+ Toutes les playlists

Elena et Social PS: quand café, pizza et vin font bon ménage!

N’entre pas qui veut au Elena. Mais ceux qui y entrent en ressortent plus qu’enchantés ! Parce que oui, l’écriteau Elena sur la façade est si bien camouflé que même moi, sachant très bien ma destination, s’est pris à deux reprises pour trouver l’endroit.
 
C’est sur la rue Notre-Dame, dans un Saint-Henri bouillonnant de nouveaux commerces, qu’Emma Cardarelli (chef et copropriétaire du Nora Gray) et son associé Ryan Gray, ont mis sur pied le concept Coffee, Pizza, Wine.Tandis qu’au restaurant Elena on se régale de pizza style napolitaine, de plats de viandes à partager, sans oublier antipasti et contorni bien arrosés d’un vin nature italien, c’est au Club Social P.S., situé juste à l’arrière, que l’on peut s’y installer dès 9h pour un caffè e dolce, ou luncher à l’italienne avec une pizza style Romaine.
Cours arrière du Social PS
Crédit photo : Tommy Dion

Il y a plusieurs raisons de socialiser au PS, ou de courtiser la charmante Elena. Parce que oui, elle a son charme. Décor rétro-chic (pensé par Kyle Goforth (Boxerman, Loïc)) me faisant penser aux années 80 avec ses banquettes beiges, ses chaises en velours bleutées et ses murs blancs. On prend même plaisir à son ton un brin cacophonique lorsqu’elle chante à tue-tête quelques succès des 80s car après tout, la cuisine italienne est synonyme de rassemblement, de partage et de plaisir... Surtout quand le vin est bon !
Crédit photo : Tommy Dion

Justement, parlons de cette (très) jolie carte des vins — entièrement nature — travaillée par Ryan, faisant honneur à la fois à la Vieille Botte et au Québec. Rosato, bianco, rosso, arancia ou spumante & frizzante, il y a de quoi à amuser nos papilles, surtout lorsqu’il y a un bel éventail de choix au verre.
 
Et Elena, fait-elle bien à manger ? Oh si ! J’aimerais tout de suite passer à la pizza — la vedette de la soirée —, mais ce serait brusquer les choses. Parce qu’avant de satisfaire notre rage de gluten, notre régal s’est entamé avec un hymne aux légumes composé d’une salade verte — venant certainement du jardin — avec une vinaigrette parfaitement dosée, puis de quelques tronçons de chou-fleur d’abord blanchis et rapidement frits afin de leur donner une belle dorure. Accompagnés de romesco (sauce à base de noix, de tomates et poivrons) et d’anchois blancs, il n’en fallait pas plus pour entendre les « mmmmh » et « wow » autour de la table.

Crédit photo : Tommy Dion
Crédit photo : Tommy Dion
 
Maintenant, la pizza. Ahhh la pizza ! Parce qu’il faut savoir qu’Elena la prépare particulièrement bien. Elle l’élabore entièrement avec du levain, fermentée pendant de longues heures avant d’être manipulée avec finesse et élégance… Pour ensuite l’envoyer dans un four à plusieurs centaines de degrés pour aboutir, quelques secondes plus tard, à la table.

La Diavolo — peppéronis et mozzarella di bufala — fut réclamée par l’éternel traditionnel paternel, puis la M. Fun-guy — champignons sauvages, céleri-rave, tallegio — par maman et fiston, pour satisfaire notre amour des fongus. La pâte est fine, bien assaisonnée et goûteuse grâce au levain… Tandis que j’ai trouvé la Diavolo un peu timide en sauce tomate, je me suis totalement délecté avec M. Fun-guy. Le céleri-rave finement tranché est discret à souhait, puis le fromage taleggio est juste assez intense pour soutenir les champignons. Magnifico! 
 
Crédit photo : Tommy Dion

Aux côtés de ces deux magnifiques tartes aux teintes un peu noircies — attribut indispensable d’une bonne pizza napolitaine —, se retrouve notre volatil aimablement baptisé Spring chicken ! sur le menu. Déposé sur une purée d’ail, le poulet est servi avec carottes, haricots, betteraves et radis. Peut-être que c’est moi — ou la température à l’extérieur frôlant les 30 degrés Celcius —, mais j’aurais eu beaucoup plus de plaisir à savourer ce plat aux allures d’automne un soir frisquet d’octobre. Et encore plus si le poulet avait été légèrement plus cuit, pour ne pas voir l’excès de teinte rosée près des os et des articulations.
Crédit photo : Tommy Dion

En guise de dessert, un simple affogato a fait mon bonheur, tandis que mes compagnons de table se sont régalés avec un classique de la maison ; la torta di riso, un genre de gâteau à base de riz carnaroli, servi avec un caramel salé maison et une chantilly au zeste d’orange. Un peu costaud, mais l’assiette est repartie sans aucune miette.
Crédit photo : Tommy Dion

Cette soirée-là, en disant au revoir à Elena, j’avais trois choses en tête. D’abord, j’essayais de me remémorer la dernière fois que j’avais mangé une aussi bonne pizza. Ensuite, que je devais revenir socialiser avec elle le temps d’une pizza Al taglio, un bon midi. Enfin, très heureux de voir papa et maman repartir avec le sourire, signe qu’Elena avait été à la hauteur !
Crédit photo : Tommy Dion
 
Crédit photo : Tommy Dion
 
Elena et Club Social PS
5090 Notre-Dame Ouest, Montréal