+ Toutes les playlists

Critique du cabaret de cirque «Empire»: LE show de l’année!

Crédit photo : Pat Beaudry
Critique du cabaret de cirque «Empire»: LE show de l’année!
Empire a triomphé à New York, en Australie, en Nouvelle-Zélande et au Japon, avant de débarquer au coin de Bleury et de René-Lévesque. On avait un bon pressentiment avant la première, mais on ne pouvait pas prévoir qu’on sortirait du chapiteau dans un tel état d’euphorie. Le cabaret est l’un des meilleurs spectacles de cirque présentés à Montréal, le plus trashement sexy, avec les clowns les plus hilarants et certains des numéros les plus techniquement relevés!

Il suffit de poser le pied sous le chapiteau pour être charmé: boiseries, miroirs rappelant des vitraux d’église, 700 sièges installés autour d’une minuscule scène. La proximité des spectateurs confère à la soirée une intimité que vient décupler l’exubérance des artistes.

La soirée débute en beauté avec Miss A in a Bubble, une magnifique contorsionniste légèrement vêtue qui démontre l’étendue de sa… souplesse, emprisonnée dans une énorme sphère accrochée au plafond. Sensuel et envoutant. Par la suite, les Gorilla Girls forment des pyramides humaines et exécutent des pirouettes qui font écarquiller les yeux… presque autant que leur magnifique allure. Le duo de Lime Green Lady et de Carrot Man enchaîne les mains à mains et les portées avec une sensualité qui éveille les hormones les plus endormies.
Pat Beaudry
L’adorable Half Naked Asian Dude Wearing Pigtails arrive à faire absolument ce qu’il veut avec la roue Cyr et la roue allemande, malgré la petitesse de la scène. Deux amoureux affublés de vieux patins à roulettes décrochent quelques mâchoires, lorsque madame s’accroche au cou de monsieur, afin de tournoyer de toutes les façons (im)possibles et imaginables.

Malgré l’excellence incontestable de ces numéros, les passages les plus appréciés sont sans contredit celui de Black Flintstone, qui jongle avec ses pieds en faisant tournoyer son jeune acolyte dans les airs, dans une série de périlleux, de vrilles et de culbutes aussi épeurants qu’exaltants; celui du Montréalais 3D Graffiti Guy, qui crée une structure ahurissante faite de longs bouts de bois et d’une plume (un art que très peu de personnes maîtrisent sur la planète), ainsi que les nombreuses apparitions des «clowns» Oscar et Fanny. Jamais on ne se lasse de les voir faire les pitres, enligner les références sexuelles et scatologiques, se lancer des bouts de bananes de bouche en bouche ou se bidonner avec un membre du public très volontaire. On sent qu’ils s’amusent solide et le public en redemande!

C’est drôle. C’est original. C’est brillant. Et on retournerait voir le spectacle n’importe quand!

Empire sera présenté à Montréal pendant un mois, avant de s’arrêter à Québec (dès le 24 juin) et à Ottawa (dès le 28 juillet) | evenko.ca