+ Toutes les playlists

Agenda culturel: le printemps arrive en Technicolor!

Crédit photo : Fabienne Legault
Agenda culturel: le printemps arrive en Technicolor!
Une perfo immersive dans la chambre d’une photographe en partance pour l’Asie. Un artiste franco-camerounais expose son Afrique à lui. Des classiques de Marie Chouinard revisités. Ça shine fort cette semaine dans les salles culturelles du Grand Montréal, et le printemps en Technicolor est dans’ place!

Lundi: Question cinoche, le film hongrois White God, grand gagnant du Prix Un Certain Regard à Cannes (2014), est présentement à l’affiche au Cinéma du Parc. Alors que les chiens errants et abandonnés se révoltent contre l’homme, la métaphore entre les inégalités socio-économiques qui persistent en Europe est ainsi traduite. Le cinéaste Kornél Mundruczó dit à propos de son film: « Ce n’est qu’en nous mettant à la place d’espèces différentes que nous aurons une chance de déposer les armes. »

Jusqu’au 21 juin, la deuxième édition de Printemps Numérique propose une foule d’activités et d’expositions, souvent gratuites, à travers la ville. Jeux vidéo, installations, musique électro, performances et bien plus encore feront vibrer la créativité de notre métropole, capitale nord-américaine en arts numériques. La Galerie Samuel Lallouz accueille l’artiste franco-camerounais Barthélémy Toguo avec l’expo AFRICA. À travers divers médiums, l’artiste raconte l’exil, son Afrique et le destin qu’il faut chercher à habiter. Vernissage à 17h30 et performance le soir-même.
  AFRICA de Barthélémy Toguo
Mardi: Explosion de possibles pour le dernier crépuscule du mois de mars. D’abord, le projet Disparaître Ici (de Jocelyn Pelletier et Édith Patenaude) présenté au Théâtre La Chapelle s’inspire librement de l’œuvre de l’écrivain américain Bret Easton Ellis et puise dans nos névroses contemporaines, où le réel et le fictif se lient et se liguent. Une œuvre crue qui vaut certainement le détour.
 
Mercredi: Avril et les poissons, plus d’éclat sur le jour, et l’incandescente Javotte (Gabrielle Côté) de Simon Boulerice t’attend au Théâtre Denise-Pelletier dans un blend swag-sensible-slusheux qui fera sourire et croustiller ta soirée à coup sûr. À l’Arsenal Montréal, le même vent frais souffle. Zoé Duchesne. POUPÉE. Je te garde le mystère. Tu devrais y aller. Pour lire notre critique.

Aussi, À travers la Pared, présenté à l’Espace GO, est né d’une résidence de création de plusieurs mois dans une prison à ciel ouvert désaffectée pour femmes et enfants du Mexique. Entre le désert immense et la prison, les limites humaines et les fragilités de l’être, cette production de Danse-Cité sonde à la fois le repère et les remparts.
À travers la pared / Crédit : Fabian Lopez
Jeudi: Pour terminer la semaine en beauté, l’Excentris présente le film Les sœurs bien-aimées. Plusieurs fois primé à la Berlinale 2014, ce film allemand relate le triangle amoureux entre l’auteur Friedrich Schiller et les soeurs Caroline von Beulwitz et Charlotte von Lengefeld. Nouvelle projection sous le dôme à explorer du côté de la SAT. Rouge Mékong, initialement présenté au FNC en 2013, est de retour. À la croisée des chemins entre cinéma immersif, performance, poésie et musique, le spectateur prend place dans la chambre de Sarah, une photographe en partance pour l’Asie, afin de sonder ses amours déchus et la dualité entre l’éphémère et l’engagement.
Rouge Mékong / Crédit: Sébastien Roy
Envie d’un 5 à 7 culturel? Quoi de mieux qu’un vernissage à la Fonderie Darling, qui inaugure deux nouvelles expos à partir de 17h. The Act of Forgetting (Chih-Chien Wang) livre les secrets d’enfance, d’art ou de sexe d’une vingtaine d’artistes à travers un processus vidéographique décalé. For Romantic Fantasy (Stephanie Loveless) s’avère être une installation sonore évoluant autour d’un remake du célèbre hit de Disney, « Some Day My Prince Will Come ».

Bonne semaine de culture!