+ Toutes les playlists

Rouge Gorge : le bar à vin gourmand qu’on attendait tous!

Crédit photo : Sophie Ginoux
Rouge Gorge : le bar à vin gourmand qu’on attendait tous!
Oh, que nous l’avons attendu, ce nouvel établissement!  En fait, tous ceux qui avaient connu l’institution du Continental, présente plus de 25 ans sur la rue Saint-Denis, guettaient les faits et gestes d’Alain Rochard et de Laurent Farre, les deux propriétaires du « Conti ». Le nom de Rouge Gorge circulait déjà officieusement, et j’avais même pu en savoir un peu plus sur le concept à venir en juillet 2014 (billet à lire ICI). Il en aura donc fallu, de la patience, aux foodies de tous crins avant de découvrir le nouveau bébé des deux complices et de Julien Rochard (le fils d’Alain) qui a ouvert ses portes cette semaine sur l’avenue Mont-Royal Est. Sur le Plateau encore, vraiment? « Oui, nous sommes des aventuriers, répond Alain Rochard en souriant. On sait que le Plateau a perdu de son lustre côté commerces, mais on veut croire que le Rouge Gorge, comme d’autres bars et restos autour, vont relancer le quartier. »
Les Rochard père et fils
Crédit photo Sophie Ginoux

À en juger par le grand nombre de personnes présentes dans le bar à vin lors de ma visite, le restaurateur ne rêve pas en couleur. Mon voisin de table est même déjà un fidèle, venu deux fois en deux soirs d’ouverture! Il faut cependant dire que le Rouge-Gorge a tout pour plaire. À commencer son très beau design signé Zébulon Perron – qui a débuté sa carrière en dessinant les plans du Continental –, à la fois chaleureux, fluide et intemporel, dans lequel on trouve des banquettes, des petites tables bistro, un long comptoir auquel on peut s’attabler, une cuisine ouverte. Et bien sûr des bouteilles. Plein de bouteilles, même, puisque le Rouge Gorge a déjà en débutant une carte de quelque 500 étiquettes. Ça en fait, des produits à découvrir, ça!
Crédit photo Sophie Ginoux

Inutile toutefois de paniquer si vous avez peu de connaissances dans le domaine des vins. Comme le dit si bien Alain Rochard, aussi copropriétaire du Vignoble français du Loup Blanc (vignobleduloupblanc.com), « le vin, c’est du jus de raisin avec un peu d’alcool. Et c’est destiné à donner du plaisir, ça ne doit pas être pompeux ou élitiste. Et puis, le vin, ce n’est pas juste un produit. C’est aussi le moment, la personne avec qui on se trouve pour en boire. On peut déguster la meilleure bouteille au monde, si c’est avec un con, eh bien on passera un mauvais moment. » Cette approche sans prétention du vin, Alain Rochard l’a d’ailleurs traduite dans la mise en place sur le comptoir d’une tirette à vins, qui propose de petits vins rouges et blancs à boire dans des verres plats tout simples ou à partager en format d’un demi-litre.
La tirette à vins du Rouge Gorge
Crédit photo Sophie Ginoux

Je ne peux cependant résister aux bulles que me suggère la très sympathique et informée serveuse au bar. C’est donc avec une coupe de bon cava Gramona Grand Reserva 2009 que je consulte le menu du Rouge Gorge, qui compte une douzaine de choix de petits plats conçus par Julien Rochard. « Je suis conscient qu’un bar à vin est avant tout une destination pour boire un verre, mais je me suis donné le challenge de faire venir à moyen terme les gens aussi ici pour la nourriture », dit-il. Et il a raison de le penser, parce que sa cuisine est tout à fait à la hauteur de nos attentes. Attentif aux produits qu’il utilise, adepte d’une approche inspirée de ses origines et de ses voyages, le chef propose bien plus que des plateaux de fromages ou de charcuterie – même si pour l’avoir dégustée, la sélection viandée provenant du Pork Shop de Mirabel est très réussie, notamment un saucisson aux champignons d’une finesse remarquable. Tartare de bison sur chips de tarot, tempura de pieuvre, parmentier de boudin, maquereau fumé, joue de veau braisée, salade de betterave et chèvre frais. On voit que Julien Rochard s’amuse, mais fait bien les choses. Comme ce succulent Banh Mi, un sandwich vietnamien déconstruit avec les légumes parfaitement marinés d’un bord; un beau sillon d’une mayonnaise au goût subtilement fumé et épicé grâce à plusieurs éléments, dont des piments oiseaux frits, au centre; et enfin à l’autre extrémité un morceau de flanc de porc braisé 10 heures, puis poêlé pour le rendre croustillant, servi sur une chips de type won ton. Dé-li-cieux!
Banh mi déconstruit
Crédit photo Sophie Ginoux
Plateau de charcuteries
Crédit photo Sophie Ginoux
Salade de betteraves et de fromage de chèvre
Crédit photo Sophie Ginoux
Parmentier de boudin
Crédit photo Sophie Ginoux

On finit avec d’autres bonnes nouvelles. Tout d’abord celle que le Rouge Gorge est ouvert à compter de 15h, donc idéal pour l’apéro, même tôt. Ensuite, qu’il est possible d’y savourer de bons petits plats tardivement, puisque la cuisine est ouverte jusqu’à deux heures du matin. Enfin, que les propriétaires nous réservent plein de surprises à venir, comme l’élargissement de la carte des vins et spiritueux à plus de 1000 étiquettes (vous avez bien lu!), de gros plats à partager, ou encore l’installation d’une grande table conviviale idéale pour se faire de nouveaux amis. Quel chouette concept!

Rouge Gorge
1234 Avenue du Mont-Royal E, Montréal H2J 1Y2
514 303-3822
www.rougegorge.ca