+ Toutes les playlists

Victime de la porn: Tinder, l’app pour la cruise

Souffrez-vous de tranquillité sexuelle d’automne? J’ai la solution pour vous : Tinder, l’app pour grimper vos voisins. Un genre de Grindr pour hétéros.  Au lieu de banger tes amis Facebook comme le voulait bizarrement bangwithfriends, Tinder permet enfin de banger les gens qui ne restent pas trop loin de chez vous. (Et accessoirement, leur jaser un peu avant.)

Bon, je sais, je suis en retard sur le Tinder bandwagon. Il faut dire que j’ai toujours un peu peur de m’installer ce genre d’app parce que je peux facilement passer quatre vies et demie à regarder des chicks pour déterminer si oui ou non je suis fan de leur body. Et pour ceux qui ne le savent pas déjà, c’est à peu près ça le concept : on te garroche des photos de gens horny et tu dois décider si tu les like ou si tu les rejettes. Lourde tâche!

« Ouuuh, black girl! »
« Ouuuh, bubble butt! »
« Ouuuh, ma cousine. »

Quand ton like est réciproque, ton cell se met à vibrer, tes shorts s’inondent d’une shot et vous pouvez vous jaser! Qu’est-ce que tu veux de plus? Du sexe oral? Ça s’en vient, bébé!

Je ne peux pas juger de la qualité des candidats mâles, mais côté filles, c'était assez impressionnant! Bon, il faut dire que l’algorithme Tinder te sort les gens de ton coin et j’habite la Petite-Patrie (the place to be!). T'sais, tout le monde connaît la légendaire beauté des Petites-Patriotes!

J’imagine que si t’habites le fond d’un rang en campagne, ça peut devenir malaisant plus rapidement. Déjà, je suis le genre à flusher une fille parce qu’elle a le même prénom qu’une de mes sœurs alors quand tu tombes sur ta sœur pour vrai, ça doit te calmer le bassin.

L’app te démande de préciser quelques trucs :
  • Si t’aimes les pénis
  • Si t’aimes les vagins
  • La distance que t’es prêt à faire pour du luvvv. (Ou jusqu’à combien va ta galanterie en budget taxi.)
  • Tes limites d’âge. (Ça demeure entre adultes, évidemment.)
D’ailleurs, l’app est assez guidoune par moment. Souvent, elle essayait de me passer des jeunes babes en bikini quelques années sous ma limite. C'est assez agace!

Ce que j’ai trouvé dur, c’est que tu dois vraiment évaluer chaque personne avant de pouvoir passer à la prochaine. Des fois, t’aimerais juste pouvoir ne pas prendre de décision ou bien repousser la question à plus tard, mais non, tu dois faire un choix! Grimpable ou pas grimpable, là est la question. T’es pas là pour te faire des amis.

Mais il y a des gens que t’es juste bien content de pouvoir flusher. Tout le monde a une liste de trucs qu’ils trouvent insupportables. Voici ma liste d'auto-flush :
  • Les gens avec une seule photo. (Tout le monde peut bien paraître sur une photo.)
  • Les gens avec seulement des photos où ils portent des grosses criss de lunettes de soleil.
  • La fille qui veut montrer sur toutes ses photos combien elle aime ses ostie de yeux pâles.
  • Les gens qui ont juste des photos de groupe où ils sont 4-5 et que tu dois essayer de deviner qui est la personne en commun dans toutes les photos. Niaisage!
J’ai enlevé ma règle sur les duck faces étant donné qu’à c’t’heure, on ne sait plus si les filles le font au premier ou au deuxième degré. On essaie donc de juger à partir de leur tagline.

La tagline, c’est le champ où tu peux écrire une phrase ou un très court texte. Je vous le dis tout de suite, écrire « Je suis là pour une chronique. », ça ne score pas très fort. En fait, rares sont les gens qui arrivent à s’en sortir positivement avec leur tagline. C’est tellement lourd en phrases kitch ou semi-profonde de toutes sortes. «Sois positif et profite de la vie parce que tu sais, on n’a qu’une seule vie à vivre et …»  Zzzzzzzzz…!

Si tu veux m’inspirer avec du carpe diem, vas-y avec un truc comme: «Mords dans la vie, mais dans mes fesses avant!» N’importe quoi sauf m’expliquer la vie ou un truc sassy du genre «je sais ce que je vaux». Viens pas faire ta star ici, bébé. T’as installé une app sur ton mobile parce que tu juges que tu sous-fourres de ce temps-là. On le sait ce que tu vaux : un coup de pouce vers la gauche. (C’est comme ça qu’on rejette les gens sur Tinder.)

Curieusement, une fois qu’on a vécu la vibration de réciprocité, ça ajoute au stress. On dirait que tout devient plus vrai. On sait qu’en cas de match, l’autre va se mettre à nous jaser sur la petite messagerie cheap. Tu peux difficilement enchaîner avec: « Désolé bébé, j’ai vraiment liké pour ton beau cul mais je pense que t’es trop nounoune pour moi.»

Mais bon, il y a plein de gens zéro gênés qui ne s’arrêtent pas à ça. Il paraît qu’il y a même des gens qui like tout le monde juste pour voir qui les désirent et ensuite, ils pigent dans le tas. Stratégie défendable.  

Bref, il y a du fun à avoir avec cette app-là. Vous testerez tout ça! Peut-être que le marché Tinder sera inondé de tous les pervs de VDLP! Pour ceux qui y sont déjà, vous pouvez raconter vos histoires folles en commentaires.

Personnellement, je n’ai pas le bon casting pour ces apps-là. Je suis toujours beaucoup trop picky pour ma gueule. Le classique de chercher une hottie wise à dénuder alors que t’as une gueule average dénudée de photogénie, ce n’est jamais évident. De toute façon, je n’ai plus besoin de Tinder pour l’exposure puisque j’ai mon SUPER PROFIL NIGHTLIFE

On peut y retrouver tous mes trucs (Facebook, Twitter, etc.) mais en plus, on a tous une super photo. Moi, j’ai opté pour celle où j’ai une espèce de pose « photo scolaire de début d’année ». Manque juste une bibli en arrière! Oui, je sais, ça va faire mouiller pas mal de monde.