+ Toutes les playlists

10 films à voir au cinéma en décembre

Crédit photo : youtube.com
10 films à voir au cinéma en décembre
Décembre, c’est le grand début prometteur de super Greta Gerwig qui devient réalisatrice. C’est aussi des comédies satiriques, un faux-documentaire, des explorations amoureuses, du fantastique, Daniel Day Lewis et P.T. Anderson et évidemment Star Wars, Star Wars, Star Wars. Un nouveau Jumanji?!? Pas sûr… Pour te sortir un instant de ta rafale de classiques signés Ciné-Cadeau, des propositions de sorties cinéma à quelques jours d’un Noël qui ne sera probablement pas blanc.


Lady Bird. en salle

Greta Gerwig change de rôle et passe d’actrice à réalisatrice. Un premier long-métrage qui lui vaut beaucoup d’éloges. Histoire familiale d’un amour compliqué, mais inconditionnel d’une jeune femme à en devenir (Saoirse Ronan) et de sa mère (Laurie Metcalf). Détour sur l’adolescence en pleine école secondaire catholique. Des expériences nouvelles qui se vivent et celles à en devenir. Tout ça sous le soleil de Sacramento en Californie.
 



Jeune Femme. en salle

Comme un vent de fraîcheur qui déferle sur le cinéma français. La jeune femme de la réalisatrice Léonor Seraille vit une vie nouvelle en pleine trentaine, sans structure professionnelle ou sociale pour la retenir d’exister à l’extérieur des barèmes de la société. L’héroïne (Laetitia Dosch) est libre, ses idées libérées et elle veut en profiter. Repartir à zéro quand on n’a plus rien à perdre. Premier film pour Seraille, qui lui vaut la caméra d’or à Cannes.
 



The Disaster Artist8 décembre

Un film poche devenu culte par son échec catastrophique au coût de six millions, se raconte sous la direction de James Franco. Imprégnée à tout jamais dans la mémoire des cinéphiles amateurs du mauvais genre, l’histoire est revisitée de l’intérieur, pour nous laisser voir les coulisses du désastre annoncé. Hommage à The Room, hommage au meilleur des pires films réalisés. Une occasion en or pour vous laisser marquer par cet univers raté de Tommy Wiseau. Plein de monde à voir dans le film de Franco, qui se glisse lui-même sous la peau de Wiseau et qui aura entre autres à ses côtés Dave Franco, Alison Brie, Seth Rogen et un cameo de Tommy Wiseau lui-même.
 
 



God’s Own Country8 décembre

Dans un coin reclus du nord de l’Angleterre, une terre rurale familiale où la solitude se fait ressentir dans tout son poids. Pour Josh (Johnny Saxby), la responsabilité de la ferme lui revient par défaut. La vie se résume à trop d’alcool, des drogues et du mauvais sexe. Alec (Gheorghe Ionescu), un roumain en recherche de travail, perturbera le quotidien morose de Josh en devenant le nouvel employé. Relation qui se créer sous les intentions des silences des gestes et quand un film n’a pas le choix de nous ramener à Brokeback Mountain. Francis Lee fait dans le réalisme et dirige un film sensible pour toucher là où ça touche.    
 



Ta Peau si Lisse8 décembre

Film de Denis Côté, jeux sur l’image du documentaire pour alimenter sa fiction. Intrusion dans le milieu des culturistes. Six adeptes des capacités au corps à développer des muscles de manière exponentielle sont suivis dans un quotidien qui les sort du gym pour les montrer dans un instant plus personnel, permettant de jeter un regard au-dessus de la musculature. L’univers de Côté baigne souvent dans la contemplation (BestiaireQue ta joie demeure) et cherche à trouver des vérités au-delà du chest-bras.
 



The Shape of Water. 8 décembre

Dans une époque Guerre Froide aux États-Unis, une créature est repêchée de son univers pour servir des tests menés en laboratoire. Une femme de ménage (Sally Hawkins) témoin des cruautés envers la créature, la délivrera de ses souffrances. Une relation naîtra dans un monde où le langage doit se faire nouveau pour être compris -  elle est muette et la créature est particulière. Une chasse pour reprendre possession de la créature évadée se fait aussitôt sa liberté retrouvée. Guillermo del Toro et une histoire d’amour, d’horreur et de fantastique. La belle et la bête.
 



Star Wars : The Last Jedi15 décembre

Le film poursuit là où Star Wars : The Force Awakens nous a laissé : sur l’île où se cachait Luke Skywalker (Mark Hamill) et où Rey (Daisy Ridley) est amenée pour remplir sa destinée de devenir une Jedi. Les aventures de pouvoirs intergalactiques continuent sur cet affrontement du bien et du mal, avec tous les personnages survivants du chapitre dernier. Le réalisateur Rian Johnson a finalement hérité du projet après que J.J. Abrams se soit retiré. La barre est haute (évidemment) et comme à chaque Star Wars, on s’attend à un film-évènement en soi. 
 



Call Me By Your Name. 22 décembre

Romance au masculin, en plein début des années 80. Un adolescent presque qu’adulte, rencontre le nouvel élève universitaire de son père venu passer l’été à la maison de vacances. L’un ne laisse pas l’autre indifférent. Chacun dans son questionnement identitaire se laissera aller à suivre les pulsions des lois de l’attraction. Le réalisateur Luca Guadagnino nous fait vivre l’intensité passionnelle d’un amour nouveau, lui qui explore les marques que laisse l’amour au-delà des corps (voir I Am Love). Armie Hammer et Timothée Chalamet révèlent le talent de leurs jeux d’acteurs. Nul autre que Sufjan Stevens pour composer la musique du film.

 



Downsizing22 décembre

La possibilité d’un monde en miniature dans une image d’un futur près. Matt Damon et Kristen Wiig en couple pour tester ce que la science a à leur donner pour les sortir d’une routine blasante et surchargée de stress. Devenir le format miniature de soi et vivre une vie de roi et reine dans une nouvelle réalité qui se créer dans cette même réalité. Une science-fiction comédie dramatique signée Alexander Payne, cinéaste à qui l’on doit entre autres The Descendants et Election.
 



Phantom Thread25 décembre

Daniel Day Lewis tire sa révérence et pour son dernier spectacle avant la tombée du rideau, Paul Thomas Anderson pour le diriger. Deuxième collaboration pour le duo qui avait tout enflammé avec There Will Be Blood donnant l'un des plus bels objets cinématographiques du 21e siècle. La mode londonienne des années 50 comme base pour roder une histoire. L’amour qui vient mêler les cartes. Le couturier Reynolds Woodcock (Daniel Day Lewis) se croyant voué aux échecs amoureux devra reconsidérer l’approche de son avenir, maintenant incertain de ses sentiments chamboulés par l’amour et l’inspiration que lui apporte Alma (Vicky Krips). Continuer de créer avec la tête qui habite d’autres sentiments. Johnny Greenwood de Radiohead à la musique. Un P.T Anderson pour Noël. Ho ho ho!