+ Toutes les playlists

Victime de la porn: l’art de la léchouille

Crédit photo : Johana Laurençon
Victime de la porn: l’art de la léchouille
Les cunnis, c’est facile!
 
Bon, je sais, l’orgasme féminin a mauvaise réputation, mais ça ne rend pas les cunnis plus difficiles pour autant. En fait, comme plusieurs trucs sexuels, ça se résume à trois petites étapes :
  1. T’essaies un truc
  2. Tu regardes la réaction
  3. Tu prends des notes.
Pas des vraies notes. (Ça casse le beat.) Des notes mentales! Elles sont faciles à retenir parce que notre cerveau est rodé pour retenir ce qui donne du plaisir.
 
Si t’es insécure de nature, tu peux te préparer à l’avance en brainstormant sur tous les moves que tu peux t’imaginer. Tu peux même appeler ça des techniques si ça te donne de la confiance. Quel genre de technique? N’importe quoi!
 
Lécher le clit de gauche à droite, lécher une lèvre de haut en bas, exécuter un uppercut de langue suivi d’une sucette de pubis, etc.
 
Ça sonne ridicule? C’est normal. On parle de léchage de noune! Ce n’est pas fait pour être écrit de façon classy, c’est fait pour être fait! Tu peux relier plein de verbes comme sucer, lécher, souffler, doigter, mordiller à plein de parties du corps comme les lèvres, les orifices ou l’intérieur des cuisses. L’idée n’est pas tant d’avoir une liste de 400 moves, mais de réaliser toutes les possibilités.
 
Ensuite, tu peux varier entre vite et molo. Entre fort et doux. Entre actif au point où tu la dévores et passif au point où elle t’écrase avec sa chatte. Passer des caresses au spanking, ou la frencher avec ta bouche qui goute encore.
 
Le nombre de possibilités est pratiquement infini, mais si tu manques d’idées, la porn peut aider. Oui, la méchante porn. Il suffit de regarder la bonne. Pour les cunnis, c’est souvent mieux de se taper de la porn de lesbiennes. Pas « lesbiennes » de pornstars mainstream dont l’orientation sexuelle des actrices dépend du titre du film. La vraie porn lesbienne où les filles sont souvent plus concentrées sur le plaisir de l’autre fille qu’à flasher pour la caméra.
 
L’erreur, ce n’est pas d’imiter la porn. L’erreur, c’est de croire que si une pornstar tripe sur quelque chose dans ta scène préférée, la fille dans ton lit va finir par triper sur la même affaire. Le mauvais sexe se résume souvent à ça : quelqu’un qui s’acharne dans une technique qui ne marche pas fuck all. Souvent, sans s’en rendre compte.
 
Ce que tu trouves le plus gênant à exécuter, mais qui pourrait peut-être marcher, garde-le pour les moments où tu te sens plus en feu ou moins gêné ou que l’autre ne regarde plus trop parce qu’elle vêle en criant dans un oreiller. Tu peux aussi stimuler le bon Point G, mais si tu files pionnier, tu peux même inventer un nouveau spot avec tes initiales à toi. Un jour je te partagerai les fameuses coordonnées du redoutable Point EC!
 
Tous les petits bouts d’impro où t’essaies de lire ses réactions et de suivre ton instinct, c’est la partie artistique de toute l’affaire! T’as constamment besoin de jazzer tout ça à ta façon selon ton feeling du moment. Être naturel là-dedans est ce qui est le plus dur et le plus facile dans l’art de la léchouille!
 
Et même quand t’as une bonne compilation de tes moves et combos les plus jouissifs et efficaces, il reste encore plein de facteurs à varier!
 
Est-ce que la fille est plus dans le mood à certains moments de la journée? Pendant que vous regardez la télé? Quand elle revient de la job? Juste avant de s’endormir? Juste avant de se réveiller? À la fin de son deuxième verre de vin? Pendant qu’elle jase au téléphone? Qu’elle gosse sur Pinterest? Pendant qu’elle lit un truc cochon ou qu’elle écoute son album préféré dans ses gros headphones?
 
Est-ce que c’est plus efficace quand t’es sérieux, intense, enjoué ou semi-cabotin? Chose sûre, c’est important d’être (ou d’avoir l’air) confiant et de ne jamais avoir l’air tanné. Et un bon truc pour ne pas avoir l’air tanné : aimer ça pour vrai.
 
Se préparer à la tempête
Même si les cunnis ne nécessitent pas un cardio de marathonien, c’est toujours bon de se développer un peu d’endurance de langue. (Ça évite de parler bizarre le lendemain.) Avoir une bonne variété de moves évite aussi de se tuer la langue trop rapidement et de toute façon, répéter le même move, c’est un peu comme une toune avec une seule note : ça devient vite gossant.
 
Mais peu importe ton endurance, c’est important de toujours se garder assez d’énergie pour la tempête finale! Si t’as bien varié tes trucs et que l’autre commence à se tordre et à respirer fort, c’est le temps de revenir à tes deux-trois killer moves pour l’achever.
 
L’erreur de la recrue à son premier rodéo 
Juste avant l’orgasme, il y a presque toujours un moment où son corps aura le réflexe de fuir. Il faut être prêt à ça et la tenir comme du monde. Sinon, tu perds contact au moment critique des convulsions pis ça fuck toute!
 
Aussi, juste après l’orgasme, plusieurs ont le réflexe de penser que c’est assez alors qu’il est souvent possible de tomber en mode d’orgasmes en rafale. Cela dit, il ne faut pas confondre avec la fille qui est juste tannée pour vrai.
 
Mais oh, avec tous ces mini-essais-erreurs, on se trompe souvent! Tu suces trop fort le clit d’une lapine sensible ou t’es trop délicat avec une chiquita qui aime ça rough ou tu penses que la fille est sur le bord de venir fort parce qu’elle gigote full, mais c’est juste que c’est trop sensible.
 
Mais chaque erreur permet d’apprendre et de devenir un peu plus spécialiste de ce vagin-là. Et de vadge en vadge, tu finis par reconnaître certains patterns. Certains profils. Et ça devient de plus en plus facile et de moins en moins intimidant. Et même si je n’ai jamais sucé un homme, je suis persuadé que tous ces trucs valent aussi pour les fellations. Ça demande juste une meilleure maitrise de son gag reflex.
 
Bon, même si je dis que c’est facile, ça ne veut pas dire que ça fonctionne tout le temps. En fait, il y a plein de filles pour qui les cunnis, ce n’est vraiment pas leur trip. Elles ne sont assez sensibles ou elles trouvent qu’il n’y a pas assez d’action à leur goût. Mais il y a aussi des filles qui gèrent juste mal l’idée que ce soit elles qui reçoivent autant de plaisir à sens unique. Avec celles-là, ça vaut souvent la peine de s’acharner un peu.