+ Toutes les playlists

La playlist éclectique qui fait hocher les têtes de Dead Obies

Crédit photo : Mathieu Fortin
La playlist éclectique qui fait hocher les têtes de Dead Obies
La présente année aura été marquante dans le parcours artistique de Dead Obies! On pense d’abord à la parution du fort populaire Gesamkunstwerk et à leur passage remarqué à Tout Le Monde En Parle. Ils ont même mis le feu à Osheaga lors de leur performance, et ce, même s’ils étaient en même temps que Radiohead (non, mais faut le faire !) Le reste de l’année s’annonce tout aussi chargé puisque les gars s’apprêtent à amorcer le Xxxplosif tour un peu partout au Québec (et même en France, du coup !)

Ce qui fait de DO un groupe phare de la scène locale est bien entendu son côté provocateur et son swagger de compétition, mais son arme principale est définitivement son flair pour les sonorités novatrices les plus crispy du moment (et d’antan aussi tsé.) Puisant leurs inspirations dans toutes sortes de genres musicaux, les membres Yes McCanJo RCA et Bear nous prêtent leur iPod collectif pour nous présenter les morceaux qui tournent présentement dans leurs écouteurs. Aweille, ça commence !

1. Blood Orange - Desirée
Yes: Dev Hynes va être partout très bientôt. L'album Freetown Sound est parfait du début à la fin. Mélancolie, 80's, power hook stripped down... Attrapez l'original avant qu'on ne le discerne plus parmi les copies.

2. Bernardino Femmienielli - Plaisirs Américains
Yes: J'ai lu sur ce record-là dans la section "Best new Track" du magazine Pitchfork. J'étais convaincu que Femmienielli était un nouveau prodige français du disco libidineux à la Moroder, Cerrone. Un petit google pour me rendre compte que c'était le gars qui me servait des drinks y'a quelques semaines encore dans un bar de la Petite-Italie, à Montréal. Les vinyles sont sold-out (vendus en Yen depuis le Japon), la chanson Plaisirs Américains a été sélectionnée pour le dernier défilé Dior... I mean...

3. Giorgio Moroder - Knights in White Satin
Yes: Parlant de disco libidineux, je suis retombé dans Moroder grâce à une interview de Nicolas Winding Refn dans les derniers Cahiers du Cinéma, où il explique avoir joué cette chanson abondamment sur le plateau lors du tournage de The Neon Demon. Pour moi, Moroder est vraiment un génie de la dance music, il y a beaucoup d'espace dans ses chansons, l'agencement des sons et des textures est sublime, ça te donne vraiment envie de faire de la poudre avec des égéries italiennes dans le DJ booth du club du Midi.

4. Actress - Birdcage
Yes: L'album Ghettoville n'a pas quitté la rotation chez nous depuis que j'ai découvert Actress, il y a un an ou deux. L'album en soi est vraiment une expérience, de la pochette à l'enchaînement des chansons, on est vraiment témoin d'un album qui prend forme, qui se construit pendant qu'on l'écoute. J'y reviens toujours parce que je suis obsédé avec la façon dont Actress utilise et manipule les échantillons. Cet album est sorti en 2013, et ne sonne comme rien d'autre de ce que j'ai entendu, ever.

5. MHD - Roger Milla
Yes: C'est Hervé, le manager des Posterz et de PK [Pierre Kwenders], qui nous avait mis du MHD dans une chambre d'hôtel à Québec, un soir l'hiver dernier. J'ai pas arrêté de suivre le buzz, et puis quand Roger Milla est sorti, j'ai flippé. C'est que trop clever. "Tous en place sur le corner/Roger Milla, danse comme Roger Milla". Needless to say, j'ai fait le Roger Milla tout l'été.

6. Drake - 4 PM in Calabasas
Yes: Après que Drake soit devenu le rappeur à suivre pendant près de deux-trois ans, l'album Views m'avait un peu blasé. C'est un bon album, c'est peut-être juste moi qui n'étais pas au rendez-vous. Toujours est-il que le 4PM in Calabasas, lancé il y a quelques semaines, me rappelle pourquoi Drake est un des rappeurs les plus constants du moment. Le beat qui évoque le bon vieux Ma$e, les patterns de rap qu'ont comprend pas trop où ils s'appuient, les clins d'oeil, les textes introspectifs tout en finesse. Et +1 pour le: "My summer diet is just rosé and calamari" Yup, that good ol' Drizzy.

7. DJ LUCAS - Ballerina Look Like Jumpman
Jo: Ma vie a changé depuis la découverte de DJ LUCAS. Véritable phénomène internet, les tracks sont toujours accompagnées de vidéos bien lo-fi qui te plongent dans un univers parallèle. On doit l'écouter (et regarder) pour comprendre. ''I'm on drugs, I ain't drunk man..''
 
8. Ramriddlz - Bodmon
Jo: Nouvellement signé sur OVO, Ramriddlz offre un R&B/DanceHall très actuel. Bodmon est un des tracks les plus smooth de l'album VENIS, juste parfait pour un mojito sur terrasse avec Bae. Special S/O au jean jacket.

9. DJ Khaled ft. Future & Jay Z - I Got The Keys
Bear: That's what happens when Jake One meets Southside. Power hook sur un gros 808, 2 verses de Jay... "What more can I say?" Another one.

10. Schoolboy Q - Groovy Tony / Eddie Kane
Bear: The whole Blank Face LP is already in my BO2016. Personally I came across Setbacks in 2011 when everybody was (slowly starting to...) bumpin' Kendrick, and this particular joint brings back the good ol' Q. You know, before Man Of The Year. Also Jadakiss. Also le segment Eddie Kane est juste incroyable.

11. Cam'ron ft. Juelz Santana - Oh Boy
Bear: No explanation needed. DIPSET !

12. Hamza - Mercedes
Bear: Après avoir livré La Sauce et Mula sur H-24, le nouvel album est un peu redondant. Le track 7 (obviously) est celui qui se démarque le plus à mon avis, bien balancé finesse et Young Thug, this time.

13. Booba ft Damso & Gato - Pinocchio 
Bear: Bientôt 1 an après la sortie de Nero Nemesis, ça reste toujours aussi pertinent d'avoir Booba dans un Légaré en montant à Rouyn sur le 3G.

14. Joe Budden - Wake 
Bear: Tell me you don't listen to Budden everytime he releases a verse... Same here, so whatever happens from now on is strictly up to Drizzy. I'm no vegan, I like Beef. Beef is good.

15. Kodak Black ft Gucci Mane – Vibin’ In This Bih
Bear: Most lit hood banger of the summer so far. Actually the louder the better, you feel me? #guccihome

Tu peux également écouter cette playlist (et plusieurs autres) sur notre page Apple Music! Et tant qu'à y être, suis nous donc!