+ Toutes les playlists

Gabrielle Rivard-Hiller: la reine de la Cabane Au Pied de Cochon

Crédit photo : Anne Gautier
Gabrielle Rivard-Hiller: la reine de la Cabane Au Pied de Cochon
À tous les mois, notre journaliste Christine Plante rencontre une personnalité du monde gastronomique. En mars, cap sur Gabrielle Rivard-Hiller, la redoutable pâtissière du Pied de Cochon qui est tombée dans le bain quand elle était petite. 

photo Marie-Claude Saint-Pierre, tirée du livre Cabane à sucre Au Pied de Cochon

Quand il a été question d’élaborer un gâteau Reine Élizabeth pour la cabane à sucre Au Pied de Cochon, l’équipe a vite fait de rebaptiser la création de Gabrielle Rivard-Hiller le « Reine Gabrielle ». D’abord, vous connaissez la réputation de la bande du PDC, ici on est bien loin de se soumettre à la souveraineté de traditions rigides et austères, alors la vieille Anglaise, you know. Mais surtout parce qu’après pas moins de sept saisons à la cabane, Gabrielle brille au sommet de ses pièces montées.

Elle est belle à voir aussi, avec son air angélique et ses yeux verts comme le printemps. Un front ! Parce que croyez-moi, sous son look de poupée de porcelaine, la horde d’armoires à glaces qui peuple les cuisines de la cabane Au Pied de Cochon est loin de lui manquer de respect et même, de déférence. Avec tout ce qu’elle peut faire avec un galon de sirop d’érable, elle les tient tous par le ventre…

photo windsorstar.com
 
Une histoire de famille

La cabane Au Pied de Cochon, c’est une histoire de famille. C’est l’histoire de Martin Picard qui n’en finit plus de se passionner pour de nouveaux produits, de nouvelles expériences, de nouvelles personnes talentueuses dans des champs de plus en plus variés et complexes. Il y a Mononcle qui bout le sirop, les neveux qui s’intéressent à la boulangerie, à la fondue et à la cuisine de rue. Il y a la cousine qui veut faire de la pâtisserie et les frères qui s'enfilent des tourtières entre deux cordes de bois.

Photo Roger Lemoyne, tirée du livre Cabane à sucre Au Pied de Cochon
 
Quand j’ai demandé à Gabrielle si après sept saisons – c’est comme ça que le temps s’écoule à la cabane, en saisons et non en années – après deux saisons de pommes et cinq saisons d’érable, donc, si elle pensait un jour partir et voler de ses propres ailes, j’ai vu instantanément un malaise à l’idée de quitter "sa famille". Même si c’est une job de fous, qu’à chaque saison tout est à recommencer, qu’elle n’arrive jamais vraiment à décrocher parce que tous les projets s’enchaînent les uns après les autres comme un grand repas sans fin… Trop tard, elle est accro : le sirop coule dans ses veines.

La saison des sucres 2014
 
Cinq saisons des sucres, c’est surtout cinq fois le défi de repousser les limites de l’innovation culinaire, l’extrême gloutonnerie. Parce que vous vous en doutez bien, les clients en redemandent. En redemandent. Et en redemandent encore. Cette année, au moment où l’on a officiellement ouvert les réservations pour la saison 2014, les 20 000 places de la Cabane se sont vendues en 45 minutes.
 
20 000 places, 45 minutes. Quand même.
 
Ça fait tout un paquet de bouches avides de sirop et de foie gras, de tourtières et d’oreilles de crisses.
 
Et comme si la pression n’était pas assez intense, cette année, la nature s’est abattue sur la cabane. D’abord, une tornade (oui oui, une tornade !!?!) a rasé près du tiers de l’érablière de la cabane, gobant dans son sillon les précieux érables à sucre. Et là c’est l’hiver qui se met de la partie. Déjà que l’érablière était amputée, maintenant le sirop qui ne veut pas couler…
 
Les nuits sont trop froides, les journées pas assez ensoleillées. Le sirop d’érable, c’est pas pour rien qu’il est si précieux. C’est qu’il est capricieux !
 
Pas une goutte de sirop 2014 n’a donc été servie, et on attend le redoux printanier comme la venue du messie…

Une autre bonne raison de prier le soleil. 
 
***

La cabane du Camion Au Pied de Cochon 
 
Ce samedi le 29 mars, le Camion Au Pied de Cochon servira aussi un menu spécial Cabane à Sucre. C’est de 11h à 15h au parc Tolhurst (au coin Fleury à Ahuntsic). Sweet ! 

Infos ici
photo Anne Gautier, streetcuisinemtl.com