+ Toutes les playlists

L'auteur Patrick Senécal nous invite à découvrir nos peurs intérieures avec «Peur Dépôt»

L'écrivain à frissons Patrick Senécal nous présente Peur Dépôt, expérience immersive dans l'épouvante, qui ouvrait ses portes hier jusqu'au 3 novembre. 10 conteneurs de 40 pieds sont installés sur le stationnement du Carrefour Angrignon, pour emmener le visiteur à la rencontre de ses peurs les plus intimes.

« Avant de dire, ‘‘venez vivre la terreur’’, je dirais : venez découvrir vos peurs intérieures », nous dit Patrick Senécal, habitué du grand frisson (5150 rue des Ormes, Sur le Seuil, la trilogie Malphas). Pour lui, Peur Dépôt est bien plus qu'une attraction. Les dix conteneurs sont autant d'expériences sensorielles, évoquant des peurs de l’imaginaire collectif. « Comme ce sont différentes peurs, certains vont avoir plus peur dans tel ou tel container. » Une manière selon lui de découvrir ses peurs intérieures, pour un résultat qu'il qualifie de « surprenant ».

« Que nos sens soient mis à l'épreuve »
L'initiative d'ACMÉ Immersif est de dépasser le stade de la classique maison hantée. Loin des vampires et autres zombies, Peur Dépôt se base sur la perte de contrôle, synonyme de danger pour nos subconscients. Pour Senécal, c'est un retour à nos peurs primaires : « peur du noir, peur des espaces réduits, peur de l’autre, peur de l’inconnu, peur de la mort ». Le visiteur se retrouve face à des décors soignés agrémentés d'effets visuels et sonores, de projections et d'animations. Peur Dépôt se divise en deux itinéraires distincts, Urbania et Claustrophobia. Dans chacun, tout est fait pour créer une atmosphère d'épouvante. Une expérience immersive unique, qui n'est pas sans rappeler la fameuse Tour de la Terreur de Disney pour Senécal. « On se promène dans l’hôtel hanté, on nous montre les gens morts dans cet ascenseur et le pourquoi; il y a donc une ambiance extrêmement forte, théâtrale, qui fait que quand l'ascenseur tombe, t'as réellement peur, et pas seulement à cause du mouvement, mais aussi à cause de tout ce qu'on a placé dans ton imaginaire juste avant. »

L'un des dix conteneurs est dédié au livre de l'écrivain Aliss. « De tous mes romans, c'est celui qui a des scènes extrêmement fortes, extrêmement significatives, qui frappent l'imaginaire », dit l’auteur. Senécal a ainsi scénarisé le conteneur, dans le but « d'amener les émotions du spectateur exactement là où je les veux au moment du ‘‘punch’’ ». Et même s'il a déjà vu le décor, et en connaît tous les rouages, l'écrivain se dit impatient d'aller tenter l’expérience, pour voir à quel point il sera amené à oublier les coulisses grâce à l'atmosphère.

Senécal est certain du succès à venir de Peur Dépôt, surtout à cause du « bon travail » de l'équipe d'ACMÉ Immersif. Si c'est le cas, il nous annonce que le but futur de l'ACMÉ est de déplacer l'attraction dans le Québec, comme un spectacle. Et probablement de travailler sur une deuxième édition. Avant cela, Peur Dépôt sera ouvert du mercredi au dimanche, au prix de 12$ pour une thématique. Préparez-vous à sursauter pour ce qui, au final, n'est que « ce placard entrouvert de notre chambre à coucher quand nous étions enfants », selon Senécal. Porté à son paroxysme.

Peur Dépôt est en activité jusqu'au 3 novembre
Stationnement du Carrefour Angrignon (côté rue Senkus)
7077, boulevard Newman, LaSalle

Crédit photo, portrait Senécal: Karine Davidson Tremblay