+ Toutes les playlists

Le Blossom : beau, bon ... et festif!

Crédit photo : Christian Brault
Le Blossom : beau, bon ... et festif!
On en parlait depuis des mois, et c’est la semaine dernière finalement que nous avons pu découvrir le tout nouveau bar à sakés Le Blossom, sur le boulevard de Maisonneuve Est. Un endroit absolument superbe, accueillant et aux propositions très invitantes.
Crédit photo Sophie Ginoux
 
Ce projet a été conçu par trois jeunes et sympathiques propriétaires (Dan Pham et les frères Truong) qui n’en sont pas à leur coup d’essai, puisqu’ils sont aussi à la tête du Red Tiger. Mais comme cela n’arrive pas souvent dans le milieu de la restauration, arrêtons-nous aux frères Truong, qui sont à la fois jumeaux et chefs sur place. On peut être au premier abord un peu amusé par leurs prénoms, Viet et Nam, et se dire que leurs parents ont un bon sens de l’humour. Mais ils ont bénéficié d’une expertise qui leur permet aujourd’hui, à 26 ans, de garder la tête froide dans leur métier. Ils ont en effet grandi dans les restaurants de leurs parents et ont une démarche en cuisine à la fois authentique et éclatée, à l’image de ce qu’ils sont, c’est-à-dire d’origine vietnamienne, adeptes de cuisine asiatique et nés au Québec. Alors, même si avant tout, le Blossom est un bar à sakés et à cocktails, prenez au sérieux ce que ces deux jeunes hommes offrent en cuisine, car ils travaillent sérieusement et ne manquent pas d’imagination.
Les trois propriétaires du Blossom
Crédit photo Sophie Ginoux

De l’imagination, il y en a aussi dans le décor. Et quel décor! Wow. Le Blossom est vraiment un magnifique endroit, à la fois très moderne et incarné dans l’esprit japonisant à la base de son concept. Immense comptoir qui traverse de part en part l’espace bordé de tabourets hauts, accompagné de plus petits flanqués de poufs, et beaucoup d’espace pour permettre aux noceurs de boire un verre et d’échanger. Nous sommes bel et bien dans un bar, comme nous le rappelle aussi le système d’éclairage au plafond, la grande étagère débordant de bouteilles et de verres derrière le comptoir, ainsi que l’ambiance sonore. Mais tout est fait ici avec élégance et un rappel au Japon, à commencer par l’imposant cerisier japonais en fleurs qui trône au milieu de l’espace et qui fleurit ici toute l’année, contrairement aux vrais qui ne le font qu’une semaine par an au pays du soleil levant. Même approche japonisante du côté de la présentation des sakés, de plusieurs cocktails et de la vaisselle, avec toutefois une petite touche vintage pour certaines assiettes, désir d’un des chefs.
 
Crédit photo Christian Brault
Crédit photo Christian Brault
Crédit photo Christian Brault
Crédit photo Christian Brault

Ici, la primeur va évidemment aux sakés et aux cocktails que l’on peut préparer avec cet alcool. Celui intitulé Akira, constitué de saké, de vodka, de sirop de rose, de thé aux fleurs de chrysanthème et de soda au litchi, a remporté les faveurs de notre groupe lors de notre visite, mais plusieurs autres sont intéressants. Des vins, ainsi que des bières en fût et en bouteille complètent l’offre liquide du Blossom. De quoi passer une belle nuit festive.

Cocktail Sakira
Crédit photo David Maman
Crédit photo David Maman

Du côté de la nourriture, il est possible de commander des soupes, des sashimis, des temaki (sushi traditionnel japonais en forme de cône ou de cylindre), des tempuras, des salades et des desserts. Impossible de tout goûter en une visite, mais j’ai tout de même essayé plusieurs éléments du menu en commençant par deux des soupes. Celle de dashi (Kake udon), peut-être en raison de l’alcool que je buvais en même temps, m’a paru un peu neutre en terme de goût, mais celle de Udon Kinoko, constituée d’un bouillon de dashi crémé avec plus de caractère et de trois champignons japonais – une recette que les chefs ont mis trois mois pour mettre au point– s’est révélée savoureuse et élégante.
Crédit photo Sophie Ginoux
 
Essai suivant : le poulet Karaage. Marinés dans de la sauce aux haricots noirs, du miel, du citron et du gingembre, puis passés dans un mélange maison de farines et frits, les morceaux de volailles sont servis accompagnés d’une sauce mayonnaise épicée… et sont tout à fait délicieux! Légers, sans gras superflu, plein d’arômes, je vous les recommande.
Crédit photo Sophie Ginoux
 
Aller au Blossom sans goûter aux temaki, qui constituent le clou du spectacle ici, serait une erreur. Déclinés en huit saveurs végétariennes ou poissonneuses (dont une au homard de Gaspésie), elles sont effectivement succulentes, car elles sont préparées minute, ce qui permet à la feuille de nori qui entoure la préparation de demeurer croquante. Les chefs conseillent d’ailleurs de consommer les temaki assez rapidement (moins de deux minutes) pour profiter au maximum des textures de cette spécialité. Mon temaki favori lors de ma visite? Celui au saumon frais, coupé finement et juste additionné de sésame et de citron pour respecter le produit. Le gras du poisson, marié à la cuisson parfaite du riz cuit sous pression et au craquant de la feuille de nori, c’est fantastique.
Crédit photo David Maman

On le sait, les desserts ne sont pas la spécialité première des restaurants asiatiques. Les chefs Truong en proposent tout de même deux sur leur carte sur la même base, à savoir un moelleux de gâteau au fromage à la fraise ou au thé matcha. Leur présentation est jolie, mais je n’ai pas eu la chance de les goûter, donc je vous laisse le soin de vous en faire une idée par vous-mêmes.
Crédit photo Sophie Ginoux

Le Blossom était donc attendu de pied ferme et semble dès son ouverture tenir ses promesses. À en juger par la foule qui était sur lorsque je suis venue lui rendre visite, il y a fort à parier qu’il aura beaucoup de succès. À découvrir!


Le Blossom
1101, boul. de Maisonneuve Est, Montréal


À LIRE AUSSI: