+ Toutes les playlists

Perfecto: quand le côté bar excelle, mais que le côté bouffe déçoit

Crédit photo : Alex Ortiz
Perfecto: quand le côté bar excelle, mais que le côté bouffe déçoit
À deux pas du boulevard Saint-Laurent, sur une portion de l’avenue Duluth déjà animée par le Réservoir, le Perfecto affiche ses couleurs de manière un peu intrigante. Effectivement, on ne distingue de l’extérieur qu’une porte dorée sur laquelle est gravé le mot Perfecto. Puis, après une volée de marches, on arrive dans un assez grand espace qui s’étire à droite de l’escalier avec un long bar - à noter, le mur de cassettes que l’on fait jouer avant que le DJ commence sa presation- et de longues tables bordées de chaises hautes, et à gauche avec une série de tables rondes elles aussi en hauteur. Au centre du tout, le DJ du jour de notre visite, Xavier Caféine, met l’ambiance avec des morceaux des années 1980. Quant aux toilettes, elles sont résolument communes aux deux genres. L’endroit a été conçu par le designer Pierre-Étienne Locas, qui s’est appuyé sur les demandes des propriétaires, issus du monde des bars et restaurants ((Rockette, Lorbeer, Taverne Saint-Sacrement, Bar de Courcelle, Mimi la nuit, Lauréa, Brasserie West Shefford) ou musiciens avertis. Comme me l’explique Joakim Morin, un des actionnaires, « l’idée derrière le Perfecto est celle du dive bar. Ni trop trash ni trop chic, quelque chose entre les deux. » Et c’est assez réussi, car on a l’impression que cet établissement est ouvert depuis déjà un moment… et il est déjà bien rempli.
Crédit photo Sophie Ginoux
Crédit photo Sophie Ginoux

Du côté menu liquide, le bar propose de la bière, du vin et une sélection de cocktails maison. Je goûte ainsi au Kentucky Pear, un mélange de bourbon, de Belle de Brillet, de jus de poires et de pommes. Essai présenté sans flafla, mais concluant grâce à un bel équilibre entre les ingrédients.
Crédit photo Sophie Ginoux

Je m’attaque au volet plus solide de la carte, montée par Derm Kean. Au programme, beaucoup de plats de type finger food destinés à être partagés. Un plateau aux choix du chef hors carte en rassemble d’ailleurs plusieurs, alors c’est ce vers quoi je fonce pour me faire une bonne idée de ce que l’on mange sur place. Après une attente un peu longue – il faut dire qu’il s’agit du soir de lancement officiel –, le plateau du jour arrive avec plusieurs options : une salade de kale un peu fade; une préparation aux haricots noirs (avec du bacon de tofu grillé, de la confiture de poivrons rouges, du cheddar vieilli, de la laitue et une tranche de tomate) intéressante, quoiqu’un brin dense et pâteuse; une cuisse de canard dans une sauce Buffalo un peu (trop) épicée, semblerait-il très populaire; une série de rondelles d’oignons de belle taille, un peu surets pour balancer avec le gras de la panure; et enfin, de bonnes frites maison, coupées larges et croustillantes à souhait.
Exemple de plateau
Crédit photo Alex Ortiz
Crédit photo Sophie Ginoux
Un autre plat à la carte, les moules au cari jaune
Crédit photo Alex Ortiz

On peut donc manger au Perfecto, même si selon moi l’attraction centrale de l’endroit demeure son volet bar et son animation sept soirs semaine par des DJ. Actualité à suivre sur la page Facebook du lieu pour être au fait de toutes les prestations (DJ, soirées des Canadiens, concerts) à venir.

Perfecto
20, rue Duluth Est, Montréal
(514) 903-7373