+ Toutes les playlists

5 films d’horreur à voir dans le noir, la porte barrée

Crédit photo : Heather Langenkamp dans A Nightmare on Elm Street
5 films d’horreur à voir dans le noir, la porte barrée
Le mois d’octobre et la fête des Morts. Encore en train de penser à ton costume d’Halloween? De notre côté, on te met dans le mood de l’épouvante avec une sélection de films qui rendront ta nuit de sommeil un peu moins agréable. Histoires de meurtres sanglants, de Satan, de sorcières et de zombies pour alimenter ton imaginaire en soif de sursauts. Les films d’horreur et son genre constamment revisité, qui comprend les Psycho, Le Cabinet du Dr. Caligari, L’Exorciste, The Shining, Jaws, Halloween, The Blair Witch Project, Funny Games, Ils, Insidious, Let the Right One In et, plus récemment, The Babadook. On aurait pu t’en donner plus et encore plus, mais on voulait faire ça court.  

1. A Nightmare on Elm Street 

Créature de la nuit qui prend possession de tes rêves pour en faire des cauchemars. Un coup de lames tranchantes, que Freddy porte sous forme de griffes, pour achever ses proies. Homme mort sous les flammes provoquées par son voisinage, et qui se fait justice. Sa soif de vengeance le fera revenir des ténèbres pour hanter les enfants-adolescents de ceux qui l’ont persécuté. Figure culte du film de peur, Freddy n’a pas vieilli. Wes Craven (Scream), le master du film d’horreur contemporain, a imaginé les cauchemars étouffés de ses victimes avec des effets d’horreur et de sang qui te suivront jusque dans ton sommeil. Efficace, épeurant, avec tous les clichés de la fille vierge (Nancy) qui se bat pour défendre ses amis, qui tombent un à un sous les griffes du vil et méchant Freddy Krueger. Participation de bébé Johnny Depp, qui joue dans son premier film.

2. Shivers (They Came From Within) 

Histoire de parasites en forme d’étrons coulants qui choisissent un orifice humain pour pénétrer le corps et le manipuler. Film de 1975, la réalisation est assurée par un nos réalisateurs canadiens préférés, David Cronenberg (Videodrome) qui s’assume à fond dans le genre série B. Des manipulations par un scientifique qui tournent mal, le corps possédé se transforme en zombie super cochon/cochonne qui ne pense qu’à baiser. Tous genres et âges confondus. On suit le destin tragique des personnages touchés...et qui se touchent. L’Île des Soeurs (!) en noyau de cette pandémie sans nom. Fuir le désir de ceux qui ne pensent qu’à baiser. Le pont Champlain et le Montréal des années 70 en prime. Si t’as envie d’une Halloween un peu plus sexy, mais quand même dégueulasse. 

3. Suspiria 

Suzy quitte New York pour l'Italie, acceptée à la réputée académie de danse du pays. Deux meurtres la nuit de son arrivée. Une danseuse en détresse s’enfuie et se fait tuer. Suzy se retrouve à vivre enfermée dans les quatre murs de l’école. Atmosphère glauque et soupçons y règnent. Helena Markos, une sorcière puissante qui aurait habité les lieux il y a de ça 100 ans, refait surface dans l'imaginaire collectif. Une chasse aux sorcières qui commence. Dario Argento, maître du giallo, à la réalisation de ce film d’horreur psychédélique au rythme hystérique. La mise en scène soignée crée des compositions d’images/éclairages hors du commun qui renvoient à la cohérence plus au moins existante du cauchemar. Couleurs vives, musique démoniaque en surenchère, cris de mort et magie noire te guideront dans cette spirale de l’épouvante.

4. The House of the Devil  

Film de 2012 qui se prend pour un film des années 80. Le film emprunte aux codes de l’horreur de l’époque pour ériger un récit de gardiennage qui tourne mal, très mal. Un habitué du genre, Ti West (V/H/S), t’emmène lentement dans ce monde occulte des suppôts de Satan pour construire une fin d’épouvante qui te donnera un frisson glacial dans le dos. Samantha répond à une annonce de gardiennage. En manque d’argent, elle ne refuse pas cette offre faramineuse. Avec Greta Gerwig (Frances Ha) en amie pour la protéger, Samantha entrera dans la maison dans laquelle elle n’aurait jamais dû mettre les pieds. Accueillie par deux aînés creepo, elle veillera sur la maison et sur un être qu'elle n’aura droit de poser ses yeux. Elle verra alors toutes ses peurs se concrétiser.   

5. I Saw the Devil  

La vengeance est un plat qui se mange froid. Type d’horreur qui fait plus dans le réalisme de par son sujet et son traitement. La femme enceinte d’un garde du corps se fait tuer sauvagement. Son mari se promet de lui rendre justice et de faire subir les pires douleurs à son bourreau. La victime qui se transforme en assassin. Une chasse à l’homme dans un jeu du chat et de la souris s’exécute dans une poursuite sans fin. Violence gore, insoutenable par moments, le meurtrier rattrapé pour se faire aussitôt relâcher par son persécuteur, toujours un morceau de lui en moins. Film coréen réalisé par Kim Jee-woon. L’art de construire l’horreur sur une frustration du spectateur, qui lui, finit par en demander plus pour voir une justice finalement s’accomplir (si justice, il y a).  

Bonus!: Hocus Pocus 

Sur une note plus douce, un classique d'Halloween signé Disney. Les sorcières et leurs charmes portés par Bette Midler, Sarah Jessica Parker et Kathy Najimy.