+ Toutes les playlists

10 shows, expos, films et festivals à ne pas rater dans les 2 prochaines semaines

Ça y est: la saison des festivals prendra son envol dans les prochains jours. À bas la discrétion; les organisateurs mettent le paquet avec des offensives séduction pour te convaincre de ne pas manquer leur lancement/vernissage/happening catégoriquement incontournable. En voici 10 auxquels tu devrais t’attarder au cours des deux prochaines semaines!
 
 1. Les deux voyages de Suzanne W.
Du 5 au 23 mai (Espace GO)

Voilà une co-production France-Québec qui jouit d’un buzz extrêmement positif depuis sa présentation au Théâtre National de Chaillot le mois dernier (sous le titre «Vanishing Point»). Ce road-trip identitaire à la scénographie singulière revient sur le parcours d’une femme divorcée dans la cinquantaine (Sylvie Léonard) qui embarque un autostoppeur (Pierre-Yves Cardinal) en route vers le Grand Nord québécois pour reconquérir son ex. Paysages du Grand Nord projetés sur écrans géants et folk-rock du groupe franco-américain Moriarty colorent cette touchante incursion en terrains inconnus.
 
2. Trois Excellents docus au Cinéma du Parc

Les programmateurs du Cinéma du Parc nous offrent les trois docus les plus attendus du printemps! D’abord lancé à Sundance en janvier, le sublime Kurt Cobain: Montage of Heck lève le voile sur le Cobain qui se tenait bien à l’abri des kodaks: l’amoureux fidèle et passionné, le père de famille dévoué, l’ado aliéné puni pour son émotivité, et bien sûr, l’artiste tourmenté par les séquelles de son immense talent. C’est sans oublier le docu-choc d’Alex Gibney sur les rouages de la Scientologie, Going Clear: Scientology and the Prison of Belief, et Dior et moi, qui revient sur le premier défilé haute couture qu’a présenté le designer belge Raf Simons en tant que directeur artistique chez Dior.
 
3. Festival Elektra
Du 13 au 17 mai (Usine C et quelques lieux additionnels)

La réalité virtuelle est à nos portes, l’impression 3D connaît des applications pratiques et la technologie est désormais omniprésente dans toutes les grandes manifestations artistiques. Bref, l’art numérique n’est plus confiné à des rassemblements de geeks aux lourds penchants conceptuels. Difficile d’y croire, mais le festival Elektra en est déjà à sa 16e édition, avec une panoplie d’installations immersives et de perfos audiovisuelles gracieuseté d’une trentaine d’artistes internationaux, réunis sous le thème «Post audio». Cette année, notons la présence du duo électronique allemand Diamond Version et de Paul Prudence, maestro britannique de l’abstraction immersive. Martin Messier, poids lourd de l’art numérique québécois, présentera Projectors, une œuvre incorporant des projecteurs 8MM, tandis que la perfo musicale Soft Revolvers de Myriam Bleau repose sur 4 toupies lumineuses. 
 
4. Selfie
Jusqu’au 16 mai (Centre du Théâtre d’Aujourd’hui)

Philippe Cyr (Crédit: Julie Artacho
Faisant suite à leur très réussi iShow, les co-créateurs Philippe Cyr, Edith Patenaude et Sarah Berthiaume sondent cette envie étrange qui guette notre génération, celle de s'exhiber continuellement afin de mieux s'apprécier dans le regard d’autrui, de créer notre propre autofiction sulfureuse, de mettre en scène notre intimité dans ce qu’elle a de plus explicite. Une suite de tableaux en chair et en os, bourrés de paradoxes, de caméscopes et de narcissisme 2.0.
 
5. I've seen the future, brother de Kim Dorland
Jusqu’au 30 mai (Galerie Antoine Ertaskiran)

Kim Dorland, Go Back (2015)
Grandement inspiré du dream team de peintres canadiens du 20e siècle mieux connu sous le nom de «Groupe des Sept», le jeune artiste Kim Dorland nous présente une vision beaucoup moins bucolique, plus apocalyptique de l’art traditionnel du paysage. Coups de pinceau épais, teintes fluorescentes, scènes abstraites… Ce n’est pas surprenant qu’on l’ait décrit dans les médias comme «Tom Thomson sur un trip d’acide».
 
