+ Toutes les playlists

Les 10 POUTINES les plus ÉPIQUES de Montréal

Crédit photo : Christine Plante
Les 10 POUTINES les plus ÉPIQUES de Montréal

Montréal entretient une relation amour-haine avec la poutine.
 
D’un côté, on peine à assumer que ce soit un plat si trash qui soit l’un des plus connus à l’extérieur de nos frontières. En fait de porte-étendard de notre identité culinaire québécoise, c’est vrai que ça n’a peut-être pas le panache de grands classiques français, ou encore la magie de la cuisine italienne…
 
Mais en même temps, c’est tellement bon une bonne poutine.
 
C’est rigolo, en plus. Ça ne se prend pas au sérieux. Ça aide à passer à travers l’hiver. Et même si ses ingrédients sont humbles (friture, sauce brune, fromage même pas vieilli), c’est un plat holistique : le tout est nettement supérieur à la somme de ses parties !
 
Voici donc une liste des poutines les plus folles, les plus intenses, mais aussi les plus classiques, c’est selon. En tous cas, une liste des poutines à avoir goûté avant de mourir à Montréal.
 
Santé là !
 
 
10) La poutine déjeuner du resto Les Empoteuses
 
Avec ses patates déjeuner, sa sauce hollandaise et son œuf coulant, c’est une excellente façon de se remettre d’une grosse soirée !

 

9) La cochonne de chez Mange-moi
 
Je vous mets « la cochonne » parce que c’est la plus populaire du menu (gagnante de la Poutine Week 2014), mais perso je suis aussi très heureuse avec « L’originale », qui est déjà décadente à souhait.
 



8) La classique de La Banquise
 
Montréal sans la Banquise, ce serait comme un hiver sans la neige! 
 
Crédit photo La Banquise, labanquise.com


7) La Vladimir du Frites Alors !

La poutine du Frites Alors! a définitivement un petit je-ne-sais-quoi qui la rend très savoureuse. En fait, c’est les frites. Blanchies une première fois dans l’huile, qu’on laisse reposer un jour au frais avant de brasser et cuire une deuxième fois dans l’huile de bœuf, elles sont croustillantes, et le restent même imbibées de sauce brune ! Miracle ! 
 

 

6) La Touski du Gras Dur
 
L’équipe du Gras Dur est en train de bâtir un véritable petit empire, avec ses 3 foods trucks et son resto consacrés au fast food à la fois décadent ET haut de gamme. Ça se peut ? Oui, quand on utilise des ingrédients de première qualité, locaux, mais que les idées de plats proposés défient les lois physiques de la digestion.
 

 

5) La poutine de Chez Tousignant

Chez Tousignant, tous les classiques des « diners » sont  proposés dans leur plus simple expression. Ici, on n’essaie pas de refaire les classiques, mais plutôt de rendre la meilleure version possible de chacun de ces célèbres plats.
 
 
Crédit photo Chez Tousignant, cheztousignant.com


4) La portugaise du resto Ma poule mouillée

« Bon, les Portugais font de la poutine ! » peut-on lire sur l’ardoise. Ça devrait plutôt être : « Hourra ! Les Portugais font de la poutine ! » tellement celle-ci est étonnante. Le poulet fond dans la bouche, le chorizo amène une texture agréable et la sauce épicée, un petit kick vraiment parfait. Délicieuse. 
 

 

3) La fameuse du Lucky’s Truck

Celle du Lucky’s fait partie de mes favorites perso, et je ne dois pas être la seule, car elle a gagné la Fourchette d’or au festival de la poutine de Drummondville. Servie avec canard effiloché et sauce au foie gras, j’ai hâte au retour de l’été rien que pour la retrouver !  
 
 

2) La patatine, du Patati patata

J’ai une histoire d’amour avec la patatine. Je trompe mon chum avec la patatine. Je t’aime, patatine ! Bon, c’est dit, maintenant je peux ajouter que si elle est si délicieuse, c’est entre autres grâce à cette sauce si savoureuse faite à base de volaille, de vin rouge et d’ingrédients TOP secrets. Et de la petite olive qui va avec...
 


 
1) La poutine au foie gras du Pied De Cochon (au resto comme au camion)
 
Crédit photo Anne Gautier pour Street Cuisine, streetcuisinemtl.com
 
Sans grande surprise, c’est la poutine à Martin qui remporte le palmarès. Pas seulement à cause de ses saveurs, mais aussi parce qu’elle a réussi à mettre Montréal un peu plus « sur la MAP », gastronomiquement parlant. Et aussi, parce que depuis qu’il a propulsé « la belle brune » au rang de superstar internationale, plusieurs chefs se sont prêtés au jeu de revisiter le classique.
 
Et comme les chefs sont des artistes, ça nous a donné une kyrielle de raisons de se boucher les artères.
 
Merci Martin! On peut maintenant mourir heureux. Et repus.
 

***
Sauf indication contraire, photos Christine Plante