+ Toutes les playlists

Les films à suivre pendant le 68e Festival de Cannes!

Crédit photo : Fabienne Legault pour NIGHTLIFE.CA
Les films à suivre pendant le 68e Festival de Cannes!
Par où commencer pour déchiffrer le meilleur du pire de ce qui sera présenté lors du 68e Festival de Cannes? Peu d’informations, des bandes-annonces manquantes, pas le choix, il ne reste que l’instinct pour nous guider. On se fie à nos coups de coeur passés. Des films et des réalisateurs qui nous ont marqués. La sélection n’aura plus de secrets pour toi (ou presque). 

Le Festival et son jury
La Sélection Officielle sera présidée par les frères Coen. C’est dans cette même catégorie que Xavier Dolan pourra défendre ses films préférés en vue d'en récompenser l'un deux par la prestigieuse Palme d’Or. Évidemment, le dernier mot revient toujours au(x) président(s). On peut penser à l’année où Isabelle Huppert a fait fi des opinions de ses collègues jurys pour décerner la Palme à son ami, le réalisateur Michael Haneke pour son Ruban Blanc. Décision qui avait fait grincer des dents le comité et les journalistes, mais ça fait partie de la game. Se joindront à l’équipe la superbe Rossy de Palma, Sophie Marceau, Sienna Miller, Rokia Traoré, Guillermo del Toro et le beau Jake Gyllenhaal

Denis Villeneuve sur le plateau de Sicario (Crédit: Lionsgate)
La Sélection officielle 
Gros party de réalisateurs qui ont marqué Cannes par le passé. Un Québécois dans la gang. Denis Villeneuve et son Sicario. Mais attention, le réalisateur n’est pas là pour nous représenter. Rien à voir avec le Québec, le film se présente sous la bannière des États-Unis. Histoire de FBI et de zone frontalière non respectée entre le Mexique et les États-Unis. Il fait appel aux talents d'Emily Blunt, de Josh Brolin et de Benicio del Toro. Parmi les films qui retiennent le plus notre attention, commençons d'abord par Carol de Todd Haynes. Film dans lequel le réalisateur retrouve Cate Blanchett (leur première collabo remonte à I’m Not There) dans un drame amoureux lesbien se déroulant dans les années 50. On comprend que rien ne sera facile pour cette femme prise dans un mariage sans bonheur et cette nouvelle flamme activée par Rooney Mara. Le film se rapproche de l’univers mélodramatique de Douglas Sirk, réalisateur duquel Haynes s'était déjà inspiré pour son tragique Far from Heaven
The Lobster
L’étrange univers de Yorgos Lanthimos reprendra vie dans The Lobster, un récit qui ne peut que nous attirer. Dans un monde futur, les célibataires n’ont plus le droit d’exister. Placés dans un hôtel spécial, ils ont 45 jours pour trouver leur douce moitié, à défaut d’être transformés en animal (!). Un rebelle (Colin Farrell) s’échappera et trouvera refuge dans une société secrète composée de célibataires. En plus de Farrell, il y a Léa Seydoux, Rachel Weisz, John C. Reilly, Ben Whishaw et Angelika Papoulia (déjà remarquée dans Canines du même réalisateur).
Sea of Trees
Retour pour Gus Van Sant après le pas très remarqué Promised Land. Dans The Sea of TreesMatthew McConaughey se rend dans une forêt aux abords du mont Fuji, pour aller s’enlever la vie dans ce même lieu où les gens se rendent pour répéter le geste fatal. Toutefois, un homme blessé (Ken Watanabe) surgit de nulle part et le destin de McConaughey est vite chamboulé. Une tentative de suicide transformée en mission de rescaper le gars amoché. Naomi Watts en femme mal-aimée du triste McConaughey.
Dheepan
Un habitué de la Croisette, Jacques Audiard (De rouille et d’os, Un Prophète) arrive avec son dernier film, Dheepan. Drame social sur la dure vie des immigrants illégaux qui choisissent la France comme terre d'accueil. Exilés du Sri Lanka, trois personnes sans aucun lien devront utiliser leur ruse pour se faire passer pour une famille. Après, ce sera l’espoir d’une vie meilleure alimenté par l’illusion de cette nouvelle famille recomposée. 
Marguerite et Julien © Céline Nieszawer
Un frère qui tombe en amour de sa soeur, leur père étant Jean III de Ravalet, seigneur de Tourlaville. Marguerite et Julien, suite logique des histoires passionnelles et compliquées déjà présentées par Valérie Donzelli (réalisatrice du très bon La Guerre est déclarée). Histoire tirée d’un fait divers des années 1600 où un frère et une soeur furent exécutés pour un amour consommé, un amour interdit. Le film se base sur un scénario qui était d'abord destiné à François Truffaut, qui a refusé l’offre à l’époque.
Louder Than Bombs
Histoire autour d’un passé secret qui refait surface pour renverser le cours du présent: Louder Than Bombs. Isabelle Huppert en photographe décédée, Jesse Eisenberg en fils de la photographe et Gabriel Byrne en veuf. Film réalisé par le gars derrière Oslo, 31 août. Isabelle Huppert love
The Tale of Tales
Adaptation libre des contes de Giambattista Basile, Il Racconto Dei Racconti (The Tale of Tales), nous plonge dans l’univers fantastique de rois, reines, princes, princesses, fées, sorcières et créatures étranges. Des images d’une grande beauté dans un récit sombre et onirique raconté par Matteo Garrone (Gomorra). Avec entre autres Salma Hayek, Vincent Cassel, Toby Jones et John C. Reilly.  

Cemetery of Splendour
Un Certain Regard
Un survol rapide de cette catégorie moins prestigieuse, mais tout aussi importante du Festival. Grosse pointure, déjà Palme d’Or pour Oncle Boonmee (celui qui se souvient de ses vies antérieures), Apichatpong Weerasethakul arrive cette année avec Cemetery of Splendour (Rat Ti Khon Kaen). Histoire d’une maladie étrange qui endort les soldats. Une femme en aide-soignante sur les lieux des malades, un médium qui communique avec les endormis, un journal intime retrouvé et peut-être une clé pour délivrer ceux happés par cet étrange syndrome. 
Taklub
On aime beaucoup l’oeuvre de Brillante Mendoza. Des films comme John John et Lola te permettront de mieux le découvrir si tu ne le connais pas. Avec Taklub, il explore ce qui reste après le passage du typhon Yolanda aux Philippines, à travers ceux qui ont survécu et les épreuves qui leur restent à vivre. 

 
Hors Compétition 
C’est ici que sera présenté Amy. Le documentaire sur feu Amy Winehouse réalisé par Asif Kapadia (on lui doit entre autres, l’excellent documentaire sur Ayrton Senna, Senna). Exploration d’archives inédites, on retrace le parcours de la chanteuse à travers sa voix et ses témoignages. Chanteuse au grand talent, trop rapidement disparue. 

Et finalement, l’homme de talent et de controverse par excellence, Gaspar Noé (Irréversible, Enter the Void) et son Love. Déjà des tollés pour une série d’affiches osées remplies de sperme, d’un pénis bien bandé en éjaculation ou encore d’un baiser à trois, la salive liée par le sperme. Un coup de fil pour annoncer une fille disparue. Un père de famille qui fait l’introspection de sa vie amoureuse. Tout ça filmé en 3D avec plein de scènes de cul en mode porno.


68e Festival de Cannes
Du 13 au 24 mai 2015  | festival-cannes.fr