+ Toutes les playlists

Madame Bovary : LE resto-bar ludique et festif incontournable sur la Rive-Sud

Crédit photo : Pierre-André Bédard
Madame Bovary : LE resto-bar ludique et festif incontournable sur la Rive-Sud
Si votre vision du nightlife de la Rive-Sud montréalaise se résumait jusqu’à présent à quelques lieux sans grande envergure et au sempiternel Lovers, vous allez sans doute être bouche bée en rentrant, tout comme je l’ai fait un vendredi soir, dans ce nouveau concept de Boucherville qui remplace l’institution du Rack’N’Roll. Parce que oui, il est tout simplement époustouflant ! On est en effet à des années-lumière de s’imaginer ce qui se cache derrière la devanture de type centre d’achat qui nous accueille. Une fois la petite alcôve de l’entrée passée, la magie embarque complètement alors que nous plongeons dans son décor néo-victorien digne d’un film.
Crédit photo Pierre-André Bédard
Crédit photo Pierre-André Bédard
Crédit photo Sophie Ginoux
Crédit photo Sophie Ginoux
Crédit photo Sophie Ginoux
 
Dans cet espace immense de plus de 10 000 pieds carrés qui peut accueillir, les soirées occupées, jusqu’à 400 personnes dans ses murs, on est tout d’abord impressionné par la structure judicieuse qui permet de vivre plusieurs types d’expérience à la fois. Salle de type bistro en avant, monumental espace central avec deux bars et une ribambelle de tables hautes et de banquettes molletonnées, salles de billard et de jeux en arrière et sur le côté, ainsi que plusieurs salons plus intimes pour compléter l’ensemble, dont un salon privé caché derrière une porte-bibliothèque que l’on peut louer à l’heure en groupe pour s’adonner au karaoké. Mais ce qui nous cloue réellement le bec, c’est la décoration ciselée dont l’établissement a fait l’objet : bois noble, marqueterie, mosaïques, fresques, tableaux, meubles d’époque, tapisseries, lustres… Le travail orchestré par la jeune designer très en demande, Amlyne Phillips (Mayfair, Jatoba) avec les propriétaires du Madame Bovary pour conjuguer l’ère victorienne avec le XXIe siècle est à couper le souffle. Tout est séduction ici, du magistral miroir travaillé de plusieurs mètres de haut, aux petites alcôves confortables, en passant par l’ambiance assurée par des DJs et le charme du personnel. On se sent totalement dépaysé et on adore ça!
Crédit photo Sophie Ginoux

Crédit photo Sophie Ginoux
 
Je pourrais encore poursuivre pendant plusieurs paragraphes cette description dithyrambique, en vous racontant notamment que le Madame Bovary a plus de 5000 livres sur ses murs, ou encore que les tapisseries et les fresques ont été réalisées exclusivement pour cet établissement, mais le mieux est que vous vous rendiez sur place pour en comprendre toute la dimension. Mon rôle étant d’abord et avant tout de vous dire si ce que j’ai dégusté sur place est à la hauteur de son décor, je me suis évidemment concentrée sur le volet restauration de cet impressionnant concept. Avec une agréable surprise de ce côté-là aussi.

Comment résumer cette offre gourmande? Il ne s’agit ni d’une cuisine de marché, ni d’une cuisine de bar, ni d’une cuisine bistronomique; mais un peu des trois à la fois! Le chef Julien Messier (Quai Roulant) a en effet concocté un menu contemporain dans lequel on retrouve à la fois de petites assiettes idéales à partager, et des éléments de casse-croûte travaillés (comme des pogos réalisés avec des saucisses IFB). La carte des vins, assez courte, mais constituée à 90% d’importations privées biologiques, est pour sa part honnête. Quant aux cocktails, ils ont été créés par le mixologue Lawrence Picard, un gage de qualité.
Rodolphe's Collins. Crédit photo Pierre-André Bédard

C’est d’ailleurs avec un Sir William (à base de cognac, Poire William, sirop de lavande), ainsi qu’un excellent Rodolphe’s Collins (gin, liqueur de cassis, sirop de bergamote et rhubarbe, citron, fraises et basilic) que mon accompagnatrice du jour et moi-même nous sommes lancées dans l’aventure.
Nos premiers plats : un intéressant gravlax de cerf de Boileau qui se révèlera plutôt un carpaccio travaillé à la manière d’un gravlax, à la fois fondant et bien assaisonné, mais un brin huileux; et un magnifique tartare de canard (le Madame Bovary propose cinq déclinaisons de cette spécialité) conjuguant du canard frais, fumé et confit avec de l’estragon, des pickles et une succulente mayonnaise à la moutarde. Une belle découverte!
Gravlax. Crédit photo Pierre-André Bédard
Tartare de canard. Crédit photo Pierre-André Bédard
 
Suivent peu après une petite assiette de lotte, bien travaillée, accompagnée toutefois de fritures un peu trop saturées en épices (un excès d’enthousiasme, j’imagine), à laquelle nous préférons très vite une escalope de foie gras poêlée impeccable reposant sur de la dinde effilochée, du pain brioché et une petite sauce au Calvados, accompagnée de champignons marinés et d’oignons confits. Oh. Mon. Dieu. Du bonheur plein la bouche, le gras du foie gras se mariant à merveille avec le moelleux de la viande et du pain brioché, tout en étant balancé avec l’acidité des légumes et de la sauce. C’est presque avec regret que nous voyons repartir en cuisine cette assiette que nous avons saucé jusqu’à la moindre goutte.
Foie gras poêlé. Crédit photo Pierre-André Bédard
Lotte. Crédit photo Pierre-André Bédard

Nous n’avons plus du tout faim mon amie et moi-même, mais demeurerons encore une bonne heure au Madame Bovary, pleines comme des œufs, pour profiter de l’ambiance festive qui a gagné l’endroit depuis notre arrivée. Cette première visite très réussie sera suivie de bien d’autres, nous le savons déjà. Et vous l’adorerez tout autant que nous, j’en suis convaincue, alors allez-y les yeux fermés!


Madame Bovary
20, boulevard de Mortagne, Boucherville
(450) 449-7225