+ Toutes les playlists

Les sérigraphies ont la cote à Osheaga avec l’expo «Musique sur papier»

Crédit photo : Edward Sharpe par John Vogl, Skrillex par Delicious Design League
Les sérigraphies ont la cote à Osheaga avec l’expo «Musique sur papier»
Qu’on soit mélomane, collectionneur ou simple amateur de trucs qui enjolivent les murs, tout le monde s’emballe à l’idée d’une sérigraphie de son band préféré. L’engouement actuel pour les affiches de concerts – on parle d’une énorme communauté qui gravite autour de l’American Poster Institute, de ses congrès de «poster art» et de ses galeries spécialisées – remonte à la contre-culture des années 1960 et sa mouvance psychédélique, alors que Bob Dylan, the Grateful Dead et toute la gang des Easy Rider adoptaient cette nouvelle forme d’art graphique pour promouvoir leurs shows.
 
De nos jours, The National, Beck et Bloc Party ont Internet et les réseaux sociaux pour diffuser leurs annonces, les sérigraphies n’ayant plus vraiment d’aspect utilitaire. Mais elles n’ont toutefois rien perdu de leur valeur – qu’elle soit nostalgique, culturelle ou monétaire (certaines pièces d’anthologie pouvant valoir jusqu’à 5 000$). Alors qu’Osheaga présente à la Galerie Yves Laroche la quatrième édition de son expo de sérigraphies (signées, numérotées, disponibles en quantité limitée), Nightlife.ca s’est entretenu avec le commissaire et designer Pat Hamou à propos de 5 illustrateurs aux typos décalées et aux concepts éclatés. À noter qu’Osheaga a également commandé quatre nouvelles affiches pour sa neuvième édition: Lykke Li (par José Garcia), Jack White (par Rob Jones), Portugal. The Man (par Scott Campbell) et Lorde (par Methane Studios).
 
1. Wilco par Garcia Design 
«C’est la toute première sérigraphie que j’ai choisie cette année. L’artiste, José Garcia, est basé à Toronto, et j’aime beaucoup ses textures et son choix de couleurs. C’est simple mais vachement efficace; ça attire immédiatement le regard.»  
 
2. Mudhoney par Mishka Westell
«Son esthétique fait écho à l’époque psychédélique des années 1960. Son travail se démarque pas mal de tous les autres artistes retenus pour l’expo. D’abord, parce qu’elle fait tout à la main. Elle peut à l’occasion inclure quelques photos, mais tout le reste est le fruit de son imagination. En plus, elle s’intéresse à des bands plus rock ‘n’ roll que la plupart des designers, qui préfèrent mettre en images des groupes indie rock. Et on ne peut pas passer sous silence le fait que peu de femmes se consacrent aux sérigraphies. C’est vraiment un boys club.»  
 
3. The Lumineers par Jon Smith 
«Jon est un nouveau venu à l’expo cette année. Son style est très hétéroclite. Il s’adapte très bien aux besoins et exigences de chaque affiche.»
 
4. Black Lips et The Black Keys par Methane Studios
«Ce duo basé à Atlanta produit des sérigraphies 40 semaines par année. Ils sont hyper en demande, donc nous étions très heureux qu’ils puissent participer. Ces temps-ci, ils font beaucoup d’affiches pour la tournée européenne de Jack White et pour les concerts de Dave Matthews Band. J’apprécie beaucoup leur style – Mark [McDevitt] et Robert [Lee] ont chacun leur approche bien à eux. Tandis que l’un s’intéresse aux formes géométriques, l’autre s’affaire à des affiches plus illustratives.»
 
5. Skrillex par Delicious Design League
«J’aime bien leur façon de concevoir chaque affiche. C’est la deuxième participation à Musique sur papier pour ce studio basé à Chicago, et ils m’impressionnent toujours par la qualité des œuvres, surtout d’un point de vue technique. Si tu fais quelques pas en arrière, tu apprécies davantage le positionnement de leurs imprimés et l’effet saisissant de leurs designs.»
 
Musique sur papier 4
Jusqu’au 19 juillet (gratuit!)

Galerie Yves Laroche | 6355, boul. Saint-Laurent | osheaga.com
Du mardi au vendredi de 11h à 19h, samedi de 11h à 17h (fermé dimanche et lundi)*

*Pendant le festival (1er au 3 août), l’exposition se déplacera au Village des Arts d’Osheaga.