+ Toutes les playlists

10 fiertés lavalloises pour 50 ans d'union

Crédit photo : Fabienne Legault
10 fiertés lavalloises pour 50 ans d'union
C’est jour de fête aujourd’hui du côté de l’île Jésus. Prêts pour une grosse célébration avec le porte-parole Philippe Bond au gracieux Centropolis, les Lavallois doivent également profiter de l’occasion pour se remémorer les différents symboles qui font rayonner leur ville en ce 50e anniversaire. En voici 10 qui nous sont venus à l’esprit après un brainstorming des plus enlevants.

N.B. : Nous avons volontairement omis d’y inclure la navette spatiale qui fait office de cinéma sur le bord de la 15.

Mario Lemieux
Même s’il est né à Ville-Émard, le deuxième meilleur joueur de l’histoire de la ligue (en fonction du nombre de points par partie) a d’abord fait sa marque à Laval avant de s’extrader à Pittsburgh. Joueur étoile des mystérieux Voisins de Laval durant ses années junior, Lemieux a offert une incroyable performance de 282 points en 1983-1984, ce qui a probablement relancé l’économie de la ville. Heureux gagnant de plusieurs coupes Stanley, il met de l’avant de belles qualités comme la générosité et l’hospitalité, comme en témoigne cette photo prise en 2009 à son domicile.
Courtoisie : Flickr / Libre de droits

Le Chenoys
Même s’il y a des Chenoys un peu partout au Québec, celui de Laval est pas mal plus important que tous les autres pour ce qu’il symbolise : l’endroit emblématique où, curieusement, Cartier devient Curé-Labelle. Officiellement, on sent qu’on change de monde et qu’on entre pour de vrai dans le hood de Chomedey. Beaucoup d’autres avantages historiques sont à prendre en compte, notamment le fait que c’est TOUT LE TEMPS ouvert. Seul hic : il semble y avoir des problèmes concernant les «traverses d’autobus», selon ce qu’on peut lire sur Facebook.

Crédit : Capture d'écran Facebook du Chenoys

Casseau d’Auteuil
Institution lavalloise de premier ordre, ce shack à sous-marins ne paie pas de mine, mais a une notoriété que seuls les vrais Lavallois peuvent connaître. «Je pourrais passer des heures à vous faire l’apologie du pepperoni, sublime! Et comme dans tout bon endroit du genre, le Casseau dispose de sa sauce secrète, un succulent mélange épicé», comme le dit le blogueur vedette Philippe Leclair.
Crédit : Facebook du Casseau d'Auteuil
 
Le Carrefour Laval
Dixième plus gros centre commercial au Canada, le Carrefour Laval fait le bonheur des habitants de l’île Jésus, qui se déplacent en son sein pour contempler la fontaine majestueuse, magasiner un petit 12 heures en ligne au Caleçons vos goûts ou manger une bouchée à 18$ à l’Académie express de l’espace gourmet. Ne manquez pas une seule chance d’y aller, d’un coup que vous y croiseriez cet homme au charisme naturel.
Crédit : Flickr / Libre de droits

Le Cosmodôme
On a longtemps pensé que la NASA se trouvait aux States, mais c’était un habile subterfuge du gangster par excellence Gilles Vaillancourt qui, en 1994, était maire lorsque le Cosmodôme a été mis en place tel qu’on le connaît. Actuellement, des tonnes d’astronautes se réunissent sur place pour inventer des nouvelles planètes et basher contre Pluton. Voici un aperçu de ce qui vous attend à l’intérieur:
Crédit : Flickr / Libre de droits

Alexandre Despatie
Oui, c’est bien à Laval-sur-le-Lac que réside l’illustre acteur québécois Alexandre Despatie. Très habile devant la caméra, il a su prendre sa place avec beaucoup de cran dans l’excellente série « À vos marques ... Party !». Entendez-le sur le sujet à partie de 1 :45 dans la vidéo ci-dessus.


Les institutions du passé
Laval a longtemps été reconnu pour divers emblèmes qui, malheureusement, ne sont plus de ce monde. Outre la fameuse Récréathèque, qui curieusement a déjà accueilli Metric et IAM dans sa roulathèque, les Lavallois se rappellent avec nostalgie de deux bars particulièrement marquants : le Lovers (qui a réussi l’exploit de rouvrir) et, surtout, le Fuzzy, qui avait fermé il y a quelques années en raison d’un pourtant très réussi concours de fellation. Que dire aussi du Amusement 222 qui, à l’époque, profitait d’une publicité télé à couper le souffle.


C’est un palindrome
Ça a l’air de rien comme ça, mais aucune autre ville ne peut se vanter d’avoir un nom aussi nice, qui se dit aussi bien d’un bord comme de l’autre. Histoire de pousser l’audace à l’injure, n’hésitez pas à vous munir d’un radar sur votre kayak lors de votre prochain petit trip sur la rivière des Mille Îles.


Le métro
Quand les trois stations sont arrivées au milieu des années 2000, les Lavallois ont tout simplement commencé à exister. Désormais, il n’y avait plus de bataille de coude à l’entrée des wagons au métro Henri-Bourassa direction Côte-Vertu, non, les Lavallois allaient enfin avoir les places V.I.P. qu’ils désiraient tant.

Crédit : Flickr / Libre de droits

Un Amir qui a CURIEUSEMENT l’air d’un PFK
Un symbole qu’on oublie souvent, mais qui mérite qu’on y revienne de temps à autre.
Crédit : Oliver Vinette

En rafale : le Moomba, le Centropolis, le Centre nature de Laval, le Centre Laval, les 134 bars de danseuses sur le boulevard des Laurentides et, évidemment, le parking de 800 000 pieds carrés du Cinéma Guzzo Pont-Viau 16.

Tout ça pour dire : bon 50e LAVAL!!!!