+ Toutes les playlists

Festival International du Film sur l'Art : 5 films magnifiques qui donnent envie de créer

Crédit photo : Capture d'écran Youtube
Festival International du Film sur l'Art : 5 films magnifiques qui donnent envie de créer
Du 10 au 20 mars, le Festival international du film sur l’art de Montréal présente sa 34e édition. Braquant les projecteurs sur une multitude de disciplines artistiques, le FIFA propose des œuvres en provenance de plus de 25 pays différents, de quoi satisfaire votre curiosité et approfondir votre culture. Architecture, cinéma, danse et arts visuels ne sont que la pointe de l’iceberg des sujets couverts cette année. Afin de vous mettre l’eau à la bouche, nous vous recommandons cinq films ayant retenu notre attention. Toutefois, assurez-vous d’aller consulter la programmation du festival, question de dénicher le bijou qui saura répondre parfaitement à vos intérêts!

Le Siècle de Le Corbusier - Juliette Cazanave

Présenté en première Nord-Américaine, ce documentaire produit par la chaîne ARTE se penche sur l'œuvre de Le Corbusier, l’un des architectes les plus influents du 20e siècle. 50 ans après sa mort, la réalisatrice a rassemblé les fragments épars des travaux et de la vie du maître afin de reconstruire son parcours et de le faire découvrir à une nouvelle génération de bâtisseurs. Puisque l’homme est obsédé par la vie collective dans le monde moderne, ses réflexions sont toujours d’actualité dans des villes confrontées au manque d’espace et au manque de vision en matière d’urbanisme. Un film à voir pour tirer des leçons d’hier afin de mieux penser la cité de demain.
 


Jeff Koons: Diary of a Seducer - Jill Nicholls

Qu’on aime ou qu’on déteste, il y a peu de chance qu’on reste indifférent face à Jeff Koons. Artiste vivant dont les œuvres se vendent le plus cher sur la planète, il est un pionnier de l’art actuel, s’interrogeant sans cesse sur la place de l’artiste et de l’art en cette époque saturée d’information. Des œuvres-choc telles que Puppy ou Balloon Swan sont considérées comme géniales par ses fans, et comme simplistes par ses détracteurs. Le film de Jill Nicholls tente donc de percer le mystère Koons et de découvrir l’ingrédient secret qui génère la fascination pour le travail de l’homme.
 


Il était une fois… Lost In Translation - Guillaume Tunzini

Mise en commun des talents de Sofia Coppola, Bill Murray et d’une Scarlett Johansson encore méconnue, Lost In Translation est apparu comme un météore dans le paysage cinématographique du début des années 2000. Cimentant le talent de réalisatrice de Coppola après le brillant Virgin Suicides, le film fut sans contredit le succès surprise de 2003. (Votre humble serviteur l’ayant vu deux fois au cinéma, complètement conquis par cette vision romantique de la capitale nippone.) Guillaume Tunzini nous propose donc une plongée dans les coulisses du tournage, une aventure rocambolesque réalisée avec une minuscule équipe qui a dû se faufiler dans les méandres surpeuplés des rues tokyoïtes afin d’accoucher de ce magnifique chef-d'œuvre.  



Source : http://noisey.vice.com/en_uk/blog/my-favourite-soundtrack-lost-in-translation

Frank Sinatra ou l’âge d’or de l’Amérique - Michel Viotte

Présenté en première mondiale, le documentaire de Michel Viotte part sur les traces du plus grand crooner américain. Examinant plus particulièrement les années 50 et 60, le cinéaste trace le parallèle entre l’apogée du succès de Sinatra et l’âge d’or que connait l’Amérique à cette époque. Une vision fantasmagorique du rêve américain à travers les “blue eyes” d’une de ses figures de proue. De quoi faire rêver lorsqu'on compare à l’Amérique d’aujourd’hui, aux prises avec une moumoute fasciste qui parle de la faire “great again.” #AnythingButDonald
 


Le testament d’Alexander McQueen - Loïc Prigent

Première Nord-Américaine et un des films phares de cette édition du FIFA, Le testament d’Alexander McQueen nous transporte dans les dernières années d’un des designers les plus importants des années 2000. McQueen met fin à ses jours de manière tragique en 2010; Prigent tente de reconstituer sa détresse à travers l’exploration des quatre dernières collections du créateur. Ce faisant, il émet une critique caustique du monde de la mode et de notre époque obnubilée par la consommation des produits de luxe. Vous pourrez admirer des images d’archives et entendre des entretiens inédits afin de découvrir l’univers de cet être débordant de créativité.