+ Toutes les playlists

5 trucs pour continuer à boire dans les parcs sans se faire prendre

Crédit photo : Fabienne Legault
5 trucs pour continuer à boire dans les parcs sans se faire prendre
Vous devenez parano lorsque vous prenez une sip de votre Coronita au terrain de pétanque du parc Laurier? Vous achetez trois Vari-Baril de poulet frit juste pour être certain d’avoir de la bouffe toute la soirée pour accompagner votre alcool? Prenez le temps de respirer deux secondes et optez plutôt pour ces cinq trucs TRÈS RÉFLÉCHIS qui vous permettront de boire dans le parc en toute quiétude.

Le contenant trompeur
Un vieux truc, comme on dit. Malgré tout, on se doit de redoubler de prudence, principalement concernant le choix du contenant. Une bouteille de jus de pomme avec huit pieds de broue? Pas très subtil. Une gourde opaque? Pas assez original. La grosse mode, cet été, c’est plutôt le fameux contenant Polar Pop du Couche-Tard, qui peut facilement être subtilisé à travers plusieurs achats conséquents. Y’en a de tous les formats, donc n’hésitez pas à prendre le plus gros.
Crédit : Flickr (photo libre de droits)
 
La table à pique-nique portative
Puisque le règlement du Plateau stipule qu’on peut boire de l’alcool à condition d’être assis à une table à pique-nique, voici une solution miracle, facilement accessible : créez votre propre aire à pique-nique grâce à votre table portative. Si vous feelez particulièrement zoo, n'hésitez pas à vous munir du format aquatique qui permet de prendre ça pas mal tranquille à la piscine Jarry ou Laurier. Les lifeguards vont probablement être d’accord.
Crédit : Affichez-vous
 
Utiliser des fruits
Y’a pas juste à La Havane qu’on peut se prélasser avec un melon d’eau fort en alcool. C’est maintenant possible un peu partout dans le monde grâce aux accords économiques internationaux qui ont permis l’importation de fruits exotiques à prix modique. Seul problème : ça peut être compliqué à faire, et vous allez probablement vous sentir comme ce gars-là en élaborant votre recette.
Crédit : Flickr (photo libre de droits)
 
Le camelbag
On l’oublie souvent celui-là. Avec sa paille subtile et son confort certain, le camelbag est probablement la meilleure solution pour ne pas attirer l’attention de la police. Qui oserait donner une amende à un quelqu’un qui fait du plein air? Personne. Gros désavantage : même après 239483 utilisations, le liquide du sac goûte encore le plastique. Pas de quoi inquiéter ce gars-là qui, tranquillement, mais sûrement, commence à se rendre compte qu'être chaud raide pour courir un 42.2 km, c'est pas la meilleure idée.
Crédit : Flickr (photo libre de droits)
 
Le micro-casque
Voici une formule plus inusitée. Puisque vous devez TOUJOURS partager un repas en buvant de l’alcool dans un parc, pourquoi ne pas vous accrocher une bouchée permanente sur le bout d’un micro-casque? Comme ça, dès que la police passe, vous prenez votre bouchée de casque et, dès que les agents quittent, vous en remettez une autre! Gros shout out à Christophe Lamarche pour l’idée.
Crédit : Flickr (photo libre de droits) / Fabienne Legault
 
Ha et il y a aussi l’exode urbain. Arrêtez de fréquenter les parcs surpeuplés et allez plutôt chiller dans des quartiers plus surprenants, comme Saint-Michel, Montréal-Nord, Pointe-aux-Trembles, Cartierville, Pierrefonds ou, bien mal pris, Beaconsfield.
Crédit : Wikimedia
 
Paisible, non?