usées contrevient à des règlements et des lois. Une réponse officielle n’a toutefois pas encore été communiqué à la ville, mais disons que ça ne sonne pas très positif tout ça.

Rappelons que la semaine dernière Denis Coderre souhaitait une réévaluation du dossier avant d’aller de l’avant avec cette « solution » afin de s’assurer que le déversement est bel et bien la seule chose à faire pour abaisser la structure de l’autoroute Bonaventure. Le lendemain, le maire annonçait lors d’un point de presse qu’en effet la ville de Montréal allait procéder au déversement vers la mi-octobre.