+ Toutes les playlists

Une voie partagée sur la rue Beaubien, dangereux ou pas?

Crédit photo : Twitter | Journal de Rosemont
Une voie partagée sur la rue Beaubien, dangereux ou pas?
Depuis quelque temps, on remarque que la ville prend un nouveau tournant face aux déplacements des citoyens. Effectivement, sur plusieurs artères montréalaises, on semble favoriser de plus en plus l'accès aux rues piétonnes. Si plusieurs sont totalement en faveur des changements, certains affirment qu'un tel virage ne fera que renforcer l'exode des gens vers les commerces hors du centre-ville, en plus d'augmenter les difficultés face à la circulation en voiture et au stationnement. Dans la même optique, mais avec un projet quelque peu différent cette fois, Montréal propose de mettre à l'essai le concept de voie partagée, sur la rue Beaubien (nous apprend le Journal Métro aujourd'hui). Est-ce que c'est safe, ou plutôt dangereux?

Ce type d'aménagement urbain est encore assez méconnu au Québec. La ville de Montréal a décidé d'essayer cette nouvelle formule, mais quelques inquiétudes se manifestent d'un point de vue sécuritaire, car piétons, cyclistes, bus et automobilistes devront partager la route. Tous en même temps. Ouin.

En faisant cela, la ville tente de rendre les lieux plus attrayants, surtout pour les commerces locaux et l'économie de l'arrondissement. Il s'agit d'une artère où l'on croise déjà un bon nombre de piétons et de cyclistes, et on veut créer encore plus d'effervescence sur la rue. Selon le maire, seulement 25% des déplacements sont effectués en voiture, dans le coin.

La mise en place d'un tel projet sera surveillée de près par le ministère des Transports du Québec. Après l'adoption par la ville de Montréal d'un nouveau règlement municipal (figurant dans le Code de sécurité routière), délimitant la vitesse de circulation à 20km/h dans cette zone, un panneau spécial sera ensuite affiché sur Beaubien. Sur le panneau en question, on verra l'icône d'un piéton mis bien en évidence, par rapport à l'icône du vélo et celle de l'automobile. Priorité aux piétons, donc?

Bref, tout cela n'est qu'une expérience, rien n'est coulé dans le béton pour le moment. Cependant, la situation soulève des questionnements. Mis à part le côté «sécuritaire» de la chose, croyez-vous qu'une telle idée peut s'avérer efficace? Est-ce qu'une limite de vitesse si basse ne fera que causer du ralentissement de circulation dans l'arrondissement? Est-ce que les cyclistes se sentiront à l'aise de partager la voie, ayant une si grande proximité avec les voitures et les piétons? Ça reste à voir.