+ Toutes les playlists

Top livres 2014: nos 10 coups de cœur de l’année!

Parcourir ce compte-rendu bilingue de nos 10 parutions coup de cœur de l’année t’offre un véritable bombardement de perspectives et de sensibilités. On s’arrête sur un roman ayant comme point d’ancrage le thérémine et l’âge d’or du jazz, tandis qu’un autre s’attèle au rêve américain sur fond de tensions sociales des années 1960. Tu plongeras au cœur des préoccupations d’un jeune mendiant hypersensible, d’une rockeuse punk légendaire, d’un globe-trotteur invétéré, d’une grande pianiste au destin tragique ou encore d’une icône de l’underground new-yorkais. Bonne lecture!
 
Sports et divertissements
de Jean-Philippe Baril Guérard (Éditions de ta mère)

Trois comédiens dans la jeune vingtaine, qui ont connu la gloire dans une émission de style Ramdam, se construisent une vie de débauche, de sexe triste, de virées sportives et de paroles méprisantes sur à peu près tout ce qui les entoure: les gens aux corps non harmonieux, les comédiens qui veulent trop, les pièces de théâtres et les films qui n’offrent pas assez, les musiciens qui se la pètent, les pauvres qui prennent les transports en commun et tant d’autres. Un premier roman percutant, aussi lucide que caricatural, porté par une verve incomparable, qui vous convaincra sans effort de déposer votre cellulaire et d’ignorer vos amis parce que c’est juste TROP BON. (Samuel Larochelle)

All My Puny Sorrows
by Miriam Toews (Knopf Canada)

There are just some books that sweep you along from page one until the story’s done without so much as a break or a breath. All My Puny Sorrows by the highly lauded writer Miriam Toews is that kind of novel. There are Mennonites and concert pianists, suicides and failed attempts, sisterly love and hero worship, as well as the sort of heartbreak and humour that make tripping through adulthood so very vexing and beguiling (and make a narrative great.) (Hilary Schaenfield)

Chercher Sam
de Sophie Bienvenu (Éditions du Cheval d’août)
 

Loin de copier le succès de son roman Et au pire, on se mariera, Sophie Bienvenu s’intéresse au sort d’un autre marginal, Mathieu, un jeune mendiant hypersensible, qui tente de survivre à la rue. Profondément vulnérable depuis qu’il a perdu sa chienne Sam, il fouillera la ville pour retrouver son inséparable et il affrontera son passé bribe par bribe, jusqu’à nous révéler comment il a abouti dans le sous-sol de la sphère sociale. L’écrivaine pulvérise les préjugés, nous tient en haleine avec une poigne de délicatesse et nous déchire le cœur avec sa plume. (Samuel Larochelle)

Us Conductors
by Sean Michaels (Random House Canada)

I give you Jazz Age New York and Siberian gulags, kung fu and spies and pining for love. I give you electrified landscapes and soundscapes rife with imagination, instrumentation and astounding invention. I give you the 2014 Scotiabank Giller Prize winner, Us Conductors, written by Montreal’s own Sean Michaels. It is a story that takes its lead from that otherworldly instrument, the theremin, but then runs, spins, leaps and bounds off into a multi-tiered universe of dazzling ideas that will leave you happily trailing behind, gasping for air. (Hilary Schaenfield)

Métis Beach
de Claudine Bourbonnais (Boréal)


Derrière la lectrice de nouvelles radio-canadienne sérieuse et souriante, se cache une écrivaine capable de nous accrocher par le collet avec une histoire haletante. Au milieu du siècle dernier, Romain Carrier, jeune Québécois né à Métis sur mer, s’exile aux États-Unis après avoir été accusé de viol. Accueilli par une des grandes féministes de l’époque, il apprend la vie, se fait ami avec des révolutionnaires, découvre l’art et les femmes, alors que le peuple américain est aux prises avec des tensions raciales. Le premier roman de Bourbonnais est un thriller sociohistorique dont on sort plus intelligent et follement diverti, après avoir enfilé 450 pages en un clin d’œil. (Samuel Larochelle)

This Changes Everything
by Naomi Klein (Knopf Canada)

There are many out there who believe it is too late. Too late to change our wicked ways, to change our fate, to curb our love of plastic and petrol and piggish consumption of every tired scrap we get our greedy little hands on. Naomi Klein (of No Logo fame) flips the lens somewhat, shifting focus (and blame – let’s not forget blame) onto the corporations of the nation. “It’s not the carbon, it’s capitalism, stupid” is the gist of Klein’s very compelling treatise (though she would never call you stupid. Not to your face, anyway.) (Hilary Schaenfield)

La frousse autour du monde
de Bruno Blanchet (Éditions La Presse)

Il n’a plus besoin de présentation, mais il ne mérite pas d’être oublié. Le globe-trotteur est de cette race d’humains qui regarde à gauche quand tout le monde se captive pour la droite, qui préfère l’aventure au confort, l’incroyable au prévisible. Avec son ultime Frousse autour du monde (4e tome), il enchaîne les anecdotes dont on ne vous révélera rien, sinon qu’elles vous dessineront un sourire indélébile au visage, qu’elles installeront peut-être une larme au coin de vos collimateurs à beauté et qu’elles vous donneront envie de tout abandonner pour voyager. Ou simplement de fermer le livre en regardant la vie… autrement. (Samuel Larochelle)

Edgewise: A Picture of Cookie Mueller
by Chloé Griffin (B Books Verlag)


Wild child, social hub, downtown denizen, queer icon, actress, columnist, art critic, drug taker, health yenta, raconteur extraordinaire – Cookie Mueller was ‘em all. Chloé Griffin has done a bang up job of culling the best stories about Cookie from those who knew her well: we’re talking the likes of John Waters, Mink Stole, Gary Indiana and Richard Hell. And yes, there are the tales from 1960’s Baltimore, and 70’s and 80’s New York, but there are also some really great visuals in here by Robert Mapplethorpe, Philip-Lorca diCorcia and Peter Hujar. What a life, what a woman. (Hilary Schaenfield)

La déesse des mouches à feu
de Geneviève Pettersen (Quartanier)

P’tite crisse sans compromis, Catherine voue un culte au roman Moi, Christiane F., 13 ans, droguée, prostituée, et s’arrange pour vivre une vie – presque – aussi mouvementée: premières expériences sexuelles, consommation outrancière de mescaline, fins de semaine à oublier l’existence du monde dans un camp perdu en forêt. L’adolescente de Chicoutimi-Nord permet à Geneviève Pettersen d’entrer directement dans le groupe d’auteurs dont on surveillera chaque nouveau projet, tant la lecture de son premier roman nous a marqués. (Samuel Larochelle)

Clothes, Clothes, Clothes. Music, Music, Music. Boys, Boys, Boys. A Memoir
by Viv Albertine (Thomas Dunne Books)

Typical girl? Hardly! As lead guitarist and songwriter for the seminal British punk (and post-punk) band The Slits, Viv Albertine was in on a wave of music and influence that thrashed and smashed the world. Touring with the Clash and the Buzzcocks, making friends with Sid Vicious, getting friendly with Johnny Thunders, and getting more than friendly with Mick Jones (they dated), it would be easy to dismiss this book as a name-droppy tell-all with proto-riot grrrl sentiment sprinkled in for good measure. However, Clothes is more than that; Albertine is light-of-day honest about her beginnings and her climb, her successes and her struggles. It’s about the music, sure, but the story here transcends the scene.(Hilary Schaenfield)