+ Toutes les playlists

5 artistes à ne pas manquer pendant l'incontournable foire Papier15

Crédit photo : Tammy Salzl, Fights like a girl (2013) / dc3 Art Projects
5 artistes à ne pas manquer pendant l'incontournable foire Papier15
L’édition 2015 de la foire d’art contemporain Papier te prépare une promenade artistique riche et diversifiée du 24 au 26 avril prochains. L'exposition, qui fait la promotion d'oeuvres d'art sur papier, s'installera au Complexe de Gaspé et y occupera pas moins de trois étages. 

Cette année, 40 galeries canadiennes participent à la foire, dans le but d’exposer les travaux de leurs artistes au grand public – amateurs d’art et professionnels confondus. De quoi faire de belles découvertes, entre pratiques traditionnelles et questionnements contemporains, échelles locales et internationales, artistes émergents ou déjà très reconnus. Voici un avant-goût de ce qui vous attend, à travers 5 artistes.
 
1. Paryse Martin
Galerie Michel Guimont (Québec)

Paryse Martin, Les longues et lentes mains du Capitaine Joly (2014), Graphite, aquarelle et crayons de couleur sur papier 
Il sera possible d'y retrouver le travail de Paryse Martin, et son regard si singulier, au croisement du conte, de l’imaginaire, de l’enchantement et de la nature. Sa poésie compte une douceur de chaque instant, comme une absurdité, mais toujours maîtrisée, entre vraisemblance et folie légère. Riches, pour ne pas dire baroques, ses œuvres sont amplement ornementées, séduisantes, organiques, convoquant l’émerveillement devant les mystères de la nature et de la psyché humaine.
 
2. Michel de Broin
Galerie Division (Montréal et Toronto)

Michel de Broin, Tortoise – Tube, Cube, Tour (2013), Épreuve cyanotype sur papier Stonehenge
Michel de Broin est un artiste de première importance au Canada. Ayant reçu le prix Sobey en 2007 et ayant eu droit à une exposition-bilan de son œuvre au MACM, il s’approprie, détourne et métamorphose toutes sortes d’objets pour interroger les formes de pouvoir, les résistances et la perte. C’est avec humour et en orchestrant tout un détournement du réel qu’il pose des questions d’ordre collectif, social et environnemental. Les œuvres sur papier de l’artiste font se rencontrer la beauté et le mystère des immensités naturelles avec l’absurdité et le charme des constructions humaines.
 
3. Tammy Salzl
dc3 Art Projects (Edmonton)

Tammy Salzl, Fights like a girl (2013), watercolour on paper
Les images déstabilisantes de Tammy Salzl convoquent la chair, pour ne pas dire la viande, des corps dans leur réalité la plus stricte. L'artiste ne lésine pas sur la représentation sombre de ce qui constitue parfois la déformation, la monstruosité, la vieillesse et la mortalité, pour nous dire, de façon saisissante, la part étrange et obscure de l’être humain et de sa destinée. Dérangeantes, en tous les cas surprenantes, ses œuvres sont aussi toujours investies d’une beauté certaine.
 
4. Nadia Myre
Art Mûr (Montréal)

Nadia Myre, Orison (2014), impression numérique
Nadia Myre est une artiste algonquine multidisciplinaire, dont l’histoire intime est profondément marquée par ses origines autochtones. Ses interrogations la poussent certainement à explorer des pratiques artisanales dans ses œuvres, telles que la broderie, le tissage de perles de verre ou la fabrication de canots en écorce de bouleau. Elle se tourne ensuite vers de nouvelles méthodes, dans lesquelles elle numérise des petites rangées de perles créées avec un métier à tisser. Une façon, peut-être de transformer, pour dire l’hybridité des cultures, mais aussi d’immortaliser une culture ancestrale traditionnelle.
 
5. Sara Angelucci
Patrick Mikhail Gallery (Ottawa) 


Sara Angelucci, Arboretum (Willow tree with Marsh Wren) (2015), ink jet print
Travaillant habituellement la photographie, la vidéo et l’audio, Sara Angelucci explore le contexte et les rôles culturels que jouent les images dans la création d’histoires et la commémoration. Elle interroge les façons que nous avons eues, au cours du temps, de se souvenir, individuellement et collectivement : photographies dans les portefeuilles, contemplations en famille des albums de photographies dans les salons… Elle métamorphose des images trouvées pour restituer un souvenir, un passé, tout en l’interrogeant et en venant le perturber, ce qui donne, esthétiquement aussi, un mélange des genres étonnant et toujours réussi.
 
Papier 15: Foire d’art contemporain d’œuvres sur papier
Du 24 au 26 avril | Complexe de Gaspé (5445, De Gaspé) | papiermontreal.com