+ Toutes les playlists

Victime de la porn: la chick qui voulait se faire grimper par 23 gars le jour de ses 23 ans

Crédit photo : Émilie Deshaies
Victime de la porn: la chick qui voulait se faire grimper par 23 gars le jour de ses 23 ans
Si tu n’as aucune idée de quoi je parle, t’as clairement moins d’amis perv que moi parce qu’il n’y avait que ça dans ma timeline toute la semaine. Pour les moins bien informés (ou les âmes pures), c’est qu’il y a une jeune pornstar québécoise du nom de Heidi Van-Horny (moi aussi, le nom m’a fait rire) qui a décidé de faire un stunt assez particulier pour sa fête: se faire grimper par 23 dudes le jour de ses 23 ans. (Dire que moi, j’avais demandé mon permis de conduire.)

Voici un des nombreux articles dans le Journal de Montréal, parce que ce type de nouvelle là, ça se lit dans le Journal de Mourial.

C’est trop le genre de phénomène qui me fascine. Pas tant le trip de faire de l’argent avec ses fesses, mais la réaction des gens par rapport à tout ça. Combien ça dérange encore. Combien on aime rabaisser les gens pour se remonter un peu. Ce n’est pas sans rappeler le cas de Miley Cyrus cet été aux VMA’s.

Il n’y a rien comme du gros slut-shaming sale pour se convaincre qu’on est quelqu’un dans la vie! Personnellement, je suis content de cette controverse parce que ça me permet de faire une montée de lait sur une phrase que je ne suis plus capable de voir :

«Ses parents doivent être fiers.»

(Évidemment, cette réplique de génie est dite avec ironie.)

Crime que j’haïs cette phrase-là! On la voit popper dès qu’une fille joue la carte sexuelle quelque part. Quand on croise une fille au costume sexy dans un bar à l’Halloween. Quand on voit des filles suivre des cours de twerking. Et évidemment, quand une fille veut se faire gang-banger solide à sa fête.

Et je comprends. Ce n’est sûrement pas ce qu’on s’imagine pour sa fille quand on lui fait des tresses à trois ans et demi. Mais s’il y a un moment dans ta vie d’adulte où tu devrais te torcher de ce que tes parents vont penser, c’est bien lorsqu’il est question de cul. Qui souhaite rendre ses parents fiers avec sa vie sexuelle?

« Maman, papa, vous ne croirez jamais combien votre gendre m’est venu dans la face ce matin! OUF! »

Genre de phrase qui punch fort en souper de Pâques. Mais qui peut prétendre avoir une sexualité qui rendrait fiers ses parents? C’est tellement du gros jugement hypocrite.
Pour constater combien on est mal placé pour faire la morale à qui que ce soit, il suffit de faire un petit exercice (et scraper sa vie sexuelle dans le processus) : la prochaine fois que tu seras salement excité durant un acte sexuel, profite du moment pour te demander si tes parents seraient fiers de toi.
  • Quand tu te branles aux toilettes de ta job.
  • Quand tu mouilles à te faire traiter de pute.
  • Quand tu viens fort en te faisant doigter le cul.
Tu peux prendre deux secondes pour te rappeler de tes moments de gloire.

Ça donne un peu d’humilité, hein? Pourtant, il n’y a rien de honteux ou de surprenant là-dedans. Les trips de « naughty boy » et de « filles coquines » sont pas mal toujours plus excitants que les trips de bien-pensants gentils.

Et là, je sais que certains diront que ce n’est pas de se faire grimper par plein de gars qui fait honte aux parents, c’est de le faire en public. Eh bien, si ça peut vous rassurer, la fille n’en a sûrement même pas de parents. Est-ce que ça te fait filer mieux?

De toute façon, le problème n’est pas l’humiliation hypothétique de ses parents. Le problème est que dans notre société, on juge encore beaucoup trop les gens qui jouent la carte sexuelle. Comme si c’était une mauvaise chose. Comme si on ne se crissait pas de ce que l’Église considère comme un péché. Comme si ce genre de fantasme/stunt risquait de faire un quelconque dommage à quelqu’un d’autre que la principale intéressée.

Au lieu de juger et de se prendre pour des curés, on devrait se poser une question qui permettrait d’ajouter un peu de pertinence à cette nouvelle: si un gars avait voulu fourrer 23 filles le jour de ses 23 ans, est-ce qu’on aurait réagi de la même façon?

Bon vieux double standard! Rien là-dedans pour rendre nos parents fiers.