+ Toutes les playlists

Les riches mieux protégés que les pauvres à Montréal ? Partie 1.

Crédit photo : Émilie Deshaies
Les riches mieux protégés que les pauvres à Montréal ? Partie 1.
Le journal Métro, sous la plume de la journaliste Anne-Frédérique Hébert-Dolbec, nous apprenait ce matin que les municipalités de Westmount, Ville Mont-Royal et l'arrondissement d'Outremont seraient dotés d'un service exclusif et gratuit de surveillance de leurs domiciles. Ce qui permet aux résidents de ces secteurs de la ville de Montréal de partir en vacances sans s'inquiéter de leurs maisons (vols, courrier qui s'accumule, etc.), car des employés municipaux assurent le tour des propriétés pendant leur absence: tour des fenêtres, portes, pas dans la neige pour faire croire à une présence, etc. «Chaque année, plus de 60 000 visites sont effectuées gratuitement par les employés municipaux de chacun de ces secteurs», nous informe l'article et à Westmount «près de 20% des ménages de la ville s’inscrivent afin de bénéficier de [ces] services gratuitement», peut-on lire également.

Si à Outremont ce service de surveillance est offert dans le cadre de la patrouille régulière de ces secteurs et qu'il n'occasionne pas de frais supplémentaires pour les résidents, le texte nous apprend qu'à «Westmount et Ville Mont-Royal... il est impossible d’évaluer combien coûte la surveillance aux contribuables».

À la lecture de cet article qui jette la lumière sur une situation qui nous semble inégale socialement, impossible de ne pas réagir et de ne pas s'interroger.

Se pourrait-il que les riches soient mieux protégés que les pauvres à Montréal ? Quelle est la situation dans votre quartier? Comment se fait-il que des quartiers montréalais soient ainsi privilégiés et dotés de système gratuits de surveillance, alors que d'autres en sont dépourvus et que les habitants doivent faire affaire avec un service privé de protection ? Qui en payent les frais ? Et plus largement, comment se fait-il que des services de cette nature soient dispensés par une ville ? 

À l'arrivée de 2015 (2015!!!), comment se fait-il que des secteurs d'une ville contemporaine, moderne, animée, connectée sur son milieu comme Montréal soient ainsi et toujours mieux servis que d'autres ? Maire Coderre: HELP.

L'enquête est ouverte. Nous attendons aussi vos commentaires.