+ Toutes les playlists

Pour le designer de renom Rad Hourani, «la musique est aussi importante que le vêtement»

On ne le répétera jamais assez, le Mile-End est un vivier créatif comme on en a rarement connu. Rad Hourani en sait quelque chose. Parqué à sa majorité dans le quartier qui a vu germer Arcade Fire, y dessinant ses premiers habits, il a aussi cherché, singulièrement, à s’en départir. «Je ne crois pas aux frontières, j’essaie de neutraliser tout lieu, tout objet, et d’éliminer tous les mythes dans mon processus de création.» De là son côté globe-trotter, un brin déraciné.

Aux manettes d’un univers unisexe sophistiqué, styliste sans frontières, il tient à déconstruire les codes vestimentaires et à lever les barrières du genre. Ses défiles, millimétrés à tous égards, abolissent jusqu’aux bornes interdisciplinaires. «Je m’exprime au travers d’autres disciplines. Tous les sens doivent être stimulés. C’est pourquoi la musique est aussi importante que le vêtement. J’ai besoin de tous ces médiums pour transporter mon univers.»

On le retrouvera au Centre Phi du 1 au 30 novembre.

La playlist qu’il nous dévoile se fond dans son univers créatif. Elle met les projecteurs sur les musiciens qui l’ont accompagné dans ses défilés et ses phases de conception.
 
1. Album Winter Games, de Chris Garneau 

«Chris compose tout, il est  écrivain et chanteur, j’aime sa sensibilité, sa douceur, sa fragilité et sa force dans les sons. Sa particularité, c’est qu’il ne fait pas oublier, comme d’autres le font: sa musique à lui rentre profondément dans l’être. Pas de façon spirituelle, plutôt poétiquement.»
 
2. Album Punkt, de Pierre Lapointe

«J’aime énormément sa musique, et sa façon de travailler. On a beaucoup fait ensemble.»

3. Mekele

«Il a joué sur 5 de mes défilés. Il m’a produit des compositions musicales sur mesure. Je trouve qu’il a une vraie sensibilité aux sons. Sa musique électro est très expérimentale.»

4. Jacques Greene

«C'est un DJ-compositeur de Montréal. Il dévoile une musique très active, énergétique. J’aime bien le contraste masculin/féminin, chaud/froid, vif/lent, ça balance bien les choses. C’est très fluide, il n’y a jamais vraiment de départ ou de fin.»

5. There is a Light that never goes out, de The Smiths

«Leurs chansons sont indémodables. À chaque fois que je les entends, partout dans le monde, à New York, à Paris, à Montréal, ils activent toujours quelque chose en moi de nostalgique.»

Rad Hourani, 5 Years of Unisex Creation | Centre Phi
Du 1 au 30 Novembre
14 novembre : concert avec Pierre Lapointe & Chris Garneau
29 novembre : concert avec Jacques Greene & Mekele