+ Toutes les playlists

Top 10 des restos classiques à revisiter!

Crédit photo : Thrusday's. Tartare de boeuf.
Top 10 des restos classiques à revisiter!
Il y a des choses qui ne changent pas et c’est tant mieux! Par exemple, quand t’as envie d’un bon tartare, c’est rassurant de retourner dans ce même resto année après année, et te régaler de la même recette qui t’avait séduite au début. Même chose pour la poutine, ou le smoked-meat. Ces restaurants sont des institutions : ouverts depuis un bout de temps, tes parents y mangeaient et reviennent y manger pour les mêmes bonnes raisons que toi! Les voici donc, nos 10 classiques à revisiter :

1- Le Leméac (ouvert depuis 15 ans)
 
Si tu es déjà allé voir un spectacle au Théâtre Outremont, ou encore au Club Soda, tu es sûrement passé manger dans ce bistro français. Surtout sachant que tu peux profiter de la formule à 25$ après 22h, incluant une entrée, un plat principal et un café. Le menu comporte des assiettes qui ne changent pas au fil des années et qui ont toujours la même saveur, malgré le changement de chef. Le tartare de saumon à l’huile de truffe, accompagné de frites fraîches et mayo maison, par exemple. Un délice! Ou ce dessert qui est devenu un incontournable du restaurant : le pain perdu, caramel à l’érable et glace à la confiture de lait. À l’époque de l’ouverture, un des cuisiniers s’était trompé dans la recette et avait quadruplé les portions. Mais le mot s’est vite passé et les propriétaires n’ont pu diminuer les quantités, vu la popularité du dessert !
 
Le fameux pain perdu du Leméac


2- Le Ferreira Café (20 ans cette année) 
 
Lorsque Carlos Ferreira décida d’ouvrir son restaurant en plein cœur du centre-ville de Montréal, il voulait faire découvrir la gastronomie de son pays aux Québécois. Une cuisine savoureuse et moderne avec comme spécialités des plats de fruits de mer et de poissons d’une grande fraîcheur. Vingt-ans plus tard, sa fille Sandra, a rejoint l’entreprise familiale et aide son père a faire rayonner l’établissement auprès de toutes les clientèles. Le chef portugais, Joâo Dias, n’est là que depuis 3 ans mais déjà ses recettes continuent de faire de ce lieu un incontournable. Entre autres plats sur la carte : des poissons fins importés du Portugal exclusivement pour le restaurant, et des viandes de première qualité qui font de l’endroit une destination de choix même après 20 ans !
Courtoisie photo : Ferreira Café. Poisson au four
 

3- La Chronique (depuis 21 ans)
 
La Chronique c’est le genre de restaurant qui est si « low-profile » que tu passes devant sans le voir ! Sa devanture est discrète et son chef Olivier de Montigny, là depuis 17 ans, l’est tout autant. Par contre, il suffit de mettre les pieds une fois dans ce restaurant pour vouloir y retourner. C’est pour cela que malgré aucune publicité, la Chronique remplit facilement ses tables pour le lunch ou pour le souper. On aime sa cuisine classique française avec une touche actuelle : ses ris de veau, sa bisque de homard, son magret de canard ou son agneau de Kamouraska. On aime aussi ses quelques plats d’inspiration plus internationale: son tataki de thon ou ses pâtes à l’italienne.  Une cuisine de saison, réconfortante, et aux prix doux. C’est pour cela qu’on l’aime la Chronique !


Courtoisie photo : La Chronique. Tartare de thon.


4- Da Emma (depuis 26 ans) 
 
Si tu n’as jamais essayé ce sympathique resto, cours l’essayer ! Si tu aimes la cuisine italienne typique comme il y en a à Rome, région d’où vient la chef propriétaire Emma Risa, tu vas adorer ! Quand tu y entres, tu as l’impression d’être invité chez la famiglia : service amical, générosité dans les plats, nappes modestes, bref, tu t’y sens tout de suite bien. De la vraie bouffe « comfort » comme te servirait la mamma ! Au menu, des spécialités typiques de Rome : tripes à la romane, linguini carbonara, spaghetti a la gricia cacio e pepe, fettucine alli funghi,… Vraiment miam ! C’est ce qui fait qu’on y revient tout le temps !
Courtoisie photo : Mélanie Boudreault (La Pique-Assiette). Pâtes aux champignons sauvages.
 

5- L’Express (depuis 35 ans)
 
Ce classique des classiques fêtera son 35e anniversaire cette année. C’est encore au fil du temps le repère des comédiens, journalistes et chefs qui apprécient l’ambiance décontractée et rétro des bistros parisiens des années 30. Bien sûr, les plats font aussi partie des must de l’endroit. Le foie de veau, le tartare de bœuf, l’onglet et l’os à la moëlle, sont toujours des classiques aussi populaires. Les fameuses îles flottantes au dessert sont si aimées, que les gens les commandent d’avance en faisant leur réservation pour être certains d’en avoir ! Le chef Jean-François Vachon (ex-Thursday’s et M sur Masson) arrivé en janvier, continue de préparer ces classiques de la plus belle des façons.
Courtoisie photo : L'Express. Os à la moëlle.
 
