+ Toutes les playlists

Le restaurant basque Pintxo renaît de ses cendres sur l'avenue Mont-Royal Est

Crédit photo : Sophie Ginoux
Le restaurant basque Pintxo renaît de ses cendres sur l'avenue Mont-Royal Est
La cuisine basque est peu représentée à Montréal, mais le Pintxo (qu'on prononce Pine-Tcho) en est un fier porte-étendard. Pendant près de 10 ans, ce petit et charmant resto de la rue Roy a séduit les palais les plus coriaces et obtenu de nombreux éloges. Jusqu’à ce que le 13 avril 2015, juste après une dernière critique dithyrambique de Thierry Daraize, un feu se soit déclaré dans la bâtisse voisine de l’établissement et ait contraint les propriétaires à fermer boutique. L’équipe du Pintxo n’a toutefois pas baissé les bras et a décidé, tel un phénix, de renaître de ses cendres sur l'avenue Mont-Royal Est.

L'ancien Pintxo sur la rue Roy
Crédit photo Pintxo


Le nouveau restaurant est toujours intime – une trentaine de places à vue de nez -, et accueillant. Les nappes blanches sont encore de rigueur, de même que les tableaux contemporains au mur et des luminaires enveloppants. On n’est pas très dépaysés.
Le nouveau Pintxo sur la rue Mont-Royal bien occupé un vendredi soir
Crédit photo Sophie Ginoux

Le menu est également au niveau de celui que nous connaissions à la précédente adresse. Le chef Alonso Ortiz a beaucoup de talent et sait parfaitement manier l’art du pintxo, qui signifie « cure-dent » en basque et se présente sous la forme de bouchées de plus petites tailles que les tapas qui s’échelonnent sur plusieurs services. La carte regorge donc de petites propositions alléchantes et parfois intrigantes comme des œufs brouillés à la morue, des huîtres en tempura avec une purée de chou-fleur, du tartare de canard fumé, ou encore de la figue farcie au jambon serrano et au fromage mahon. Pour les personnes préférant des plats plus fournis, une sélection de Los Platos complets (côte de bœuf, cassoulet d’Asturies, aiguillettes de magret de canard, etc.) sont aussi disponibles. Des choix complétés par des créations du jour comme, lors de ma visite, de la joue de flétan à la texture très tendre et un peu grasse à l’image de l’aile de raie, accompagnée de palourdes et de petits pois.
Joue de flétan
Crédit photo Sophie Ginoux

Pour vraiment faire l’expérience du Pintxo, rien ne vaut un menu dégustation, pourquoi pas accompagné d’un des vins intéressants que propose l’établissement. J’opte donc pour des bulles rosées (un agréable cava rosé de la maison Raventos) et ce menu découverte, constitué ce soir-là de quatre pintxos et d’un plat de résistance. Un premier service rassemble trois grosses bouchées : une petite soupe délicate aux haricots blancs, un tartare de saumon bien équilibré, ainsi qu’un délicieux foie gras au torchon fondant et parfumé de piment d’Espelette servi tout simplement avec un croûton et des oignons confits. Suit une queue de homard grillée parfaitement assaisonnée, mais un brin trop cuite selon moi.
Queue de homard
Crédit photo Sophie Ginoux

Les plats de résistance arrivent bientôt et peuvent satisfaire les plus grosses faims. La joue de flétan de mon voisin est intéressante, mais je ne l’échangerais pour rien au monde contre ma succulente morue noire servie avec une délicate sauce vierge, une purée de pommes de terre et de petits légumes tout en fraîcheur. Un classique du chef, mais toujours aussi réussi et apprécié.
Morue noire
Crédit photo Sophie Ginoux

Pour finir en beauté, je ne peux résister, un petit verre de Moscatel en main, à un dessert maison. C’est donc avec un surprenant flanc-crème aux fruits de la passion dominant une couche de préparation au chocolat et de biscuit que je conclus cette très agréable soirée dans un resto auquel on ne peut que demeurer attaché. Longue vie au nouveau Pintxo!
Dessert aux fruits de la passion
Crédit photo Sophie Ginoux
 
Pintxo
330, avenue du Mont-Royal Est, Montréal
514 844-0222