+ Toutes les playlists
Cette exposition se présente comme une suite de tableaux de personnages chevauchant les époques et les dimensions. On se trouve ici face à une galerie d’êtres chimériques dont l’identité semble toujours fluide, échappant constamment à une définition claire, ni tout à fait humaine ni tout à fait animale, souvent à la fois mâle et femelle, contemporaine mais avec un relent d’une autre époque. Cette impression de nostalgie d’un autre siècle provient, entre autres, d’une des sources d’inspiration de Pol Turgeon, soit les sublimes croquis que Jean-Auguste-Dominique Ingres a faits de certains de ses modèles. Les visages sont donc ceux d’individus bien réels qui vécurent tous au 19e siècle, d’où cette aura d’une époque révolue qui enveloppe la série. Ces visages ont inspiré Turgeon et cette aventure s’est rapidement transformée en un voyage dans les sombres tréfonds de l’inconscient de l’artiste, un monde où d’innombrables personnages mijotaient en attendant la lumière. Turgeon n’invente pas ces personnages mais les révèle, et ces apparitions, à leur tour, le transforment.