6. Ouverture du FTA avec Dancing Grandmothers
Les 21 et 22 mai (Théâtre Jean-Duceppe)

Cette grand-messe annuelle du théâtre et de la danse nous proposera pour sa 9e édition (du 21 mai au 4 juin) un festin de propositions étonnantes, éclatées et résolument contemporaines. Un solo de danse radical dénonçant l’occupation israélienne, une œuvre théâtrale révélant l’absurdité de l’examen de citoyenneté canadienne, et des grands-mères qui nous transmettent la joie tout à fait intemporelle de danser. C’est avec cette dernière proposition, Dancing Grandmothers d’Eun-Me Ahn, décrite comme «chorégraphe la plus excentrique de la Corée du Sud», que le FTA donnera son coup d’envoi le jeudi 21 mai. 
 
7. Expo Game On
Jusqu'au 13 septembre (Centre des Sciences de Montréal)

Source: GameFabrique.com
Si le temps chaud te donne plutôt le goût de t’enfermer à l’air climatisé devant une centaine d’écrans et de consoles, t’as de la chance, car une installation exhaustive conçue par le Barbican de Londres s’arrête au Vieux-Port tout l’été! Game On passe en survol l’évolution de l’industrie du jeu vidéo depuis les années 1960, de Pong à Pac Man, de Space Invaders à Assassin’s Creed et bien sûr, à l’Oculus Rift. Les gamers les plus férus en apprendront également sur la conception de certains jeux aujourd’hui désignés «grands classiques».
 
8. M.U.F.F. (ou Festival de films underground de Montréal)
Du 21 au 24 mai (Sala Rossa)

Lynn Poulin
Si tu es de l’avis que tous les festivals de films en ville se ressemblent, voici de quoi t’impressionner (voire te déstabiliser). Depuis déjà dix ans, les maîtresses du M.U.F.F. Zoë Brown et Karina Mariano font la promotion d’un cinéma à petit budget, exquisément cray-cray, qui «défie les limites des traditions hollywoodiennes». Célébrant son anniversaire à la Sala Rossa, cet ovni du septième art made in Montréal présentera des programmes de courts sous des thèmes tels que «erotica/porn-alt» et «dear diary/il était une fois...». BRING IT!
 
9. Montréal Sketchfest
Du 21 au 30 mai (Théâtre Ste-Catherine)

"Montreal's Priesty Boyz are the hottest Christian Rap Duo of a Generation."
Un autre événement indie inébranlable qui fête sa première décennie d’existence, le Montreal Sketchfest présentera sketchs, monologues, théâtre improvisé et chansons absurdes de plus de 60 troupes d’ici et d’ailleurs, autant des vétérans que des nouveau-nés, des francos que des anglos, des Katherine Levac (SNL Québec) que des Reda Saouï (En route vers mon premier gala, Juste pour rire), et ainsi de suite. En somme, plusieurs stratégies pour te faire rire à gorge déployée.

10. Chromatic
Du 22 au 26 mai (sur le sommet du Mont-Royal)
Ozone © Out of Sight
Comme le rapportait notre rédactrice Kelly-Ann Neeley, «c’est sous le thème de l’Élévation que le festival d’art créé par MASSIVart va accueillir ses milliers de festivaliers» pour sa sixième édition. Comme toujours, la programmation recèle de belles découvertes à faire en matière de musique (The Posterz, Ryan Playground, Blue Hawaii, Technical Kidman), de photographie (Gabrielle Desmarchais, Marie-Alexandre Talbot), d’installations visuelles et numériques (Out of Sight, Frances Adair McKenzie), de peinture (Arnaud Soly, Maxilie Martel-Racicot) et de graphisme (Léa Mercante, Clémence Vazard). Chromatic, une belle vitrine sur la relève qu'on se doit de soutenir!