+ Toutes les playlists

Beaucoup trop de choix déchirants à faire au Festival du nouveau cinéma!

Crédit photo : Festival du nouveau cinéma
Beaucoup trop de choix déchirants à faire au Festival du nouveau cinéma!
Un événement qui te fait découvrir l’électro chaâbi, nouveau phénomène musical porte-voix de la jeunesse égyptienne (un documentaire de Hind Meddeb), t’offre une projection de l’opéra rock Jesus Christ Superstar (1973) commentée par Atom Egoyan, te présente en première québécoise les deux collaborations de Reese Witherspoon avec des réalisateurs d’ici – The Good Lie (de Philippe Falardeau, film d’ouverture du festival) et Wild (de Jean-Marc Vallée) – et t’invite à un voyage contemplatif à bord d’un train en Inde (Momentum d’Alexandre Berthier)? Tout ça et bien plus est au menu du Festival du nouveau cinéma de Montréal, un incontournable du calendrier culturel montréalais depuis maintenant 43 ans, ce qui en fait d’ailleurs le doyen des festivals de cinéma au pays.
 
Impossible, donc, de te présenter un survol satisfaisant de la programmation tentaculaire du FNC sans se culpabiliser d’avoir omis telle œuvre japonaise éclatée ou tel cinéaste éthiopien sur toutes les lèvres. Du 8 au 19 octobre, c’est plus de 380 films en provenance de 55 pays qui seront projetés à l’Université Concordia, au Cineplex Quartier Latin, au Cinéma du Parc, à l’UQAM, sur la place des Festivals. Au rayon des nombreux immanquables, on retrouve Bjork – Biophilia Live, sorte d’hybride entre un film-concert de la mythique chanteuse islandaise et une succession d’images oniriques captées en pleine nature; superposition, performance sensorielle très attendue de l’artiste visuel japonais Ryoji Ikeda; les hommages à Lauren Bacall, Peter Wintonick et Robin Williams; et Le Sel de la terre, film de clôture signé Wim Wenders, cinéaste allemand chouchou absolu du festival.
 
Question de te familiariser avec les nombreux volets de la programmation, on te présente ci-dessous quatre des sections les plus courues du festival, avec quelques-uns des titres qui déclencheront à coup sûr des émeutes au Dôme du Festival, Place des Festivals lors de la mise en vente des billets le 4 octobre. Bon combat et bon cinéma!
 
 
1. Temps Zéro

Âmes et cœurs sensibles s’abstiennent depuis maintenant dix ans de tous les films programmés par le très dynamique Julien Fonfrède. Ce volet d’œuvres radicales et scandalisantes fêtera son dixième anniversaire avec l’anarchie trash de Tokyo Tribe du cinéaste japonais Sion Sono, comédie musicale à propos de clans hip-hop rivaux se livrant à une guerre sans merci dans un Tokyo futuriste. Également à noter: la comédie jubilatoire L’enlèvement de Michel Houellebecq de Guillaume Nicloux; le cauchemardesque Over your Dead Body de Takashi Miike et la comédie surréaliste Réalité de notre bidouilleur de l’absurde préféré, Quentin Dupieux (mieux connu des faunes nocturnes sous son alias Mr. Oizo ) en présence du réalisateur .
 
2. La Compétition internationale: Louve d’Or

Cette section vaut toujours le coup pour découvrir des œuvres de cinéastes s’étant illustrés sur le circuit festivalier au cours de l’année. Parmi les 15 films en compétition, on retrouve d’ailleurs deux perles québécoises: le sublime et lumineux drame romantique Félix et Meira de Maxime Giroux, prix du Meilleur film canadien au TIFF, et L’Amour au temps de la guerre civile de Rodrigue Jean, incursion troublante dans l’univers de jeunes travailleurs du sexe du centre-ville montréalais.
 
3. Focus
Si tu te plains de toujours manquer les brèves sorties en salle de films canadiens et québécois, tu as amplement de quoi te mettre sous la dent avec cette sélection de 16 films, parmi lesquels Antoine et Marie, un drame psychologique à forte résonance sociale de Jimmy Larouche qui aborde la drogue du viol; et Je suis à toi, une coproduction belge de David Lambert, conte moderne primé au festival de Karlovy Vary à propos d’un jeune escorte gai. Également à noter: Le Prix à payer de Harold Crooks; Gurov et Anna de Raphael Ouellet; Le Militaire de Noel Mitrani; Nouvelles, nouvelles d’Olivier Godin; Gaetan de Jules Falardeau et Naïm Kasmi et La génération porn de Pascal Plante.
 
4. Présentation spéciale
Ce volet n’offre rien de moins que la crème de la crème des grands maîtres du septième art (Pedro Costa, Bruno Dumont, Amos Gitai, Jean-Luc Godard) et des œuvres ayant fait énormément de bruit au cours des derniers mois (Still the Water de Nami Kawase, The Voices de Marjane Satrapi et ’71 de Yann Demange). On a hâte de découvrir le très acclamé Bande de filles de Céline Sciamma, dont notre chef de pupitre nous parlait récemment ; le drame satirique Maps to the Stars de David Cronenberg; et le thriller Nightcrawler, incursion assez sautée dans le monde interlope des photographes à L.A. qui traquent les accidents de nuit, avec un Jake Gyllenhaal amaigri et pratiquement sociopathe. Parmi les représentants québécois, mentionnons en terminant Love Project, film choral de Carole Laure (avec notamment Magalie Lépine-Blondeau, Benoît McGinnis, Céline Bonnier et Pascale Bussières) qui relate le parcours d’un groupe de jeunes artistes et danseurs en quête d’épanouissement personnel et professionnel.

 
43e Festival du nouveau cinéma
Du 8 au 19 octobre | nouveaucinema.ca
Billets en vente dès le 4 octobre midi à la billetetrie centrale ( Dôme du Fetsival ) ou en ligne