+ Toutes les playlists

Sel Gras: le resto du Mile-End renaît de ses cendres

Crédit photo : Christine Plante
Sel Gras: le resto du Mile-End renaît de ses cendres
Au mois de septembre dernier, le Sel Gras a battu tous les records de la plus courte durée de vie de l’histoire en passant au feu seulement SIX JOURS après son ouverture. Et pas juste un petit feu de joie là… Perte totale. De la marquise jusqu’au fond des cuisines, tout a cramé, grillé, calciné, roussi. Tout, sauf une toute petite salière d'argent qui trône aujourd’hui fièrement en haut du bar comme un symbole de résilience, subtile relique de ce premier épisode noirci à la suie, et dont les raisons sont aussi opaques que la boucane de l’incendie.

Quoi qu’il en soit, les quatre jeunes propriétaires – Matthieu Arteau, Farsim Fahandezh, David Martin et le chef Marco Santos – ont encaissé le coup sans se laisser abattre, et sont aujourd’hui fin prêts à attaquer la prise deux de l’aventure.

Le chef Santos est d’ascendance portugaise, et sa cuisine s’inspire librement – et subtilement je dois dire – de ses racines, sans toutefois tomber dans le cliché des tapenades, bruschetta et autres grillades attendues.

En vedette, je vous recommande fortement la morue noire marinée, douce et floconneuse, servie avec une purée de panais soyeuse et de petites pommes de terre style cheveux d’ange qui craquent doucement sous la dent. Un plat parfaitement balancé et réconfortant, à dévorer en souriant.

Morue noire marinée au miso et tamarin, purée de panais, shitakes sautés et pommes de terre à la "Braz"; 32$. 

La côte de bœuf est aussi digne de mention. C’est en fait une «bitoque», plat typiquement portugais où l’on surmonte une belle tranche de steak d’un œuf au plat. Ici, c’est servi avec une sauce au vin rouge et au boudin bien salée. Un peu trop peut-être : on en vient après quelques bouchées à avoir envie d’un litre (ou deux) de bière pour faire passer tout ça.

Côte de boeuf grillée, minicarottes, topinambours et choux de Bruxelles sautés, oeuf au plat avec sauce vin rouge et boudin; 36$

Calmar farci avec pétoncles, risotto aux herbes, vinaigrette au canard confit; 17$.

Sinon, quelques bémols – la caille farcie servie en entrée est inégale, l’assiette est tiédasse et les saveurs ne parviennent pas à rattraper ce faux pas. Et puis pour un restaurant campé en plein cœur du Mile-End A.K.A Hipsterville, c’est un peu cher. On n’a malheureusement pas trouvé que l’expérience justifiait des prix allant jusqu’à près de 20$ l’entrée, 40$ l’assiette.

Quoi qu’il en soit, l'endroit est agréable, l'équipe adorable et la morue noire, formidable! Un fabuleux fleuron à ce nouveau petit nid bobo-chico-swell.

Sel Gras
5245 Boulevard Saint Laurent
(514) 564-1090
Facebook


Photos Christine Plante