+ Toutes les playlists

Top 10 des films à voir en juin

Crédit photo : Capture d'écran Youtube
Top 10 des films à voir en juin
Oublie tes espoirs pour l’adaptation du fameux jeu Warcraft. Même avec Duncan Jones (Moon) derrière la réalisation le film ne lève pas et se fait déjà ramasser du côté de nos voisins du Sud. Pour les amoureux de Disney, le poisson amnésique Doris revient pour un film avec comme histoire les retrouvailles familiales pour Doris dans Findind Doris. The Conjuring s’essaie avec une suite (mais une suite en horreur peu si facilement décevoir) avec The Conjuring 2. Sinon, voici juste pour toi un bilan cinéma de ce que tu ne voudrais surtout pas manquer en ce mois de juin, début d’été, olé.  


Un Amour d’Été

Film-documentaire d’une exploration qui a mené à un mois d’observation sur le Mont-Royal (pas le Plateau, la montage). Capter le monde qui passe par la montagne. Observer les moments, les discussions, les réflexions. Idée réalisée par Jean-François Lesage (Conte du Mile End) qui s’en est sorti avec le Grand Prix lors de son passage aux derniers RIDM. La nuit comme temporalité du moment filmé avec sa lumière romantique. 3 juin
 


Janis : Little Girl Blue 

Documentaire sur la légendaire chanteuse de blues des années 60, lady Janis Joplin. Une voix unique et ses émotions crachées avec toutes ses tripes qui s’étendent sur la table. La documentariste Amy Berg (Deliver Us from Evil) veut faire revivre le mythe le temps d’un instant. Les témoignages des survivants de ces années folles/hippies/drogues, lecture de lettres d’une fille (Janis) à sa mère - narration signée Cat Power, des archives vidéos s’enchaînent pour s’imaginer la personne que Janis aurait été. Un regard loin du sensationnalisme. Summertime. 3 juin 
 


Les Deux Amis 

L’amitié entre gars, meilleurs amis pour la vie. Une fille arrive et hop, l’amitié prend un peu le bord. Tout est permis, même les coups en bas de la ceinture. Louis Garrel (Saint Laurent) et Vincent Macaigne (Eden) forment la paire. Golshifteh Farahani (À Propos d’Elly) dans la peau d’une prisonnière qui joue avec les limites de sa liberté conditionnelle et dont les charmes font sensation. Un premier film pour Louis Garrel qui fait dans la comédie légère non dépourvue de sensibilité. Un scénario inspiré des Caprices de Marianne d’Alfred de Musset et co-écrit avec son buddy Christophe Honoré (Les Chansons d’Amour). 3 juin
 


Popstar : Never Stop Never Stopping

Le retour des Lonely Island (Andy Samberg, Akiva Schaffer, Jorma Taccone) qui passe du SNL digital short au grand écran. Le trio musical comique se lance dans la réalisation. Histoire de Conner4Real (Andy Samberg) une pop star au sommet de sa gloire qu’un nouvel album éreinté place en position de chaos. Comment le monde survivra-t-il sans les beats catchies des chansons de Conner4Real? Telle une catastrophe qui aurait dévasté l’humanité, la force de l’homme redonnera foi en ceux qui ne croyait plus en lui. De passage dans le film, Sarah Silverman et Maya Rudolf. I’m on a boat. 3 juin
 
 

Maggie’s Plan

Greta Gerwig (Mistress America) et encore Greta Gerwig. On ne se lasse pas. Ici, elle brille entourée de Ethan Hawke (Boyhood), Julianne Moore (Still Alice), Bill Hader (Inside Out - SNL) et Maya Rudolf (Bridesmaids - SNL). La trentaine entamée, les échecs amoureux se font plus lourds et pour ajouter à tout ça, Maggie (Greta) sent de plus en plus l’appel d’une nature qui lui demande d’être mère. Une rencontre fortuite avec John (Ethan) et l’histoire est sur le point de changer. Rien de gagné, il est marié avec un enfant. Trois années plus tard, ce qu’il reste de ce « love at first sight » ou comment réparer les pots cassés. Une comédie romantique sous un ciel new-yorkais réalisé par Rebecca Miller (The Private Lives of Pippa Lee). 10 juin  
 


