+ Toutes les playlists

Robert Lepage en Marquis de Sade à l’Usine C, c’est à ne pas manquer!

Crédit photo : Stéphane Bourgeois & Hélène Bouffard
Robert Lepage en Marquis de Sade à l’Usine C, c’est à ne pas manquer!
« Il y avait longtemps qu’on n’avait pas vu Lepage en scène, et ce retour se fait d’entrée de jeu sous le signe définitif de la jouissance. » - Simon Lambert, Le Devoir

Du 16 mars au 9 avril, ne manque pas la chance d’assister à la pièce Quills présentée à l’Usine C. La pièce, qui a déjà été jouée à Québec en janvier, a connu d’excellentes critiques : Robert Lepage y livre une performance formidable et les sujets qui y sont abordés sont toujours d’actualité. Alors que tu sois déjà un amateur de théâtre ou que tu n’y connaisses pas grand-chose, voici 3 raisons qui te convaincront d’aller voir Quills.
 
  1. Pour voir le grand Robert Lepage jouer sur scène. À la fois réalisateur, metteur en scène, auteur dramatique et acteur, cet artiste prolifique n’est rien de moins qu’une légende. Il a d’ailleurs fait rayonner le Québec partout à travers le monde avec les productions mises sur pied par Ex Machina, la compagnie productrice d’œuvres multidisciplinaires qu’il a fondée en 1994.
     
  2. Pour en apprendre plus sur l’histoire du marquis de Sade. Qui était le marquis de Sade? (Oui, tu dois le savoir!) C’était un homme de lettres qui a vécu dans les années 1800 et qui était reconnu pour ses écrits érotiques où il mettait en scène des actes de violence et de cruauté tels que la pédophilie, le viol et l’inceste. Il était très critique de l’Église, et tu ne seras pas surpris d’apprendre que ses œuvres aient été mis à l’index. Il a aussi passé pas mal de temps en prison et en asile, pour divers méfaits : dettes, empoisonnement, sodomie, enlèvement et abus de jeunes filles, etc. Il a d’ailleurs fini sa vie dans un asile. Bref, ce n’était pas un enfant de chœur!
     
  3. Pour réfléchir sur la liberté d’expression et la censure. Dans la pièce, on retrouve le marquis de Sade séquestré en asile, sous la garde de l’Abbé de Coulmier. Malgré tout, il parvient encore à faire publier ses écrits. Napoléon 1er réagit donc en envoyant le docteur Royer-Collard faire taire celui qu’il qualifie de fou. À notre époque, les débats sur la liberté d’expression et la censure font toujours rage. Tu pourras donc dresser des parallèles entre la pièce et notre époque et pousser ta réflexion plus loin.
Intéressé à voir la pièce? Tu peux te procurer tes billets dès maintenant sur le site de l’Usine C.
Bon théâtre!