6- Le Thursday’s (depuis 43 ans)
 
Cette institution montréalaise a fait les beaux jours de la rue Crescent et continue de les faire aujourd’hui. À l’époque de son ouverture en 1973, Bernard Ragueneau le propriétaire accueillait les gens comme s’ils venaient à la maison. Il avait aussi l’habitude de faire les tartares à la table, pour le plus grand plaisir des clients. Aujourd’hui retraité, ses fils ont repris le restaurant et ont complètement rénové l’espace. Torrence, le fils, continue la tradition en préparant le tartare devant les clients. Les délicieux plats de fruits de mer et les plats de la gastronomie lyonnaise s’y retrouvent toujours : gigot d’agneau, boudin noir fait maison, os à la moëlle et ris de veau. Tout cela dans un nouveau décor qui a su respecter le style de l’ancien Thursday’s.

Courtoisie photo : Thrusday's. Tartare de boeuf. 

7- Chez Lévêque (depuis 45 ans) 
 
Cette brasserie française est un incontournable de la rue Laurier. Au menu les classiques : moules et frites, abats (ris de veau, boudin, cervelle, etc.), la sole de Douvres, le filet mignon Rossini et les desserts comme le soufflé au Grand Marnier et les crêpes Suzette. Un fait remarquable, c’est que les propriétaires, le couple Pierre et Patricia Lévêque, sont les mêmes qu’au début de l’ouverture du restaurant ! Toujours aussi passionnés, ils redécorent leur restaurant aux 7 ans environ, et apportent quelques minimes changements pour rafraîchir la formule. Des tableaux rigolos d’évêques et de religieuses ont été ajoutés, œuvres de l’artiste Cédric Loth,pour faire écho au thème de l’endroit. Ce qui leur a valu plusieurs distinctions pour l’originalité du décor. On adore les chants grégoriens dans les toilettes ! Tellement relaxant !
Courtoisie photo : Chez Lévêque. Filet mignon Rossini.
 

8- La Banquise (depuis 48 ans) 
 
Cela t’es sûrement déjà arrivé de terminer une soirée bien arrosée avec un « craving » de poutine ! Assurément, tu te tournes vers l’endroit tout désigné pour cela : la Banquise ! En plus, cet endroit est toujours ouvert, 24 heures sur 24. Le matin ils servent des déjeuners (et même des poutines !) et le reste du temps un menu composé de ce plat national qui en fait leur spécialité. Quand le père Barsalou a ouvert l’endroit à la fin des années 60, il était comme un genre de précurseur en offrant 7 choix de poutines à ses clients. Aujourd’hui sa fille a bonifié l’offre et maintenant, tu peux te gaver avec pas moins d’une quarantaine de sortes de poutines des plus classiques aux plus extravagantes !
 
 Courtoisie photo : La Banquise. Poutine Reggae.


9- Moishes (ouvert il y a 78 ans)
 
Tu ne peux pas croire, surtout dans le contexte d’aujourd’hui, qu’un même restaurant existe depuis maintenant 78 ans ! Respect ! En plus, c’est un restaurant qui est resté dans la famille, puisqu’il a été ouvert par le père de l’actuel propriétaire. Moishe rêvait d’un endroit où le steak serait roi et de très bonne qualité. Son fils, Lenny a repris le flambeau avec brio, perpétrant la réputation d’excellence que son père avait su instauré. Le décor au style classique et chic revêt une touche intemporelle avec ses banquettes de cuir et ses rideaux rouges. On y mange des coupes classiques de steak comme les fameux rib steaks grillés sur charbon de bois. Les décadentes patates Montecarlo farcies à la crème, au beurre et aux échalotes sont encore au menu depuis plus de 75 ans ! Idem pour les mille-feuilles, la salade de choux et les cornichons marinés.
 
Courtoisie photo : Moishes Steakhouse. Côte de boeuf.


10- Chez Schwartz’s Deli (depuis 88 ans!)
       
 
Tu pensais qu’on ne pouvait pas battre les 78 années d’existence en restauration ? Ta grand-mère, et peut-être même ton arrière-grand-mère, a connu les débuts de cette institution ! C’est d’ailleurs grâce à elle que les Américains ont mis sur leur menu le « Montreal’s style smoked-meat ». Encore aujourd’hui, des « line-up » de gens se font devant l’entrée, car ils veulent goûter à ces fameux sandwichs. Les mêmes recettes qu’il y a près de 90 ans ! Toujours le pain de seigle, le choix de viande fumée maigre, mi-maigre ou gras, accompagné de cornichons à l’ail et d’un soda à la cerise noire. Un combo gagnant qui a traversé le temps. Un rare restaurant aussi qui n’a jamais eu de congélateur, car tout y est frais et cuisiné au fur et à mesure. Et en plus, les vendredis et samedis c’est ouvert jusqu’à deux heures du matin pour tes fringales de fin de soirée ! Courtoisie photo : Chez Schwartz's. Sandwich à la viande fumée et frites.