Chevalier

Six hommes et un yacht de luxe lancé en mer grecque. Six hommes sur le même bateau, ça fait pas mal d’égos. Pas le choix, l’un d’eux devra se démarquer et prouver qu’il est le plus fort (ou qu’il a le plus gros zizi). Dans une absurde comédie réalisée par Athina Rachel Tsangari, le combat de coq se veut également une métaphore actuelle d’une Grèce en pleine crise et sa manière de mal gérer cette crise - c’est pas rien. Des épreuves physiques et verbales qui s’enchaînent sans raison pour trouver un roi. Mais un roi de quoi? 17 juin 
 


The Neon Demon 

Le dernier film de Nicolas Winding Refn (Drive), à la bande-annonce de glam et de sang, arrive en ville. Passage sur Cannes avec de vives réactions mitigées, mais un truc tenu pour sûr, le film ne laisse pas indifférent. Si t’as su triper sur Only God Forgives qui avait reçu le même traitement, ton excitation ne devrait pas se sentir moins stimulée. Un monde de fashion gore version L.A. et la jeune Jesse (Elle Fanning - Maleficent) qui tente de faire démarquer sa beauté parmi tant d’autres. Milieu rempli de gens sales et méchants, mais aussi de gentil comme dans n’importe quel conte, le film va dans les extrêmes de faire couler le sang à la nécrophilie. L’horreur expérimentale fashionista. Now sissy that walk. 24 juin 
 
 

Mia Madre 

Nanni Moretti (Habemus Papam : Nous Avons un Pape) et le drame familial. Le réalisateur s’inspire de sa vie pour en faire naître une fiction. L’acceptation de la mort imminente de la mère. Une réalisatrice (Margherita Buy) travaille sur un plateau de tournage troublé par les excès d’égo d’un acteur non discipliné (John Turturro). Au même moment, sa mère se fait hospitaliser pour un problème cardiaque qui devient un signe annonciateur de la fin. Le frère (Nanni Moretti) plus posé, plus raisonnable à ses côtés. Le processus lent jusqu’à la perte de l’être aimé. Mama c’est toi, la plus belle du monde. 24 juin



Tickled  

L’étrange documentaire co-réalisé par David Farrier et Dylan Reeve. Un processus qui prend forme après le visionnement d’une vidéo aux tendances homoérotiques où des jeunes adonis aux corps musclés s’adonnent naïvement à des sessions de chatouillement. Une première tentative de contacter les maestros derrière la vidéo qui tourne mal. Crise d’homophobie, menaces. Il n’en fallait pas plus pour donner du jus aux deux curieux journalistes. Le documentaire se présente comme un quasi-récit d’horreur tellement les couches accumulées sous cette industrie n’ont rien de bon pour l’humanité. Rire jaune. 24 juin  
 


Independence Day : Ressurgence 

Le retour immanquable des extra-terrestres sur terre après le dur combat mené par Will Smith et les americans soldiers pour évincer le mal étranger de la planète. Les années passées ont permis aux USA d’élaborer des techniques de protection à la fine pointe de la technologie en cas de récidive. Mais est-ce vraiment assez? Non, les extra-terrestres sont clairement plus rusés que les Américains et contre-attaques pour montrer que leur père « est plus fort que le tien ». Mais en même temps une force extra-terrestre n’est rien devant la solidarité humaine des Américains. Pas de Will Smith, mais Liam Hemsworth à la place. Jeff Goldblum revient, Bill Pullman et Vivica A. Fox aussi. Apparemment que Charlotte Gainsbourg feelait le thrill de participer au projet. Roland Emmerich dirige à nouveau l’univers d’Independence Day. 24 juin 

 
En spécial : 

Pretty in Pink fête ses trente ans. L’adolescence dans l’œil du réalisateur John Hugues (The Breakfast Club, Ferris Bueller Day's Off ) qui a su capter la justesse de ses années dans son œuvre. L’amour à 16 ans. Molly Ringwal qui se fait inviter au bal par le nouveau garçon riche du lycée. Le magasin de disques. L’ami amoureux. La mélancolie et les passions de la jeunesse. Centre PHI 14 juin 
 

Les Nuits en Or : 10 heures de courts métrages sur deux jours pour te faire connaitre tout ce qui s’est passé de bon récemment dans le monde des courts. Cinémathèque Québécoise 3-4 juin. Entrée libre. 


Nouvelle Vague : les gros titres de ce cool mouvement des années 60 sur grand écran (La Jetée, Les Quatre Cent Coups, Vivre sa Vie, Cléo de 5 à 7, Hiroshima mon Amour, À Bout de Souffle...). Cinémathèque Québécoise 25 juin au 7 juillet.