+ Toutes les playlists

Top 2014 : les albums de l’année selon NIGHTLIFE.CA. Positions 30 à 16.

Crédit photo : Flying Lotus
Top 2014 : les albums de l’année selon NIGHTLIFE.CA. Positions 30 à 16.
C’est bien connu : la coutume du top annuel soulève les passions, les réactions, les débats, même les controverses. On estime, on déprécie, on applaudit, on s’indigne… Bref, on remet tout en question selon nos connaissances partielles qui, pourtant, régissent notre évaluation finale.
 
Pour éviter de tomber dans ce piège et de s’auto-attribuer le monopole du bon goût musical, NIGHTLIFE.CA vous présente cette fois-ci et tout simplement, les 30 albums les plus marquants de son année 2014, en prenant bien soin de mélanger comme il se doit les parutions locales et internationales.
 
30 : alt-JThis Is All Yours (Infectious)
 


 


Le pari du deuxième album n’est jamais gagné d’avance, et le groupe britannique récipiendaire du prix Mercury en 2012 le savait. Sans prendre d’énormes risques, alt-J s’est tout de même permis une belle folie sur This Is All Yours.
 
29 : Loud Lary AjustBlue Volvo (Audiogram)






En combinant une trame musicale sombre très léchée à des textes à la fois euphoriques et tourmentés, le trio rap montréalais évoque la réalité désabusée d’une jeunesse qui, faute d’espoir, succombe à tous les excès.
 
28 : DramatikRadiothérapie (7e Ciel Records)

 




Célébrant cette année son 20e anniversaire sur la scène hip-hop québécoise, le rappeur qu’on a connu au sein de Muzion se fait plaisir avec Radiothérapie, un deuxième album solo à l’efficacité rythmique implacable qui rend hommage aux racines du hip-hop.
 
27 : How to Dress Well – ''What Is This Heart ?'' (Domino / Weird World)

 




Au croisement entre la sensibilité d’un Jeff Buckley, l’instrumentation R&B étoffée d’un Frank Ocean et les ambiances poignantes à la Bon Iver, ''What Is This Heart?'' carbure aux cœurs écorchés et aux émotions vives.
 
26 : St. Vincent – St. Vincent (Lomo Vista / Republic)






Paru au début de l’année,  ce quatrième album de l’auteure-compositrice-interprète américaine épate par son vif mélange entre atmosphères prenantes, explorations électro et guitares énergiques. St. Vincent s’y renouvelle brillamment.
 
25 : FontarabieFontarabie (Dare to Care)







Pendant quelque temps au mois d’avril, on avait l’impression que la toile québécoise n’avait d’oreilles que pour Fontarabie, étrange projet orchestral et ténébreux du chanteur de Malajube, Julien Mineau. Un engouement totalement justifié et mérité.
 
24 : The Roots – …And Then You Shot Your Cousin (Def Jam)






Le onzième album de l’octuor philadelphien dépeint avec une satire efficace et un habillage musical sinistre tous les clichés inhérents au hip-hop. Même si elle s’avère parfois grinçante et dérangeante, cette œuvre conceptuelle reste toujours habilement réfléchie.
 
23 : Katerine – Magnum (Barclay)

 




Attendu impatiemment, ce dixième album de l’enfant terrible de la chanson française offre à qui veut bien se prêter au jeu un joyeux ramassis de chansons disco-pop satiriques, composées en collaboration avec le musicien électro SebastiAn. À la fois génial et ridicule.
 
22 : Freddie Gibbs & Madlib – Piñata (Madlib Invazion)  

 




Malgré le clash qu’elle présuppose, la réunion entre le producteur hip-hop expérimental Madlib et le gangsta rappeur intraitable Freddie Gibbs fonctionne sans même forcer la note. L’hommage aux films blaxploitation y est présenté avec mordant et originalité.
 
21 : Caribou – Our Love (City Slang / Merge)






Influencé par la naissance de sa fille, ce sixième album du musicien électro ontarien regorge de moments lumineux, parfaitement dosés entre envolées plus expérimentales et incursions R&B. Caribou est à la hauteur des attentes, et ce n’est pas peu dire.
 
20 : Toast DawgBrazivilain (Indépendant)






Préférant toujours prendre des risques plutôt que de s’en tenir à des formules éprouvées, ce vieux routier du hip-hop québécois frappe fort avec Brazivilain, un alliage fougueux entre rythmes saisissants, basses cadencées et échantillons de samba/jazz/funk brésiliens.
 
19 : Flying LotusYou’re Dead! (Warp)






Si chaque parution de ce maître californien de la production hip-hop expérimental est, en soi, un évènement, celle-ci s’apparente peut-être plus à une épopée ou, même, une prophétie. Avec son mélange de hip-hop et de jazz fusion, You’re Dead! a l’étoffe d’un futur classique.
 
18 : Tinashe – Aquarius (RCA)






Avec son R&B vaporeux aux arrangements minimalistes, la chanteuse californienne d’à peine 21 ans fait preuve d’une belle vulnérabilité sur Aquarius, un premier album fort en émotions, aussi éloigné des tons mielleux que des dérives larmoyantes.
 
17 : David GiguèreCasablanca (Audiogram)






Malgré son manque d’accroche, le deuxième album de David Giguère aurait dû recueillir un flot d’accolades davantage retentissant, tellement il est libre et éclaté au niveau de sa forme et de ses constructions mélodiques. Un tour de force sous-estimé.
 
16 : Sun Kil Moon – Benji (Caldo Verde)






Même si on peut déplorer les actes de son créateur Mark Kozelek, souvent aigri et insultant envers ses fans (et The War on Drugs), on ne peut passer sous silence la qualité exceptionnelle des compositions de Benji, un album fascinant aussi mélancolique que lumineux.

La suite du top, jeudi prochain.