+ Toutes les playlists

​Top 5 des bars accessibles à Montréal

Crédit photo : Johana Laurençon
​Top 5 des bars accessibles à Montréal
En matière d’accessibilité à Montréal, les bars trainent de la patte. Si certains d’entre eux n’ont tout simplement pas été conçus pour accueillir des personnes en fauteuil roulant, d’autres permettent à ces gens d’accéder facilement à leur rez-de-chaussée, mais pas nécessairement à leurs toilettes (souvent situées au sous-sol) et à leurs tables (parfois trop hautes).

Aperçu de cinq bars qui montrent l’exemple, choisis en collaboration avec Kéven Breton, militant de l’accessibilité universelle et blogueur à Urbania.

5 : Foufounes Électriques (87 rue Sainte-Catherine Est)
Avec son entrée qui donne directement sur la rue, le bar mythique de l’underground montréalais fait bonne figure sur une rue Sainte-Catherine pas toujours très clémente avec les fauteuils roulants. En revanche, il faut tirer un trait sur le deuxième étage et tous ses shows endiablés, uniquement accessibles par un escalier très à pic.

Côté toilettes, on oublie évidemment le sous-sol et on privilégie la «toilette cachée» derrière un mur de brique. «Chaque fois, faut que je demande elle est où au doorman parce que je ne la retrouve jamais», indique Kéven Breton, spécifiant qu’elle est destinée au staff et aux personnes handicapées.
4 : Benelux (245 rue Sherbrooke Ouest)
Le Benelux original est un exemple en matière d’accessibilité, ne serait-ce que pour sa terrasse estivale atteignable à partir du trottoir et ses toilettes relativement grandes. Autrement, Kéven Breton regrette (légèrement) que le quart des tables soient placées sur des «podiums surélevés».

«Y’a aussi le fait que, généralement, c’est pas mal difficile d’y circuler aisément», ajoute-t-il, faisant probablement référence à l’étroitesse de plusieurs racoins et à certains après-midi sportifs COMPLÈTEMENT déjantés, comme celui-ci croqué sur le vif en 2014.
 



3 : Le Saint-Bock (1749 rue Saint-Denis)
Accessible à partir d’une rampe tout de même abrupte, cette brasserie artisanale se démarque de ses autres voisins du Quartier latin. «C’est la seule de tout ce territoire-là à être accessible», remarque Kéven. «En plus, elle est proche d’un des rares métros accessibles de tout le réseau de la STM, Berri-UQAM.»

Autrement, l’aventure pour aller aux toilettes du rez-de-chaussée donne lieu à plusieurs malentendus de qualité. «Faut que tu passes dans les cuisines pour y aller. Chaque fois que j’passe là, les cuisiniers me regardent comme si je venais porter mon CV!», blague le militant. «Tout de même, A+ pour l’effort.»
2 : Le Pourvoyeur (184 rue Jean-Talon Est)
Ce bar est un exemple à suivre pour tous les débits de boisson villerois, malgré son deuxième étage inaccessible, mais de toute façon pas mal toujours occupé par des partys discutables d’adulescents de 38 ans. De plus, les terminaux de cartes de crédit/débit «se décrochent», ce qui n’est pas un acquis si évident de l’avis de Kéven Breton, qui a de la difficulté à payer virtuellement à la SAQ ou à l’épicerie par exemple.

Côté salle de bain, l’établissement offre une grande cabine privée, très facile d’accès, au rez-de-chaussée. Bref, bravo pour l’ensemble de l’œuvre et, surtout, pour le regard PERÇANT des deux gars accoudés au bar.
Crédit photo : Cindy Boyce/NIGHTLIFE.CA

1 : La Succursale (3188 rue Masson)
«C’est vraiment le Saint-Graal de l’accessibilité à Montréal», clame Kéven. «Y’a une entrée de plain-pied, les portes sont pas trop lourdes, y’a une toilette au rez-de-chaussée très grande, le terminal débit se décroche… C’est juste parfait.»

GROS avantage à ne pas négliger : un bretzel géant accroché lors de l’Oktoberfest.
Mention honorable : Yïsst (901 rue Saint-Zotique Est)
 «C’est mon bar préféré, mais les cabines dans la salle de bain sont trop petites. En fait, le gars du Yïsst serait down d’en enlever une pour en faire juste une plus grande, mais le code du bâtiment en demande un nombre minimum en fonction de la superficie. En gros, s’il fait ça, il pourrait pogner une amende.»
Pour un répertoire des lieux et logements accessibles, consultez le site On roule