+ Toutes les playlists

Grand Corps Malade, le maître du slam et de la poésie épate Montréal lors de son passage au Théâtre St-Denis

Crédit photo : Capture d'écran Youtube
Grand Corps Malade, le maître du slam et de la poésie épate Montréal lors de son passage au Théâtre St-Denis
Hier soir avait lieu l’excellent show de Grand Corps Malade au Théâtre St-Denis et on y était! L’ensemble du spectacle était absolument fabuleux et on était super content de voir l’artiste et ses musiciens se donner sur scène ici, à Montréal.

C’est une belle soirée de grande poésie qui nous attendait dans la salle pleine à craquer du Théatre St-Denis. En première partie du spectacle, le très talentueux chanteur Jamil, artiste slammeur, nous a présenté ses belles chansons humoristiques. Il n’avait qu’une job: réchauffer la salle. Et il l’a brillamment fait! La foule a vraiment embarqué au moment où Jamil Azzaoui a interprété l’une de ses meilleures chansons, Les moitiés.

Pour ce qui est de la deuxième partie, Fabien Marsaud, AKA Grand Corps Malade, nous a livré un spectacle hallucinant, touchant et très dynamique. On a pu jouir de la belle présence des trois excellents musiciens du slammeur qui ont assuré. On a particulièrement apprécié le dynamisme de la pianiste du groupe qui ne cessait de danser et se laisser entraîner par la musique, tout en jouant les plus beaux airs au piano, clavier, flûte et accordéon. Toute la foule a aussi grandement été impressionnée par les solos du guitariste.

Grand Corps Malade nous a interprété les plus belles chansons de son dernier album Funambule, dont les titres Roméo kiffe JuliettePocahontasLe bout du tunnelComme une évidence et plusieurs autres. Malgré quelques manquements techniques, l’ensemble du show s’est super bien déroulé et tout le monde a beaucoup apprécié. Vers la fin du spectacle, Fabien Marsaud est revenu sur scène portant un chandail du CH, ce qui a (bien entendu) fait plaisir à l’auditoire montréalais. Le spectacle s’est conclu sur la chanson Inch Allah et toute la salle s’est levée pour danser et faire le party! A suivi, évidemment, tout de suite après, un beau et long standing ovation bien mérité.