+ Toutes les playlists

Les Hay Babies : une 4e dimension plus rock

Crédit photo : Site web Les Hay Babies
Les Hay Babies : une 4e dimension plus rock
Lundi soir était soir de lancement pour Les Hay Babies qui partageait officiellement à La Tulipe son deuxième album disponible depuis le 14 octobre : La 4ième Dimension (Version Longue)  
 
Crédit photo : Roxane Trudel

Quelques années après Mon Homesick Heart, sorti en 2014, les trois Néo-Brunswickoises ont pris un genre de break afin de se ressourcer. On dit « un genre de break », parce que Vivianne Roy s'est gâtée avec son projet folk/grunge Laura Sauvage – qui est nominé à peu près 14 fois au GAMIQ – et que les deux autres, Julie Aubé et Katrine Noël, ont ouvert une boutique vintage à Moncton. On dira ce qu'on voudra, ça aurait l'air que de se garder occupée remet de la fraîcheur dans les idées!
 
Crédit photo : Roxane Trudel

De un, l'influence de la boutique rétro se faisait clairement sentir dans les outfits de scène (qui, je l'espère, sont aussi portés dans la vie de tous les jours) parce que la salopette 70s de Julie gagne toute, toute, toute!

De deux, la musique aussi a reçu un lifting pas plate.  

Avec la folk un peu bluegrass qui fait partie de l'ADN des Hay Babies, et qui était si présente dans le EP et le premier album, le moins qu'on puisse dire, c'est que l'évolution est marquante. Le nouvel album, bien qu'il possède des pistes encore soft et mélodieuses, demeure un effort somme toute plus rock. C'est un peu plus lourd, et peut-être un peu plus senti, avec des arrangements plus complets et une dimension électrique qui ajoute de la profondeur. Le premier single, Motel 1755, en est un exemple concret, mais aussi Baby viendra back à genoux, toune parfaite d'enpowerment, bluesy en masse, et *69 qui sonne sexu en ta. Écoute, c'est ça qui est ça!
 
Crédit photo : Roxane Trudel
 
Les fans ne vont clairement pas se sentir comme des moutons égarés en écoutant l'album parce qu'on y retrouve encore et toujours les textes très organiques et crus, fidèles au style artistique des filles, et des mash bilingues assez éloquents, pour ne pas dire ingénieux.  

Seule chanson acoustique, La poule aux oeufs d'or met en valeur les talents naturels de raconteuses des compositrices, alors que nous aussi, on aurait voulu manger Chez Lucienne avant qu'elle gagne le gros lot. #TrueStory  

#OnEncourageLaMusiqueLocale 
Les Hay Babies – La 4ième Dimension (Version Longue)