+ Toutes les playlists

4 lectures pour occuper ce mois de juin pluvieux

Il fait un peu trop froid, un peu trop gris pour un début d'été qu'on avait tant attendu. Voici une prescription de lecture pour illuminer ce mois de juin.


Cuisine – les carnets de Rhubarbe de Stéphanie Labelle, Cyril Doisneau, Ohara Hale et Marianne Ferrer. La pastèque, 23,95$, en librairie.
La BD et la cuisine se rencontrent dans ces carnets de recettes colorés, illustrés par trois artistes différents. La chef de la pâtisserie Rhubarbe y va résolument à la française avec des tartines, des cakes et des choux à la crème, mais aussi d’alléchants « popsicles » (pensez griottes-menthe ou fraise-camomille), tout ça conçu pour des fêtes improvisées entre amis.  



Nouvelles – Ici la chair est partout de William Lessard Morin. La mèche, 17,95$, en librairie.
Un tout petit recueil pourtant très chargé, très lourd, qui s’articule autour du corps, souvent mutilé, saccagé. Ainsi, qu’elle garde la marque des ébats violents, qu’elle se noie dans la drogue ou l’alcool, qu’elle soit gagnée par l’affaissement, la chair semble invariablement mise à mort par l’auteur, dont la prose, comme par osmose, se laisse contaminer par la poésie.


Roman – Plume fantôme d’Isabel Wolff. JC Lattès, 29,95$, en librairie.
Jenni est ghost writer. Pour écrire les mémoires d’une dame qui fêtera bientôt ses 80 ans, elle doit se rendre en Cornouailles où elle a vécu une tragédie dans sa jeunesse. À deux, elles tenteront de faire la paix avec les fantômes du passé… Isabel Wolff (auteure du très bon Un amour vintage!) sait inventer des histoires prenantes, souvent plus complexes qu’il n’y paraît, et peuplées de beaux personnages.
 

Revue – Liberté, été 2015. Liberté, 12$, en magasin.
Dans le numéro estival de l’excellente revue Liberté, notre rapport à l’alcool est disséqué d’un point de vue historique, religieux, social et économique. On trouve même sur le sujet une courte BD signée Cathon et Alexandre Fontaine Rousseau. À savourer également : une longue entrevue avec l’auteur Michael Delisle et le traditionnel cahier critique.  Allez, tchin!