+ Toutes les playlists

10 choses « INCROYABLES » qui nous ont marqué à îleSoniq

Crédit photo : Eva Blue
10 choses « INCROYABLES » qui nous ont marqué à îleSoniq
 
Force est d’admettre que la troisième édition d’îleSoniq était celle de la maturité, et que les engrenages du festival sont maintenant fort bien rodés. Il y avait « du monde à la messe » vendredi et samedi dernier pour faire le party dans une ambiance la plupart du temps très PLUR, au son des plus gros noms actuels de l’EDM. Voici ce que nous avons vu, remarqué, et certaines choses qui nous ont laissés pantois et ébahis.
 
1 - On a recroisé le gars qui nous avait donné du fil à retordre à Osheaga la semaine dernière avec ses projectiles aquatiques.
Crédit: Eva Blue
 
2 - Il y avait vraiment un grand choix de bière. Le festivalier au gosier sec avait le choix entre de la Bud Light, de la Bud Light, ou de la Bud Light.
 
3 - Les gens s'étaient clairement préparé des kits qui matchent. Chemises pareilles, des "squads" de dix filles avec le même t-shirt, trois Robin avec un Batman, des blondes qui se tiennent en gang; c'était clairement un prolongement temporaire des journées les plus awkward votre école secondaire.
Crédit: Eva Blue
 
4 - La scène principale était vertigineuse - les artistes étant installés en hauteur et paraissant tout petits au sein d'impressionnantes projections - et prenait tout son sens une fois le soleil couché, visible à un kilomètre avec des excès de pyrotechnie qui venaient rythmer les performances.
 
5 - Nous étions par moments très heureux d'avoir accès au VIP, car la foule devenait assez compacte, mais outre un gars avec les cheveux stylés en ananas, nous n'y avons pas rencontré beaucoup de personnalités publiques, à part Olivier Primeau qui chillait avec Andréanne, d'Occupation Double.
Crédit: Alexandre Turcotte
 
6 - Les déguisements semblaient de mise, malgré un 39 degrés bien humide vendredi; nous avons croisé un pape de la kétamine, un homme-vache, une licorne, un gars de 7 pieds en morphsuit noir avec sous-vêtements roses par-dessus, un gars en hoodie, un hybride de Wookie / abominable yéti, un casque constitué d'une pieuvre en peluche bleu royal, et des selfies en cours de conception à perte de vue.

Crédit: Alexandre Turcotte
 
7 - L'EDM étant un courant musical relativement récent, il n'était pas rare d'entendre les mêmes deux ou trois "hits" dans BEAUCOUP des sets des artistes un peu plus mainstream, ce qui était parfois un peu malaisant.
 
8 - On s'entend pour confirmer que l'uniforme de choix, cette année, était les shorts de jeans coupées beaucoup trop court, avec les fesses non intégralement couvertes. On a aussi énormément croisé de bracelets de rave superposés, et étrangement, des drapeaux en guise de cape.
 
9 - Olivier Heldens était à Montréal pour la deuxième fois en 7 jours (il était à Osheaga avec son autre projet, Hi-Lo); Tiga a conclu le week-end avec un excellent live sur la scène Neon, tandis que la bass assez violente du set de clôture complètement dément de Skrillex, en très grande forme, perturbait les spectacles de Heavy Montreal, un peu plus loin sur l’île.
 
Skrillex | crédit: Pierre Bourgault
 
10 - Il y a toujours des gens intoxiqués qui font des choses délicieusement drôles et inexplicables, et on a vu, entre autres: une fille qui se battait avec une poubelle; un gars intercepté par la sécurité alors qu'il tentait de sauter par-dessus une clôture pour aller se baigner dans un étang nauséabond; des tarzans amateurs qui grimpaient dans les arbres pour avoir une meilleure vue; et des gens pas mal sur le party qui dansaient dans le stationnement en attendant de pouvoir quitter.
 
Crédit: Alexandre Turcotte
 
Les artistes locaux n'étaient pas particulièrement abondants, mais on en a quand même vu deux de suite sur la scène principale samedi - l'étoile montante SNAILS avait déjà une bonne place dans la programmation et, quand il est devenu évident que le vol de GTA n'allait pas quitter LAX à temps, ils ont été efficacement remplacés par les gars de Black Tiger Sex Machine. Preuve que l'organisation est capable d'opérer un rapide volte-face et de rester en contrôle, ce qui augure très bien pour les prochaines éditions.