+ Toutes les playlists

Théâtre Paradoxe : le nouveau phare culturel et social du Sud-Ouest de Montréal

Il peut être étonnant d’entrer dans une grande église pour aller assister à un spectacle de hard rock. Les centaines de fans du groupe Stick to your guns qui ont découvert, le 20 février dernier, la salle de spectacle aménagée dans l’ancien lieu de prières du 5959 boulevard Monk n’en sont tout simplement pas revenus. Mais ils ont adoré leur expérience, tout comme l’ont fait avant eux les participants des divers événements organisés dans cet immense et magnifique espace depuis sa création, il y a tout juste un an, en février 2014.

Toutefois, cette salle de spectacle très originale n’est pas le fruit du hasard. Elle est en fait le résultat d’un laborieux travail commencé en 2008 par l’organisme communautaire d’économie sociale Groupe Paradoxe, qui œuvre depuis presque 18 ans à l’insertion sociale et professionnelle de jeunes adultes (de 18 à 35 ans) dans le domaine du spectacle et de l’événementiel. Une action marquante qui permet chaque année à une trentaine de personnes d’avoir, suite à une formation et à un soutien psychosocial constant, un taux d’employabilité de 89%. Le Groupe Paradoxe, établi à Pointe St-Charles, souhaitait donc développer ses activités dans Montréal, et la perspective d’occuper les locaux de l’Église Notre-Dame-du-Perpétuel-Secours était plus qu’enthousiasmante. Mais un projet aussi titanesque devait trouver des partenaires. Il a ainsi fallu près de six ans, et quelque trois millions de dollars, pour faire du Théâtre Paradoxe le plus gros projet d’économie sociale au Québec actuellement.

Mais quel projet! La nef centrale, au fond de laquelle a été aménagée une grande scène, est parfaitement équipée de tout ce qui peut garantir des spectacles de qualité : panneaux de son en hauteur et contre des parois, éclairage et son professionnels contrôlés depuis le balcon par la régie, deux bars, fosse pouvant accueillir jusqu’à 900 personnes debout ou 300 assises – le vaste balcon en permet 200 assises de plus et est aussi muni d’un bar – billetterie, grand vestiaire, espace de vente de produits dérivés. Tout est en place pour recevoir tous les types de spectacles, de la violoniste Angèle Dubeau à un show d’humour, en passant par un spectacle de boxe, de cirque, une parade de mode ou de grandes réceptions.

Effectivement, et c’est là un second volet vraiment intéressant de l’endroit, il est possible de louer la salle du Théâtre Paradoxe. Tables, chaises, coutellerie et verrerie, grande cuisine professionnelle, bars équipés, scène. Tout le nécessaire se trouve sous le même toit. Avec en plus l’option, à des coûts très compétitifs, de profiter des services de techniciens du son et de vidéastes stagiaires du Groupe Paradoxe, dont les salles de formation, de montage et de réalisation ont élu domicile dans des espaces adjacents à l’église. Une belle façon d’encourager ces jeunes, et de profiter d’installations professionnelles. Car le cadre est grandiose et parfaitement conservé, il faut le souligner, étant donné que la conservation du patrimoine fait partie du mandat du Théâtre Paradoxe.

La structure de l’église a ainsi été préservée, de même que ses vitraux, ses boiseries, ses portes, et jusqu’à ses bancs de prière, dont le bois a servi à bâtir les bars (le vin de messe n’aura jamais eu si bon goût!). L’organisme est d’ailleurs en lice pour les Vivats 2015, qui récompensent les meilleures pratiques responsables dans le domaine événementiel. Vous pouvez voter jusqu’au 1er mars ICI.
Il ne faut donc pas hésiter à penser au Théâtre Paradoxe pour vos prochains événements. Ne négligez pas non plus de consulter sa programmation, qui s’enrichit sans cesse. À noter par exemple, les tout nouveaux spectacles d’humour franglais South Ouest Comedy, qui débuteront le 10 mars dans une configuration de type « cabaret» de la salle, ou encore la pièce 33 Variations.

Calendrier consultable ICI ou sur la page Facebook du théâtre!

Théâtre Paradoxe
5959, boulevard Monk, Montréal, H4E 3A5
(514) 931-5204
http://www.theatreparadoxe.com/

Texte par Sophie Ginoux