+ Toutes les playlists

Cinq folles expositions à visiter en ce début d'été

Crédit photo : Acidum Project / Nara Gentil
Cinq folles expositions à visiter en ce début d'été
Parfois, quand le Bon Dieu ne t’aime pas, il pleut, et ce, même si c’est l’été. C’est très triste, ça donne envie de pleurer, mais il ne faut pas. Ce que tu fais quand ça arrive, c’est de prendre tes trucs et d’aller voir une belle exposition. Par contre, tu ne sais pas quoi voir, et t’as la flemme de googler. Encore une fois, ton chouette copain est là pour toi. Voici cinq expositions qui nourriront ton âme comme un bon bol de gruau. (Je sais, moi aussi je ne vois pas le lien.)

ACIDUM PROJECT + REMIX —  Galerie C.O.A
Source : © 2016 Strook 

Sans être une des plus grosses galeries en ville, C.O.A présente toujours des shows originaux, avec des artistes de talent qui sortent des sentiers battus. Débutant le 14 juin, ce « group show » mets en vedette Acidum Project, deux street artists brésiliens qui insufflent une dose de surréalisme au street art traditionnel. En plus de leurs œuvres, le volet REMIX vous permet de découvrir le travail d’artistes accomplis, tels que Sandra Chevrier,  Dale VN Marshall et Strook.



Edmund Alleyn, Dans mon atelier je suis plusieurs — MAC
Créateur prolifique, Edmund Alleyn a traversé divers courants artistiques tout au long des cinquante années où il a produit son œuvre. C’est donc une rétrospective hétéroclite que nous propose le Musée d’art contemporain. Passant de l’abstraction lyrique aux influences amérindiennes, pour finalement explorer l’univers de la technologie, de l’électronique et des communications de masse, Alleyn nous propose un voyage dans le temps ancré dans l’art. Un trésor national qui mérite d’être découvert.


Joan Jonas, From Away — DHC/ART
DHC/ART présente la première rétrospective canadienne des oeuvres de l’artiste pluridisciplinaire Joan Jonas. Née en 1936, la créatrice américaine s’intéresse à l’hybridation des genres. Elle oeuvre principalement à travers les installations et la performance. Sa plus récente création, présentée en 2015 à la Biennale de Venise, intitulée They Come to Us Without a Word, clôture cette fascinante rétrospective.


Archéologie du numérique : Complexité et convention CCA
Le CCA propose quinze projets réalisés à l’époque où les technologies numériques quittent le stade expérimental et prennent leur place en tant qu’outil primaire dans la conception de projets architecturaux. Les images offrent une esthétique à la fois futuriste et rétro, look typique des années 90, qui sont si en vogue en ce moment.


Et après…ARTGANG Montréal
Source : Turf One

Interrogation collective sur le futur de l’homme, “Et après…” regroupe des poids lourds de la scène artistique de rue. Ils partagent avec nous leur vision d’un monde qui subit, depuis la Révolution industrielle, de mutations constantes ayant des impacts à la fois positifs et négatifs, selon l’angle sous lequel on les observe. Une interprétation de l’avenir éclairée, issue de l’imagination de maîtres tels que TurfOne, Stare et MissMe.