+ Toutes les playlists

Vélo festif Montréal : Ferrandez veut «sévir»

Crédit photo : Page Facebook de Vélo Festif Montréal
Vélo festif Montréal : Ferrandez veut «sévir»
Après avoir été déclaré illégal par la Société d’assurance automobile du Québec (SAAQ) en septembre dernier, voilà que le Vélo festif fait face à d’autres adversaires de taille : le Service de police de la Ville de Montréal (SPVM) et, surtout, le maire du Plateau Luc Ferrandez.

Avec ses 16 convives qui mettent le pied à la roue, le Vélo festif s’est promené tout l’été à travers les rues du Plateau, selon plusieurs itinéraires menant de bar en bar. Favorable à l’initiative au début, l’arrondissement semble avoir changé son fusil d’épaule.

«On nous a dit ce sont des gens qui vont faire du vélo en groupe. On savait pas que le fait de hurler tout le long, puis d’écouter de la musique faisait partie du concept. C’est clair qu’on va agir là-dessus», a déclaré le maire lors d’une séance de conseil d’arrondissement, selon ce que rapporte le Plateau Mont-Royal.

Changement d’épaule pour le fusil du SPVM aussi. Après s’être abstenu de tout commentaire quant à la sécurité des pédaleurs en septembre dernier, puisqu’aucun agent n’avait – semble-t-il – eu l'occasion de croiser le vélo, le corps policier montréalais trouve dangereuse l’initiative festive puisque «les gens débarquent en plein de milieu de la voie et changent de place».

Prévention du bruit

Pour l’instant, les plaintes ne semblent pas avoir été très courantes envers le Vélo festif. On est plus dans la prévention qu’autre chose. Exténué de recevoir des plaintes de bruits de part et d’autre, Ferrandez veut limiter les dégâts sonores que pourrait causer le vélo.

À cet effet, le commandant Christian Cloutier (poste de police 38) «mentionne que des constats pour bruit et obstructions de la voie publique pourraient être systématiquement émis», toujours selon le Plateau.

Au lieu de chercher à totalement empêcher cette initiative qui a du potentiel, le maire et le SPVM devraient plutôt tenter de trouver une entente avec l’administration de Vélo festif Montréal.

Un couvre-feu plus hâtif? Un périmètre d’activité plus restreint? Des arrêts plus sécuritaires?

Les solutions sont nombreuses. Suffit d’un peu de volonté.