+ Toutes les playlists

Chercher l'humour sur Tinder

Crédit photo : Johana Laurençon
Chercher l'humour sur Tinder
Cher dude sur Tinder. Tout d’abord, sache que pour préserver ton anonymat, je vais t’appeler Jean-Kevin à partir de... maintenant.

Dans un passé pas très lointain, Jean-Kevin, on a matché ensemble sur Tinder et ça t’a donné envie de m’écrire. J’imagine que tu avais lu ma brève description, en anglais et en français, où j’avais pris soin de mentionner « Sharp wit mandatory » (finesse d’esprit obligatoire). J’imagine que cette mention a généré chez toi un éclair créatif hors du commun puisque tu m’as envoyé le trait d’esprit suivant en guise de pick-up line :


Faque toi, c’est ça que tu entends par « wit » ?
En passant, tu pardonneras mon clap back pérussesque, je n’ai pas pu résister.
 
C’est peut-être de ma faute, au fond. Sur Tinder, on doit rester bref et concis si on veut se faire valider la personnalité à partir d’un selfie en contre-plongée.
Faque Jean-Kevin, laisse-moi t’expliquer ici ce que je voulais dire par là.
 
En gros, je voulais dire que j’aime ça les gens qui ont un bon sens de l’humour. Et par « bon sens de l’humour », je veux dire avoir de l’esprit. Pour être plus précise (et plus fancée), je veux dire que je cherche quelqu’un qui manie l’ironie avec autant de virtuosité que la voix d'Alanis Morisette dans sa toune bien connue.
 
Et la raison pour laquelle c’est un critère que j'affectionne chez les gens en général, c’est que c’est bien pratique quand tu veux rire, mais aussi ça me permet de repérer d’autres qualités essentielles.
 
Pour moi, quelqu’un qui utilise l’ironie comme forme d’humour est d’abord intelligent. Ça dénote une capacité d’analyser une personne, une situation, un contexte d’un regard critique.
Et je ne parle pas ici de ceux qui utilisent l’ironie pour montrer à quel point ils sont blasés, sardoniques et que rien ne les touche vraiment! Ces gens-là sont juste morts en d’dans. Savoir manier l’ironie c’est aussi savoir quand ne pas l’utiliser.
 
Quelqu’un qui affectionne comme moi l’humour de type anglais, c’est quelqu’un qui est capable de prendre du recul sur l’absurdité de la vie. C’est ce que Georges Duhamel appelait « la politesse du désespoir ». Perso, c’est un mécanisme de défense que j’utilise souvent quand la vie m’envoie de la marde. C’est une façon de s'entraîner à ne pas avoir d’attentes et d’accepter qu’on ne puisse pas toujours avoir le contrôle sur ce qui nous arrive.
 
Finalement, quelqu’un qui use intelligemment de l’autodérision, ça me turn-on Hugh Grant-style parce que ça prouve qu’il ne voit pas la vulnérabilité comme un défaut.
 
Ça, ça veut dire qu'en situation de couple, non seulement on rit pas mal tout le temps, mais ça veut aussi dire que les partenaires ont la même façon de célébrer la vie et la même façon de faire face aux épreuves occasionnelles. Ça génère une compréhension mutuelle, une sensibilité et une capacité d’empathie pour l’autre. Et ça solidifie la connexion. 

Jean-Kevin, je sais très bien que toutes ces qualités peuvent se retrouver chez quelqu'un sans que cette personne possède une once d'esprit. Je sais ça. Mais que veux-tu, j'aime ça quand ça passe par des blagues.
 
Faque tu vois, Jean-Kevin, bien que cette démonstration de ta capacité à générer des onomatopées à partir d’un mot soit vraiment sympathique (à la limite, si tu m'avais dit que wit rimait avec tit j'aurais franchement ri) et bien que je ne doute pas que ça vienne de la simple et pure intention d’amorcer une conversation, ça ne fait que prouver qu'on n’est pas compatibles. Il y a des tonnes de filles moins difficiles (et probablement moins prétentieuses) que moi, qui vont sans aucun doute te trouver ultra-charmant, j’en suis certaine.